mardi 20 février 2007

Apéro

J’ai commandé une bière. En fait, c’est faux, je n’ai rien commandé du tout. Je me suis assis au comptoir et poc! une pinte de rousse a atterri devant moi. Je ne sais pas si cet accueil est plaisant ou révélateur d’une pathologie quelconque. J’ai toujours préféré m’en plaire.
Il y avait peu de clients. J’aimais bien ces moments où le bar semblait m’appartenir. Mais il ne faut pas se leurrer; une buvette est une maîtresse plutôt volage. De l’autre côté du comptoir, Jeff attendait que j’aie pris ma première gorgée de bière avant de commencer la discussion. Je prenais mon temps, étirant le plaisir de ces silences d’après-midi. Je savais que dès ma première gorgée, Jeff allait m’envoyer une phrase sybilline pour partir la discussion. J’ai tranquillement pris une gorgée. Jeff faisait semblant de ne rien voir de mes gestes mais il tendait l’oeil. J’ai avalé puis, par pure cruauté, j’ai attendu deux secondes avant de donner le signal de départ, avant de faire ah...
- Aaah...
- Hier, je l’ai fait!
J’étais habitué à ses étranges entrées en matière, mais à chaque fois, il réussissait à me surprendre. Je n’ai pas répondu tout de suite, alors il a continué:
- J’ai mis fin à tout cela.
Je gardais le silence comme un objet précieux. Je savais où il voulait en venir, ce qu’il avait fait. Aussi, je savais qu’il savait que je savais. Il a ajouté:
- Je sais toujours pas si je suis plus heureux aujourd'hui qu'hier.
Puis, il est parti laver des verres.

12 commentaires:

  1. Tiens! Exactement comme ça qu'on s'est rencontrés, mon amireux pis moi: il s'est assis au bar et pouf! une p'tite rousse toute émoustillée est venue s'asseoir à ses côtés

    RépondreEffacer
  2. Ça c'est chien! Qu'est-ce qu'il a fait encore?

    Au début, je me demandais si j'étais pour faire partie de l'histoire mais quand j'ai vu le mot "après-midi", je me suis dit que je n'étais jamais assez saoûlon pour courir les bars avant de souper... ;-)

    RépondreEffacer
  3. T'inquiète Pat, c'est clair que c'est de la fiction.
    Jeff, faire la vaisselle...

    RépondreEffacer
  4. T'inquiète Pat, c'est clair que t'es de la fiction.

    RépondreEffacer
  5. Voici donc ce qu'il aurait fait: cesser de faire la vaisselle. Mais Galad soulève une point d'interrogation: avait-il déjà commencé?

    RépondreEffacer
  6. Vive la chute libre!

    Perso, je préfère m'en plaire... ;-)

    RépondreEffacer
  7. "je savais qu’il savait que je savais."

    et moi j'imagine que tu sais...

    RépondreEffacer
  8. le lieutenant colonel21 février 2007 à 12 h 16

    Entrer dans ce blogue sans préparation est inquiétsant...

    RépondreEffacer
  9. Le lieutenant colonel21 février 2007 à 12 h 36

    Je le dis comme je le pense... inquiétsant!

    RépondreEffacer
  10. Julius, on est toujours de la fiction jusqu'à temps qu'on paye la première tournée!

    RépondreEffacer
  11. Hum... ouin... haheum.... moi aussi j'me le demande... Quoi ? Ben, la même chose que lui là !

    RépondreEffacer
  12. Fiction, c'est clair. J'ai beaucoup de difficulté à commencer, mais je suis incapable d'arrêter.

    RépondreEffacer