mardi 8 août 2006

Inventé de toutes pièces...

Quelqu’un peut-il dire aux Français qui vivent au Québec que «piastre» est un mot français, attesté depuis 1595, - même le Robert le reconnaît comme unité monétaire canadienne en langage familier - et que leur pseudo correction «pièce» ne veut rien dire?

Ça me coûte 20 pièces? De 10 sous? De 25 sous? D’échecs? De théâtre?
Piasssssssss, criss!! Qu’ils prononcent piasTRE si ça leur chante, m’en fous, mais qu’ils arrêtent de gentiment me corriger comme si j’étais un débile léger.
Le prochain, je le jure, je le mets en piastres…

14 commentaires:

  1. La prochaine fois, tu les enverras faire un tour en Égypte s'ils ne te croient pas. Là-bas, les livres égyptiennes sont divisées en piastres, en mémoire des vieilles colonies françaises. Il est donc plus que commun d'entendre la caissière du souk nous réclamer "two pounds and fifty piastres".

    À voir ici: http://digilander.libero.it/marcobanc/banc149a.jpg

    RépondreSupprimer
  2. Voyons, on dit "dollar canadien" !

    (Juste pour le plaisir de me faire mettre en piasses.)

    RépondreSupprimer
  3. Alors que je travaillais dans une librairie du Vieux-Québec, une touriste m'a demandé si nous acceptions l'argent français. Étonnée de ma réponse négative, elle s'est crue obligée de rajouter sèchement : « vous devriez ».

    Je l'aurais crucifiée.

    RépondreSupprimer
  4. Combien de temps les français vivant ici mettront-ils à nous rendre aussi névrosés que les français de Paris?

    RépondreSupprimer
  5. Ah, merçi, M. Demetan. C'était comme un bourdonnement qui nous enerve mais reste iniditentifiable... (Je sais, ça existe même po, mais c'est beau et honnête).

    RépondreSupprimer
  6. inidentifiable, plutôt. Oups.

    RépondreSupprimer
  7. Peut-être faudra-t-il gentiment les corriger comme s’ils étaient des débiles légers. « Non, non, je ne parle pas d’architecture. Et si je le faisais, le synonyme juste serait piécette, et non pièce. » Si Bob n’en parle pas trop, Larousse est pas mal d’accord là-dessus...

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    Je suis une Française qui habite en France et il y a une chose que j'ai observé depuis longtemps : les Québécois parlent mieux français que nous. Je ne connaissais pas le mot "piastre" et ce n'est pas le seul...

    Sinon, je ne suis pas névrosée mais c'est parce que je n'habite pas Paris mais sur un plateau en altitude où les congères atteignent 4 m et le thermomètre moins 25°C en hiver : un petit Québec (sans python) ?

    RépondreSupprimer
  9. Des cons, il y en a partout, en France comme au Québec. Mais c'est bien connu le plus con des deux, c'est l'autre. Donc les québequois puisque je suis française...
    Il y aura toujours des cons prétentieux pour venir affirmer qu'ils savent mieux que vous (sur quels critères?)et ma belle-mère (qui a quitéé son québec natal pour venir épouser mojn français de père) ne comprendra jamais pourquoi je lui répond qu'elle n'est pas un fauteuil quand elle me dit se sentir confortable avec les maths. Le débat est sans fin...

    RépondreSupprimer
  10. Pour la paix des peuples, payez en carte bleu et arreter de tergiverser.

    RépondreSupprimer
  11. Emmanuelle : "banc de neige", pas "congère". ;-)

    Et puisqu'on parle argent, l'utilisation intempestive de "sous" au lieu de "cent" (ou "cenne", si l'on est pressé) me donne tout aussi de l'urticaire.

    RépondreSupprimer
  12. Ah... ben c'est drôle des "bancs de neige" si hauts qu'on peut même pas monter dessus pour s'assoir. Mais les bancs de sable sont pas pratiques non plus, alors on va s'assoir dans les prés avant qu'il ne neige à nouveau.
    Sinon, le vent qui transporte la neige, du Sud comme du Nord, et fabrique ces bancs de neige, de cons errants (con ! j'erre, tant de neige, et on perd tous ses repères). Ce vent, donc, chez nous c'est la burle.

    RépondreSupprimer
  13. Benoit: sou, au sens de pièce de monnaie, est attesté en français depuis 1150 et viendrait directement du latin.

    Ouf. Je peux continuer de le dire... Sinon il m'aurait fallu dire «machines à cennes», «être sans la cenne», «Parler grosses cennes», «Le 4 cennes (le théâtre)», «hier, j'étais cenne»...

    RépondreSupprimer