mardi 19 septembre 2006

Petit Guide du racisme tranquille

Dans le Globe and Mail de samedi dernier, la chroniqueuse Jan Wong explique les actes de Marc Lépine (école Polytechnique), Valéry Frabrikant (université Concordia) et Kimveer Gill (cégep Dawson) par le fait qu’ «ils avaient tous trois été marginalisés par une société qui valorise l’ascendance "pure laine".» Ainsi, peu importe si le crime fut commis envers des femmes, des immigrants ou des Anglos, c’est la faute aux Québécois francophones…

Je trouve cette affirmation fort révélatrice sur le racisme qu’entretient une partie du Canada anglais à l’égard du Québec. Pour les aider dans leurs analyses futures, je propose quelques conclusions :

Si un Anglo ou un immigrant tue des Québécois francophones, c’est qu’il est opprimé par ces derniers;
Si un Francophone tue des Anglos ou des immigrants, c’est qu’il est raciste;
Si un Francophone tue d’autres Francophones, c’est qu’il est violent (et que les victimes étaient invivables!);
La guerre en Afghanistan? La faute aux méchants, méchants Québécois;
Le réchauffement de la planète? La faute aux Pures-laines;
Le virus du Nil? Ça vient de la Louisiane (Bayous, Cajuns… CQFD);
Michèle Richard? (ok, je concède que c’est de notre faute!)

Avez-vous besoin d’autres boucs émissaires pour d’autres problèmes sociaux?
Pensez au Québec! Nous sommes 7 millions, et on cherche à se rendre utiles!

7 commentaires:

  1. Merci, merci. Vous me faites soudain me sentir moins seule.

    J'en ai aussi marre qu'on nous fasse porter tous les maux de la terre et qu'on réveille nos fibres sensibles en nous taxant de racistes dès qu'un événement extrémiste survient. Il y a aussi qu'on veut tellement être gentil qu'on est prêt à porter tous les chapeaux.

    A-t-on seulement le droit d'aimer notre culture, de savourer notre langue, d'être ému en pensant à tous ce que nos ancêtres ont accompli ? J'aime la musique arabe, j'aime les films danois, j'aime entendre parler italien et j'aime... aimer ma culture (mon cinéma, mes livres, ma langue, mes moeurs, mes valeurs, ma bouffe !).

    Je me refuse, moi, à voir notre identité s'évanouir au profit de cette espèce de société mondiale uniforme qu'on essaie d'inventer (et qui n'existe pas). Je suis pour la diversité culturelle, pour que toutes les communautés soient fières de ce qui les distinguent du magma global-américain, du Big Mac-Adidas-Britney Spears all-over the planet. Les Catalans le font, les Tibétains essaient de continuer à le faire (malgré le génocide dont ils sont les victimes)... pourquoi pas nous ?

    Et la laine -- surtout la pure -- me garde bien au chaud, moi j'vous dis.

    Chantale

    RépondreSupprimer
  2. OUI nous l'avouons c'est nous qui avons dirigé le météorite sur le Yucatan pour anéantir les dinosaures parcequ'ils ne parlaient pas français! Ben là ont s'est trompé, il en reste encore... je peux écrire n'importe quoi de toute façon des nuques raides comme la Mme qui a écrit ça ne sait pas lire le français même si elle est originaire du Québec plutôt ''Qwébec''!

    RépondreSupprimer
  3. Est-ce que c'est ta femme qui joue cette semaine au quiz télé LE CERCLE?!??! Elle dit avoir un bébé de 4 mois prénommée Romane...!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Je me bidonne!!!

    Merci pour ce billet savoureux!

    RépondreSupprimer
  5. Chantale: vous venez d'expliquer pourquoi le Québec ne sera jamais souverain. Le PQ, et je le déplore vivement, en faisant sans cesse la promotion du multiculturalisme propose pour ainsi dire un nationalisme ... sans nationalisme. Un nationalisme vidé de son contenu, stérile, qui propose aucun projet cohérent et original s'agissant la valorisation du fait français en Amérique. Quelle différence y a-t-il entre le multiculturalisme à la Trudeau et celui du médiocre Boisclair?

    RépondreSupprimer
  6. Merci de me donner l'occasion de devenir bouc émissaire comme ce cher Malaussène. Enfin je vais servir à quelque chose! Je pleure et je me culpabilise facilement: ça devrait m'aider dans ma tâche.

    Alors je prends Haïti: si le pays va mal, c'est officiellement de ma faute.

    RépondreSupprimer
  7. Au féminin, un bouc émissaire, ça donne des commissures de bouche?

    Tu me fais bien rire...

    Pour l'autre truc, le bouc ou la boucle comme dessert, j'ai pris ma retraite, merci.

    En passant, Daniel, les trucs qu'on recopie pour publier notre commentaire, est-ce que ce sont des perles de tes étudiants? J'ai beaucoup de mal à les prononcer...

    RépondreSupprimer