vendredi 9 février 2007

Yulblog

Je m’attendais à un grand attroupement, ce fut pire; je me suis buté à un troupeau compact, debout entre les tables. À le voir trinqué joyeusement de la sorte, le monde du blogue montréalais semblait très bien se porter. Tout le monde avait l’air de se connaître, mais il était inutile d’épier les conversations bien longtemps pour se rendre compte que les liens étaient on ne peut plus récents.

Je suis resté seul au bar le temps de goûter une demi-pinte, de prendre le pouls, de me mettre à la température ambiante, puis après ce long élan, j’ai plongé. Saut arrière, double vrille, peu d’éclaboussures, pas de quoi épater les juges mais tout de même efficace. Il y avait là tout un microcosme, une société avec ses vedettes rock et leurs groupies, ses gourous et leurs élèves, ses curés et ses fidèles, ses comptables, ses mères au foyer, ses adolescents de 35 ans, ses caissières populaires, sa masse ouvrière et quelques profiteurs du système (je vous laisse mettre des noms sur ces qualificatifs, moi, j’ai mon idée…). Moi qui croyais entrer dans un monde de dorks (les geeks trentenaires) obtus parlant klingon et portant de fausses oreilles pointues, j’ai côtoyé l’instant de quelques heures un univers joyeux, hétérogène et inspiré.

À chaque poignée de main, la surprise : je le pensais moins sympathique, elle m’imaginait plus grand, je la croyais moins jolie, etc. Cependant, en général, on ne se connaissait pas, et les plus polis tentaient de faire comme si. Leçon numéro un : ne pas faire comme si.

Malgré le brouhaha et les va-et-vient et les « viens ici que j’te présente Machin », j’ai quand même pu échanger quelques syllabes avec une blonde chroniqueuse, DOA, M, Jean-Luc, Lyne, Apinpelsufac, SP4M, Sof l'ancien chien, une camionneuse et un chauffeur de taxi… (et Pluche!) Pour les autres que j’ai manqués, notez ce à quoi je ressemble sur la photo. On se reprendra à la prochaine rencontre de Yulblog.



P.-S. J’ai appris, cancre informatique que je suis, qu’à chaque fois que j’ajoute un libellé à mes textes, mes « abonnés » au fil RSS (de cossé?) reçoivent un message. Moi qui fais 45 mises à jour par jour depuis que j’ai passé au nouveau Blogger… Il me reste quelques centaines de textes (ouf…) auxquels ajouter des libellés, puis c’est fini. Je m’en excuse à l’avance.

8 commentaires:

  1. Moi j'aimais ça parler de français! J'veux pas t'assomer la prochaine fois.

    Et j'ai zapper le banquier hier, quel progamme insignifiant!

    Et pour mes droits d'auteur pour la photo c'est une pinte. ;0)

    Sandra

    RépondreSupprimer
  2. Alors, on est corrects! J'adore parler de français (et des langues en général), mais habituellement, les autres trouvent cela un peu assommant.

    Pour ce qui est des droits d'auteurs, je t'en dois effectivement une. (Note que j'ai pris la peine de nommer le fichier photo: photo de Camionneuse. Il y aura des déceptions lors des recherches Google à venir...)

    RépondreSupprimer
  3. Hey le mec qui chante mal ! J'sais pas si tu as lu, mais je t'ai décrit, sur mon billet "Yulblog", comme étant un être mystérieux.... Mouais... Derrière ce regard si bleu et ces cheveux de blé, qui se cache, timide , mais pourtant dompté (dans le sens que tu n'es pas sauvage haha) ?

    RépondreSupprimer
  4. moi je te trouve pas mystérieux, juste gars...
    j'ai pas dis niaiseux là!


    *je suis les conseils que tu as donnés à SOF à la l.e.t.t.r.e

    RépondreSupprimer
  5. Men! Avoir sut que c'était pas une affaire de clique du Plateau j'y serais allé!

    ç'aurait été tellement mieux que la Petite Bourgeoise...

    RépondreSupprimer
  6. C'est cette photo-là
    http://demetan.blogspot.com/2007/01/mise-en-garde.html
    qui m'a donné l'illusion que tu étais plus grand...

    Hum... mais au moins, j'ai rien dit concernant tes tétines :)

    RépondreSupprimer
  7. Bon, en plus de manquer les bas tricotés de Pierre-Léon j'ai aussi manqué les titines de Daniel. Arf, pis en plus il ne s'est même pas souvenu de moi. *mouche*

    RépondreSupprimer
  8. Eh! Pluche! Je t'ai ajouté. Je ne t'ai point oublié (menfin, juste pendant la rédaction de ce message...)

    Comment oublier une telle lesbienne... :)
    (pour les autres: pour comprendre, allez voir son texte sur Yulblog)

    RépondreSupprimer