jeudi 23 février 2006

La Magie de la vie au SS-054

Les murs du local sont composés de blocs de ciment peint blancs et gris, et une fois les portes closes, on entend toujours le bruit sourd que produisent les conduits d’aération du building. On se trouve dans le sous-sol d’un CLSC, mais on pourrait être dans le sous-sol de l’Uqam ou dans un bunker irakien que ce serait le même décor, les mêmes gicleurs au plafond, les mêmes portes grises aux noms enchanteurs de SS-054 ou de SS-052. Même la porte des toilettes à son numéro.

Jocelyne nous y attend. Elle à la blouse blanche, le sourire avenant et la voix trop douce de ces personnes qui désirent le bien et la paix dans le monde. C’est elle qui donnera les cours prénataux - natals. Juste avant qu’elle commence, je jette un coup d’œil à la faune qui m’entoure : une dizaine de bedons ronds, une dizaine de futurs papas, certains aux allures sympathiques, d’autres que je classe peut-être à tort dans la case des «à éviter», mais tous ont l’air vieux. Je ne m’identifie pas à eux. Lui a les cheveux gris, l’autre à côté les a perdus, et les deux ou trois qui suivent de trop près la mode passent aussi inaperçus que Normand L’Amour au Foufs, alors que moi… euh… bon ok, je suis des leurs. Pendant ce temps, le club des petites-vessies profite des minutes qui restent pour faire la queue devant le SS-048…

Hier soir, j’ai regardé des femmes accoucher sur vidéo, j’ai vu un bébé en tissu passer tête première dans un bassin en plastique, j’ai admiré un col d’utérus tricoté de laine rouge se dilater, j’ai contemplé un bébé in utero de 40 semaines dessiné «à l’échelle, mais la tête est trop grosse [sic]». On est là, 20 personnes que rien ne rapproche sinon le chamboulement d’une vie, à discuter de magie dans un local en ciment, sans nom, sans fenêtre, sans musique. Pour tout dire, je n’y ai pas appris grand-chose, sinon cette impression qu’accoucher, malgré tout, reste un événement normal, la même chose depuis toujours, et que pour chaque être que j’ai croisé, que je croise et que je croiserai, il y a une mère, un père qui a vécu ce que Dame V. et moi vivons.

J’en veux un peu à la vie d’avoir fait si ordinaire tout cet extraordinaire.

26 commentaires:

  1. Peut-être qu'on cherche tous de la magie... ou y'en a pas.

    RépondreSupprimer
  2. Ah non mais là je m'insurge. D'abord M-E on cherche pas de magie, on regarde la beauté de la vie, droit dans les yeux.
    Ensuite Monsieur Rondeau vous avez tout faux: la vie a fait extraordinaire quelque chose qui aurait pu être tellement ordinaire!

    RépondreSupprimer
  3. Je me rappelle avoir vu ce vidéo en cours prénataux (tal(total ?)) où l'on voyait une mère expulser (et le mot est faible) son enflant en giclant allégrement sur la table d'accouchement. À la fin du vidéo, la prof s'est tournée vers moi et m'a demandé comment je me sentais à la vision de ce petit miracle. Je l'ai regardée drette dans les yeux et lui ai lancé: "Ouach, c'est vraiment dégueu !" Tout le monde était tellement offusqué. De mon côté, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que si le miracle de la vie tient dans une flaque visqueuse coulant d'un vagin violet et boursoufflé enregistré sur vidéo, on est vraiment pas sorti du bois !

    RépondreSupprimer
  4. Après avoir lu ton commentaire, Catherine, je suis d'accord avec toi et je m'insurge aussi, et c'est vrai que Rondeau a tout faux. Voilà. Je me charge de lui faire le message.

    Pat - Belle image romantique de la chose... C'est vrai que si tu as vu un vagin, t'as vu ça plus en profondeur que moi... Nous, on arrêtait à la vulve. :P
    By the way: formidable lapsus calami que tu as fait «on voyait une mère expulser son ENFLANT»!!! Ça ne peut être plus ça que ça!

