samedi 10 juin 2006

Gheu!

Hier soir, après l’heure du boire, ma fille est là, lasse, repue, occupée à digérer sans trop régurgiter. La tête calée dans le creux de mon bras, elle me regarde de ses billes bleutées. Je lui fais des gouligoulis, rien de bien original. On est vendredi, après tout.
Puis entre deux coups de doigt sur le menton, Romane arrondit les lèvres, se concentre et fait : gheu! Un gheu guttural, à mi chemin entre le «gheu» et le «ghâ», un gheu qui ne veut rien dire mais qui m’est destiné. Je réponds un oui vaguement intéressé, comme il sied à un père un peu fatigué.
Elle me renvoie son gheu...
-Bah oui...
-Gheu!
-...
-Gheu!
Ça a duré un bon cinq minutes. Gheu! Non! Gheu! Ah oui? Gheu! Tu blagues? Gheu! T'en as parlé à ta mère? Gheu!...
Cinq minutes de discussion avant que la lourdeur de ses paupières ne l’emporte sur tout.
Alors que Jérémy rêve de s’entretenir avec le Pape, pendant que des ingénieurs de la Nasa envoient des sondes remplies de chansons d’Elvis pour jaser avec E.T., moi, assis dans ma cuisine, j’ai parlé pendant cinq minutes avec la vie.
Je n’ai aucune foutue idée de ce qu’on s’est dit.
Enfin, si. Mais je ne vous dis pas.

7 commentaires:

  1. Je suis sûre que si, vous en avez parfaitement idée : mais il y a des choses qui ne sont pas publiques, comme la traduction des premiers gueuh. C'est entre elle et vous.

    Après, quand elle parlera avec des mots accessibles à tous et pas seulement à son père, fini les secrets...

    Une maman scribouilleuse aussi, et qui chante très très mal.

    (Ps : j'aime bien ce que vous écrivez)

    RépondreSupprimer
  2. Pfff, inutile d'essayer de nous cacher ce qu'elle disait, c'est très clair:

    - Tu sais papa, c'est bien beau la peternité et tout mais il faudrait que tu commences à penser à aller boire un petit verre avec les copains là. Je suis certaine qu'ils s'ennuient de toi.

    - Tu blagues?

    - Non non, je suis sérieuse.

    - T'en as parlé à ta mère?

    - Oui et elle est d'accord...

    Voilà!
    Tout le plaisir est pour moi.

    RépondreSupprimer
  3. Ces instants sont magiques et uniques. Yeux dans les yeux, c'est les émotions qui en découlent qui en font une conversation des plus agréable. Puis le temps passe si vite, avant qu'elle arrive à l'adolescente et passe son temps à jaser au téléphone avec ses amies, tu es mieux de profiter de chacun de ses moments d'intimité!

    RépondreSupprimer
  4. Nous sommes tous gueux
    Tous en quête d'amour

    RépondreSupprimer
  5. Je dois t'avouer Daniel, que j'ai eu une petite envie de larmes, là, en te lisant. Le bonheur quand on le croise quelquefois, donne envie de se mouiller les yeux.

    RépondreSupprimer
  6. Idem! Je suis femme de peu de mots devant un échange peu locace mais si émouvant! Chanceux!

    RépondreSupprimer