lundi 5 mars 2007

Aphorisme

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, les paroles creuses ne sont pas le reflet d'une pensée profonde.

5 commentaires:

  1. Tu vois? Tu vois!?!

    Moi c'est exactement ce que je te reproche! C'est comme un jeu sur le langage vide; c'est comme de dire que la littérature ça sert à rien d'autre qu'à parler de langage; ça évacue le référent au profit du signifiant; ou quelque chose comme ça;

    (penses-tu que X vient faire des tours par ici?)

    RépondreSupprimer
  2. ah! et P.S.: J'ai parlé à une amie d'Alex aujourd'hui et elle disait (*Catherine, sa blonde je crois) vouloir de tout coeur que ton livre soit publié; ou quelque chose comme ça.

    C'était avant de continuer sur les méfaits de la semaine de relâche; les dépanneurs de Rigaud et La Fin du Monde est à 7h.

    RépondreSupprimer
  3. mais,
    une pensée profonde peut -elle sonner creux ?

    RépondreSupprimer
  4. X? Je ne crois pas qu'il trippe ben ben fort sur ce qui se passe ici.

    Pour le nombre de personnes qui évacuent le signifiant au profit du référent et qui finissent par roter dans un micro, je me dis que je peux parfois me le permettre...

    M: je crois que tu as un bon exemple, ici... :)

    RépondreSupprimer
  5. Plus une assiette est creuse, plus on peut servir la soupe dedans. Vaguedemain***

    RépondreSupprimer