mardi 13 juillet 2004

Le talent tueur

Soleil, chaleur, brise légère. Le seul pas que j'ai fait dehors avant 17h a été pour sortir quelques plantes sur mon balcon. Même pas écrit une ligne. Pas fier.

J'ai passé la soirée avec J. Après 2 films et une petite bouffe, il m'a fait écouter des ébauches de compos. Il veut que je lui compose des textes à mettre sur ses notes. Je veux bien. Mais je ne sais pas pourquoi, je bloque dès que j'y pense. Même chose pour mon putain de roman et pour mon recueil de nouvelles. Je m'écoeure.

Pourtant, G. me dit que j'ai du talent. C'est flatteur, mais je sais bien que je suis loin d'en avoir autant que lui. Lui il compose entre 2 cigarettes. Je fais tout pour le déranger dans l'écriture de son 3e roman (3e! M'énarve...); je le bats aux échecs, lui sape le moral au poker, rien à faire. Il se revire de bord, me fait lire une nouvelle qu'il a chiée la veille ou un texte de poésie écrit entre 2 efforts sur le bol pour un show de sa soeur... Puis ça vaut 100 fois ce que je mets 2 semaines à peaufiner...

Peut-être suis-je juste trop sévère avec moi.

Pis là, il est 3h30.

Demain, j'écris.

2 commentaires:

  1. Tu es un peu dur là, surtout que tu nous a écris une bonne douzaine de ligne rien que pour nous expliquer que tu n'écrivais pas...

    Penses-y pas trop.

    RépondreSupprimer