    RépondreSupprimer
  5. Mieux vaut s'y préparer car lorsque cela ne se déroulle pas comme dans un film, on se sent encore plus pret. Malgrès les cours pré..paratoires, je me suis retrouvé à éponger ,avec des cotons à démaquiller, les grandes eaux et je passe le lapin trempé dans la moutarde qui en est sorti.
    Pas de miracle sur le coup, il est venu après, après le bain et la gifle, après l'exitation, après mon retour chez moi lorsque j'ai réalisé que ce petit tas de chair avait une vie propre maintenant.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai vu aussi un vidéo d'accouchements (il y en avait trois) à l'occasion de cours prénataux. Quelle angoisse !Imaginez qu'on doive vous arracher une dent à froid, et qu'on vous présente un vidéo représentant des gens se faisant arracher des dents, en pleine souffrance.

    À la fin de la projection, je pleurais, mais de frousse... pas à cause du miracle de la vie !

    Par ailleurs, la naissance d'un enfant, c'est le miracle mis à la portée de tous ! C'est l'ultime démocratie !

    RépondreSupprimer
  7. Mouahaha ! J'aurais dû écrire envlan à la place !

    RépondreSupprimer
  8. vous aurez beau dire. C'est Catherine qui a raison. Et plus il y a le côté "lapin à la moutarde" plus c'est vrai

    RépondreSupprimer
  9. Je ne pense pas que mon affirmation soit conne... je ne comprends pas les objections, votre honneur!

    Les femmes accouchent depuis que le monde est monde... c'est un phénomène ordinaire dans quoi certaines personnes voient de l'extraordinaire (je cherche encore où d'ailleurs).

    Faut dire que j'assistais aux accouchements de mes animaux domestiques plus jeune (3 fois), alors pour moi, femme ou animal, c'est le même phénomène.

    **ti que je suis terre-à-terre... *soupir*

    RépondreSupprimer
  10. Je ne pense pas avoir dit que ton affirmation était conne, mais bien avoir dit que je n'étais pas d'accord.
    Pas d'accord parce qu'il n'y a définitivement rien de 'magique' dans le fait de donner la vie à un enfant, mais il y a définitivement quelque chose de beau (ie: je baise, 9 mois plus tard il y a un bébé, 1 an plus tard il sait marcher, etc.).
    Je trouve que nos vies sont imprégnées de cynisme, à commencer par la mienne. Ce que Daniel vit en ce moment, je considère ça grand et je trouve que ça n'a rien d'ordinaire, malgré le fait que ça se produise depuis toujours et partout.

    RépondreSupprimer
  11. Souris: impossible de mesurer tout ce qu'un accouchement implique émotivement. La journée où l'on est prêt à prendre une balle pour quelqu'un d'autre, on comprend un peu plus... Je crois qu'on ne peut comparer l'accouchement d'une femme et celui des animaux, on ne peut comparer que l'accouchement d'une femme et son accouchement à soi (en tant que mère), ce que je ne vivrai jamais. Mais je sais déjà que je serai aveugle à toutes les suites du monde, aussi dégueux soient-elles, après la naissance de ma fille. Le contraire m'inquièterait au plus au point sur ma paternité, sur mon humanité.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne parle ici qu'en mon nom personnel. Je n'ai pas parlé à Daniel, et je ne lui ai pas demandé la permission pour soulever une fois de plus la polémique chez lui (je persiste mon Dan, ta cour elle est confortable pour foutre le bordel!)

    Donc, le monde, je vous trouve PLATE! Voilà! PLATEUHHHH même.

    Vous n'êtes pas ici sur un forum qui vise à disséquer la question du sens de l'accouchement, de sa magie ou non. Vous êtes dans la cour virtuelle d'un gars qui va avoir un bébé dans quelques mois. Et quand il vous dit: «Finalement, c'est ben ordinaire ce que je vis.»

    Alors vous vous empressez de vous mettre en ligne pour corroborer: «Ben oui, ben ben ordinaire. C'est même dégueulasse hein, attends de voir ça. Beurkkk! En plus c'est tellement banal. Ohlà, ça me fait bailler. On passe à un autre appel.»

