jeudi 14 septembre 2006

Tirer la ligne

Drelin… Drelin…
Clic.

- Bonjour, vous avez rejoint le numéro que vous avez composé. Laissez-moi pas de message, j’les écoute pas.

Biiiip.

- Salut Kim... C’est ta mère... (Soupir) Kim?... Réponds, je l’sais que t’es là, tu sors jamais... Kim?... Ki-im... (Soupir) Bon, anyway, je voulais juste avoir de tes nouvelles... Je sais, ça fait six mois qu’on ne s’est pas parlé. J’ai appelé plusieurs fois, mais j’ai pas laissé de message... Sais pas trop pourquoi. Peut-être parce que je savais pas quoi te dire. Anyway. Là, j’appelle parce que... (Soupir) Je sais pas si tu écoutes les nouvelles à la télé, mais il y a eu une tuerie à Dawson. Une vraie, comme aux États. Bon, avec Polytechnique et Concordia, Michael Moore est sur le point de faire un film sur Montréal... Anyway... Je t’appelle parce que je sais que tu as des amis qui vont à Dawson, et même si je les trouvais un peu bizarre, je m’inquiétais un peu pour eux… Remarque qu'ils ont peut-être lâché le cégep, il serait temps, à leur âge... Ou mieux, peut-être qu'ils ne sont plus tes amis maintenant. Ça me rassurerait. (Soupir) Ils avaient l’air tellement violent. J’ai jamais compris pourquoi tu te tenais avec eux... Anyway... Mais toi? Ça va bien?... (Soupir) 'Stie, Kim... Pourquoi t’es parti de la maison sans nous avertir?... Tu savais que ton père s'est fait un sang d’encre pour toi? Il a presque perdu sa job à cause de toi... En tout cas, on ne vit plus ensemble depuis juillet. J'pense que c'est mieux comme cela... Il m’accusait tout le temps d’être responsable du gâchis que tu étais devenu... (Soupir) Je le savais que t’avais de drôles de fréquentations, que ta fixation pour les armes à feu était étrange... Mais je me disais que c’était une passe adolescente, un peu comme la musique de poils que t’écoutais tout le temps dans le temps... T'écoutes-tu encore ça? Anyway... Je sais pas trop pourquoi je te dis tout cela tout à coup... Ça fait trop longtemps que je t’ai vu, Kim... Anyway. Je retourne écouter les nouvelles, ça a l’air qu’il vienne de tuer le tireur de Dawson. B’en bon! Un criss de fou de moins... Je sais pas quel genre de parents élève des enfants de même... Anyway... Euh... Kim...(Soupir) Je...

Biiiip.

- ...t’aime.

18 commentaires:

  1. T'es textes me font réfléchir , sincèrement et profondément et il n'y a en n'a pas beaucoup qui sont capable de me faire réfléchir à ce point et tes deux derniers billets mon fait me remettre en question et je t'en remercie .

    RépondreSupprimer
  2. Quelle superbe métaphore, qui prend tout son sens au dernier mot...

    RépondreSupprimer
  3. J'aime, c'est fort. Merci de nous le faire partager!

    RépondreSupprimer
  4. Oh! la belle leçon de morale. Bien entendu, le punk qui a tiré dans le tas n'est pas responsable de ses actes. C'est la faute de sa mère -- qui est lourdement accusée ici --, de son père; bref, et pourquoi ne pas lâcher le cliché: c'est la faute de la société.

    RépondreSupprimer
  5. Et si on prenait chacun sa part de blâme? Le tueur (évidemment) comme se parents... comme nous?

    On croise peut-être dans notre entourage des gens désespérés qu'on préfère penser débiles mentaux.

    C'est trop facile de pointer une seule cause.

    Daniel apporte simplement un autre point de vue que ne le font tous les journaux, sans toutefois prétendre que c'est le seul et unique à considérer.

    RépondreSupprimer
  6. Cher courageux Anonyme: votre interprétation, que j'espère être seulement vôtre, c'est du grand n'importe quoi. Ce texte accuse quelqu'un? Je déculpabilise le tueur? Où ça? Il va vous falloir relire... Avec vos yeux, ce coup-ci, pas avec vos présuppositions.

    Je montre seulement l'impuissance d'un parent (voire n'importe qui, voire nous tous!) qui veut se rapprocher de son enfant (voire n'importe qui itou) - gauchement soit - et qui ne peut s'imaginer que ce serait lui le tueur.

    N.B. Je ne donnerai pas des cours de lecture à toutes les fois.

