samedi 9 octobre 2004

Histoire d'ouvertures

Dès le début, tout est fermé
On doit ouvrir la voie
Ouvrir les yeux car il le faut bien
puis on ouvre la bouche
pour enfin crier.

S'ouvre le monde, s'ouvre l'appétit
On ouvre les yeux et on ouvre l'oeil
On ouvre un livre car il le faut bien
On ouvre son esprit et s'ouvre parfois une lumière
On ouvre la bouche
pour répéter, pour fermer sa gueule puis riposter.

On ouvre la main, on gifle Sophie
On ouvre la main, on tire Nathalie
Puis on ouvre les bras, son coeur et ses draps
Parfois on ouvre tout ça dans d'autres sens car on ne sait trop bien
Mais on finira par ouvrir la bouche
pour embrasser
pour embrasser
puis bailler

Parfois on ouvre trop grand, parfois pas assez
On ouvre une porte qui reste coincée
Puis on ferme la bouche
pour ouvrir les vannes
pour s'ouvrir les veines.

Si un jour je me la ferme
vous saurez.
Mais d'ici là, je l'ouvrirai.

3 commentaires:

  1. Même si un jour tu te fermes la gueule ce n'est pas grave, tant que ta plume ne se ferme pas elle.

    RépondreSupprimer
  2. ...et j'ai criééé, criééé, Aline ! pour qu'elle se la ferme...

    RépondreSupprimer
  3. Mais toi, ton ouverture, ton écriture, de murmures criants, me laisse bouche-bée.

    RépondreSupprimer