    Voilà. Je vous trouve plate. Et moi si j'étais Dame V. (ou Dan)j'aurais tous envie de vous trucider à être là à traiter mes émotions et un grand moment de ma vie et mes doutes et mes réflexions comme si c'était le plus banal des faits divers de la terre. En fait je ne suis ni l'un ni l'autre mais j'ai envie de vous trucider quand même, c'est dire!

    Moi je ne vous trouve ni banal, ni ordinaire, ni l'un ni l'autre, même si je connais mieux l'un que l'autre. Et je sais que votre fille ne sera ni banale ni ordinaire et que peu importe comment se déroulera cet accouchement ce sera un grand moment de votre vie à tous les deux, son premier moment à elle.

    Et je me sens très privilégiée à la fois comme amie et comme lectrice de ce blog de pouvoir partager un peu de votre intensité et de votre intimité.

    Bon je viens de me faire pleurer moi-même! Je serais excellente en rhétorique si ce n'était que je suis vraiment sincère.

    RépondreSupprimer
  13. Catherine a raison, Catherine a toujours raison, mais là, elle a encore plus raison!

    Qu'il y en ait qui persistent à croire que tout ça n'est qu'ordinaire (allo?! voyons?!), ça me désole, ça me désole au plus haut point. Vous êtes plus que plateuuuhhh, vous êtes désolant.

    Mais heureusement, il en reste encore pour qui la photographie mentale de l'évènement n'est pas visible avec les yeux...
    Vous ferez un bon papa Monsieur Rondeau, j'en suis sûre.

    RépondreSupprimer
  14. En bonus, la vérification de mot pour poster un commentaire:

    aglagheumblh (avec le menton plein de bave)

    C'est ti pas cute ça? Blogger fait ses dents...et ça nous rend heureux. Magic.

    RépondreSupprimer
  15. Catherine, Pascale, je vous réserve mes premiers cigares!

    RépondreSupprimer
  16. Ben là, peut-être aurais-je dû spécifier que je parlais de l'accouchement en tant que tel (du fait d'expulser quelque chose de son utérus), moi, pas du reste!

    Mais bon, tant mieux si ça ouvert la discussion (sur l'avant/après) sur quelque chose de sentimental. Ça, c'est un peu plus magique.

    Enfin, je suppose.

    RépondreSupprimer
  17. Ok La Souris, je crois que tu en a assez dit!

    RépondreSupprimer
  18. Euh...mais c'est exactement de ça dont on parlait aussi...et le discours c'était justement ça: un accouchement, ce n'est jamais que ça et c'est même trèèès loin de n'être que ça comme c'est difficilement imaginable...crois-moi.

    Dan et Dame V. s'en doutent aujourd'hui, bientôt ils le sauront avec certitude. C'est l'essentiel quant à moi.

    RépondreSupprimer
  19. Salut donc je viens d'apprendre que tu vas être père..Félicitations mais j'aurais bien aimé l'apprendre de ta voix au lieu de ton blogue mais coudon je vais m'habituer...

    Magalie

    RépondreSupprimer
  20. Dan: Je vais prendre un câlin au lieu d'un cigare ok? :o/

    Dame V.: J'ai toujours eu ce pressentiment qu'à nous deux on ferait une belle paire de pleureuse, mais dites-le pas à votre homme parce que je pense que cette perspective risque de le décourager. ;o)

    RépondreSupprimer
  21. comme magie, SS-054, c'est rien à côté de B-311 dans un autre building.... mais ça c'est pour plus tard, un peu... ;)

    RépondreSupprimer
  22. (Dois-je intervenir?
    hum...
    non.)

    **

    Mag: Il faut croire que nos conversations téléphoniques sont aussi rares que tes visites sur mon blogue: l'annonce y a été faite il y a déjà pas mal de temps...

    RépondreSupprimer
  23. Bien contente de ne pas avoir été témoin (visuel) de l'écarlate chose lors de mes multiples accouchements.
    Ceci dit...
    Oui c'est magique.
    Et ce même nappé de rouge et strié de chairs en lambeaux.

    Quand même.
    Y a un peu de nous la dedans!

    (:P)

    -félicitation au futur papa.-

    RépondreSupprimer