samedi 1 janvier 2005

Il fera beau

On a d’abord dit le mot tsunami. On a ensuite raconté la mer qui se retire, puis la vague, ce mur qui ravage tout. Puis le retrait, puis un autre mur, comme une lente respiration. Puis des morts qu’on dénombre à chaque jour dans les journaux, en épelant le chiffre à l’envers, comme à toutes les 15 minutes dans un téléthon. 0 - 0 - 0 - 5 et... raraaaaaaaa 9!! 95000!! Lors de grandes catastrophes, les gens savent mourir au millier près.

Puis on a vu les images. Décevantes. Il faisait beau, pas de vent pas de terre qui bougeait. Puis la vague est arrivée. Ça, un mur? Depuis mon sofa, il me semblait que j’avais vu pire à Tadoussac, entre 2 bélugas. Mes attentes hollywoodiennes étaient déçues. Ça? 95000 morts? Ben voyons...

Puis j’ai imaginé cette eau trop abondante pour n’importe quel barrage, qui transformait les maisons et les chambres d’hôtels en autant d’aquariums funestes, ne laissant même pas quelques centimètres d’air au plafond. Et dans les rues, des enfants trop faibles, des voitures trop lourdes, des yeux qui rêvaient encore il y a quelques minutes. Pourtant, il faisait encore beau, il faisait toujours soleil. La vie est un tyran perfide qui coupe les jambes pendant qu’il masse les dos avec le sourire.

Puis j’ai pensé à ma rue, à ma ville. Combien d’âmes se noient tranquillement dans des chambres d’hôtel pendant que le soleil me bronze? Combien de corps se compriment doucement pendant que je bois ma pinte de rousse? Combien de coeurs cessent de battre en regardant le bleu d’un ciel trop haut?
Combien?
Même au millier près, je ne sais pas.
Tout ce que je sais, c'est que le chiffre sera plus grand demain.
Et qu'il fera beau.

15 commentaires:

  1. Tu sais..
    Même au bout de tout, quand l'homme aura été
    (ou se sera)nettoyé de la planète...

    il fera beau encore....

    RépondreSupprimer
  2. la vie fuit
    le désordre guette
    attend le moment
    propice
    pour sourire
    avant de



    il fera beau
    toujours au futur

    RépondreSupprimer
  3. Ça fait peur quand on s'arrête pour y penser. Ça fait mal quand on en devient conscient. Ça doit expliquer pourquoi il y a tant d'aveugles qui voient.

    RépondreSupprimer
  4. Très touchant. Ceci dit je suis passé de Grégaire à Gargantua, et j'aimerais bien que tu m'expliques ce qui m'échappe chez Rabelais.Étant bien plus cultivé que moi en ces domaines littéraires peut-être peux-tu me donner la clé...

    RépondreSupprimer
  5. Une catastrophe en direct à la télé. Les secours s'organisent, on envoie de l'argent, des vivres, du matériel logistique...
    À chaque fois ça me fait prendre conscience que chez nous, bien qu'il fasse un peu froid, il fait toujours beau.
    On déplore la petite vieille morte pendant le verglas alors que là-bas, des milliers de cadavres pourrissent au soleil.
    Ici, la charrue ramasse la neige, pas les humains.

    RépondreSupprimer
  6. Je reviendrai souvent...
    Yves

    RépondreSupprimer
  7. « La vie est un tyran perfide qui coupe les jambes pendant qu’il masse les dos avec le sourire. » Ouais, quelle image !

    À propos, j'ai déjà posté quelques fois ici, toujours anonymement, mais je ne parviens pas à m'inscrire, y a aucun bouton de validation qui apparaît en nulle part en bas de formulaire. Ou alors je suis aveugle. Sinon j'y aurais créé mon blogue. En tout cas, j'aime bien passer faire un tour ici.

    Cathy
    http://spheroide.joueb.com

    RépondreSupprimer
  8. Cathy : J'ai le même problème. J'ai réussi à me créer une identité il y a un certain temps, et depuis, quelque chose a changé, je ne suis pas capable de compléter l'inscription pour me faire un blogue. J'en ai déduit que c'est parce que je suis en Macintosh et que je n'ai pas encore fait le saut au système 10. Peut-être aussi à cause de Internet Explorer ?

    Daniel : superbe ton texte ! Je me laisse souvent absorber par des pensées de ce genre. J'essaie de mesurer l'ampleur du drame, de m'y plonger, ne serait-ce que par compassion, mais on n'y arrive jamais totalement. Notre petit confort douillet nous en empêche. Il y a certains textes, cependant, qui nous aident un peu à réfléchir... comme le tien. Merci !

    RépondreSupprimer
  9. Je ne sais plus dans quel bouquin de Paulo Coelho...
    Un ange apparaît à Élie et lui dit que pour vivre heureux il faut d'abord accepter l'éphémère et le définitif.

    "Qu'est-ce que l'éphémère ?" demande Élie

    "L'inévitable", répond l'ange

    "Quest-ce que le définitf ?"

    "Les leçons de l'inévitable"

    RépondreSupprimer
  10. La vie est un torrent dans lequel il faut plonger afin de bien y mourir...

    RépondreSupprimer
  11. Vivement le prochain carnage, tu les écris si bien.

    RépondreSupprimer
  12. Les chiffres n'ont pas cessé de grimper en terme de victimes du tsunami... maintenant, c'est la surenchère de l'aide internationale... Martin élève le montant de son aide à peu près chaque jour, pour pas avoir l'air trop moron.

    Quel humaniste ce Paul...

    RépondreSupprimer
  13. "C'est pas l'homme qui prend la Mer, c'est la Mer qui prend l'homme "(Renaud)

    Même dans un cinq étoiles, même quand il fait beau, même pendant que l'Afrique continue de couler...parole(s) de beau-frère...

    RépondreSupprimer