jeudi 1 avril 2010

À la recherche du temps perdu

L'avantage, avec l'âge, c'est qu'on sait ce qu'on veut. On sait aussi, du moins habituellement, comment l'obtenir. On est efficace, précis, on ne perd plus son temps…


Jeune, on n'est pas aussi efficient. On vise B, on atteint A, parfois C. Il m'est arrivé de frôler D (et E, mais je vous en parlerai une autre fois). On est vague, un peu flou, on arrive à côté des objectifs (si on en a!), ce qui nous fait découvrir des sentiers qu'on n'aurait pas exploré, goûter des saveurs qu'on aurait pas osé se mettre en bouche. C'est comme ça qu'on pense devenir médecin et qu'on finit professeur. Ou écrivain. Ou boucher.


Il en va de même des dictionnaires électroniques intégrés aux traitements de texte. Besoin d'une définition, d'un synonyme? Clique ici, sélectionne. Bingo bonsoir, pas de tataouinage. Les dictionnaires électroniques, c'est l'équivalent de la quarantaine, c'est l'ouvrage de références adulte.


Mais j'ai tâté du dictionnaire électronique. J'en voulais un depuis longtemps. Verdict? Autant je ne m'ennuie pas de mon adolescence, autant je m'ennuie de la version papier de mes dictionnaires. Avec l'ancêtre de mon e-Bob, je cherchais un mot, j'en découvrais 10 autres, j'en avais pour vingt minutes à chaque recherche. Parfois, j'en oubliais le mot qui m'avait fait ouvrir le bouquin. Combien d'heures ai-je passées, enfant (et plus tard...), à regarder les drapeaux dans le Petit Larousse, à scruter les parties d'un bateau, à lire les pages roses?


Grâce au dictionnaire électronique, je ne perds plus mon temps. Et ça m'ennuie.

7 commentaires:

  1. Je te comprends. Et j'ai toujours mes dictionnaires papier. :-)

    RépondreSupprimer
  2. Idem de mon côté. Tant de temps que je n'ai pas perdu à flâner autour du terme recherché ! Et tant de trouvailles débusquées ainsi !

    Je suis comme Panthère Rousse. Et j'irais même plus loin. J'adore avoir les livres de mes auteurs favoris. Les passages que j'ai préférés, j'arrive à les retrouver les yeux fermés, grâce à l'usure du papier. Difficile de faire de même avec un blog... ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Il y a quand même un avantage avec les dicos électroniques, c'est qu'on peut se promener facilement dans les synonymes, les antonymes, les locutions, les cooccurrences, la famille, les analogies, les citations, les anagrammes et les conjugaisons quand c'est un verbe. On peut s'y perdre aussi, mais autrement.

    (J'utilise Antidote.)

    RépondreSupprimer
  4. En effet, j'ai tellement perdu de temps à lire les définitions des autres mots... Une fascination irrésistible quand il y en avait un qui accrochait mon regard...

    RépondreSupprimer
  5. J'suis d'accord avec Renart L'éveillé. Mais y a rien qui bat la section des noms propres dans le dictionnaire traditionnel.

    RépondreSupprimer
  6. C'est pareil pour les bibliothèques de quartiers où l'on peut trainer dans les rayons et celles où est obligé d'avoir le nom de l'ouvrage cherché.

    C'est vrai aussi de mon métier, quand je pouvais trainer dans les espaces pour attraper les adolescents qui vont mal, et quand je n'ai plus le temps que d'intervenir sur requête urgente...
    Et oui, je regrette ce temps là, qui n'était pas du temps perdu.

    RépondreSupprimer
  7. Moi je trouve que les dictionnaires papiers sont toujours plus complets que les électroniques. Il faut souvent consulter plusieurs sites Internet pour trouver ce que l'on cherche... Le seul bon site que j'ai trouvé, c'est pour les synonymes. Il est laid, mais complet : http://www.crisco.unicaen.fr/cgi-bin/cherches.cgi

    Klassy Kal

    RépondreSupprimer