lundi 7 mars 2005

Les Anges qui bouffent l'univers

Je reviens de quelques jours de bois, de montagnes, d’amis et d’enfants. Nous étions «dans le nord», à Saint-Adolphe-d’Howard, ou d’Aweure, comme le disait Charles-Édouard, du haut de ses trois pommes, entre deux courses de la cuisine au salon. Un jour, quelqu’un devra m’expliquer comment un être humain grand comme quelques fruits peut contenir autant d’énergie.

Toujours est-il qu’après courir partout en proposant toutes sortes de jeux, le passe-temps favori de Charlot était de déneiger l’entrée. Comme il a beaucoup neigé, il a été servi. Une fois l’entrée libérée de sa neige folle, on a joué au hockey lui et moi. Mais au fond des bois, ce n’était pas nous qui jouions, mais Ken Dryden (avant qu’il ne soit politicien!) et Wayne Gretzky. À la fin, trop fatigués pour une xième prolongation, on s’est couchés dans la neige pour faire des anges, la bouche ouverte, des flocons sur la langue. Je vous jure que samedi matin, entre deux arbres, couché dans la neige, j’ai bouffé une partie de l’univers.

En attendant que la neige fonde, certains la pelletent, d’autres skient dessus. Moi, je me prends pour un vieux joueur de hockey, j’essaie d’arrêter les tirs d’un enfant qui finira un jour ou l’autre par me déjouer en riant, et je fais des anges.

6 commentaires:

  1. Des secousses sismiques se font sentir chez le sujet. On remarque de la peau qui frissonne et une paupière qui saute convulsivement. Les médecins ont décelé une forme de pathologie et demande l'arrêt immédiat de certaines lectures: tout texte contenant les mots 'enfants', 'trois pommes' et 'coucher dans la neige pour faire des anges' est à proscrire. Diagnostic: emballement de l'horloge biologique! ;o)

    ***

    Hey, c'est chez moi ça... Saint-Adolphe-d'Aweure... :o) C'est un beau pays.

    RépondreSupprimer
  2. Pour contrer l'énergie d'un être humain haut comme quelques fruits, je suggère la tarte opium...

    RépondreSupprimer
  3. Le bonheur, quoi! J'aime entendre parler du bonheur tout simple et j'aime le lire en ces mots, en tes mots.
    Est-ce que le bonheur donne des courbatures, aujourd'hui, par contre?! :)

    Sauterelle

    RépondreSupprimer
  4. Ah.... Voilà ces moments qui font que vivre est vivre...

    Est bon de vivre..

    RépondreSupprimer
  5. Ce sont tous ces petits moments qui comptent dans la vie! Un ptit post "band-aid" ça! Merciiii! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Tu peux te compter chanceux que Jean-Coutu ne soit pas sorti vous rejoindre...

    parole de beauf!

    RépondreSupprimer