    RépondreSupprimer
  7. Dan, t'es le Bernard Werber du web!

    (normal que tu fasses peur aux lecteurs de Danielle Steel...)

    RépondreSupprimer
  8. J'apprécie! Merci de nous montrer un autre côté possible de la medaille. Je crois que se rendre au point de tuer les gens par désespoir ou par haine, ce n'est pas l'oeuvre d'une personne, ni d'un court lapse de temps. Beaucoup de facteurs entrent en jeu et c'est triste de penser qu'il aurait pu y avoir des gestes posés dans le passé qui auraient comme soulevé le tireur de cette descente en spirale.

    RépondreSupprimer
  9. Mon coeur de mère est k.o.
    Ça porte à réfléchir, oui. Et c'est nécessaire. Toujours heureuse de croiser des réflexions qui s'allimentent d'autre chose que les nouvelles à tévéa!

    RépondreSupprimer
  10. Bien oui, c'est possible comme le dit esther. Un point important qu'il ne faut pas oublier. Le type était bizare c'est vrai, mais il y en a plusieurs. La différence est qu'il croyait la police à ses trousses depuis des mois alors qu'il n'était pas connu des milieux policiers, cela nous indique qu'il était en plus d'être adepte de choses ''noires'' en crise psychotique. Dans ce cas seuls les proches peuvent identifier le changement de comportement mais puisqu'il était isolé depuis des lunes comment cela aurait peut être possible.
    Votre texte représente bien cet isolement et l'impossibilité des proches de percevoir la maladie cachée derrière le noir qu'il affichait. De plus il devait être assez intelligent pour réussir à se faufiler dans le temps comme ça sans se faire prendre avant. La psychose peut apparaitre à tout age mais début vingtaine elle fait des ravages. Elle peut être provoquée par la consommation de drogue, d'alcool et médicaments. En résumé, et pour appuyer votre texte, ne laissez pas vos enfants s'isoler (surtout si il possède des armes!!?????).
    p.s puisque je ne suis pas médecin, je peux me permettre ici d'émettre un diagnostique sans examen! Troubles psychotiques avec un QI légèrement supérieur à la moyenne ce qui fait un mélange explosif.

    Toutes mes condoléances aux familles en deuil.
    La maladie mental se cache dans les sillons de tout les cerveaux ( en fait seulement 18 % de la population n'en verra pas de formes) et n'attend que la faille qui la fera s'exprimer. Controns celle-ci en ne laissant personne s'isoler. Je suis qui pour parler comme cela... n'ayez pas peur, je n'ai pas d'arme!

    RépondreSupprimer
  11. Anastasia était la petite cousine de mon meilleur ami... Je l'ai su ce soir seulement... Ton texte remet les choses à la bonne place...

    RépondreSupprimer
  12. C'est très étrange comment un nombre élevé de personnes sont tout à coup conscient de plein de chose face à ceux qui vivent de la solitude ,de l'isolement. Ca me fait un peu peur moi....
    On a tous le droit de s'exprimer pour dire nos propres sentiments ... mais jouer (utiliser la personne pour illustrer son propos)avec les sentiments de la mère de ce gars là ... je trouve ca un peu indécent....
    Il y a plein de moyen de dire des choses....il y en a qui dépasse les bornes.
    C'est ton blog , tu as tous les droits.
    Je crois que tu es meilleur que ca !!!

    RépondreSupprimer
  13. Je suis en désaccord avec vous, Regor: je ne crois pas dépasser les bornes ici. Ceci est un texte de création, de la fiction basée sur du réel, pas du journalisme.
    Je n'ai pas la prétention de comprendre les isolés, les esseulés, les marginaux ou les malades. J'essayais juste d'imaginer une mère ordinaire placée dans cette situation. Une mère qui n'a pas encore réalisé qu'elle venait de perdre un fils. La vraie situation est sûrement tout autre.

    RépondreSupprimer
  14. C'est le fait de ne pas parler des troubles mentaux qui dépasse les bornes. Nous avons tous 4 chances sur cinq,ou malchances devrais-je dire, d'en souffrir un jour ou l'autre. L'éducation serait la solution de bien des problêmes mais nous attendons toujours d'y être confronté avant de réagir façe à la santé mental. Si Gill aurait été pris vivant, oubliez la prison, c'est un psychiatre qui aurait été son geôlier: inapte a subir un procès!

    RépondreSupprimer
  15. Ouf... juste... ouf!

    De loin le meilleur texte que j'ai lu sur cette tragédie.

    RépondreSupprimer