samedi 11 octobre 2008

CSST

Tout le monde parle de cette pub de la CSST.

Elle fesse.


Dominic Arpin en parle sur son blogue. Je transcris ici ma réponse à son billet. Désolé pour le décousu de l'affaire...


C’est étrange que tous ceux que cette pub énerve soient des gens qui pratiquent des métiers très peu physiques, voire intellectuels. Demandez au monde d’usine, aux gens de la construction, à n’importe qui qui travaille un tant soit peu physiquement, ils vous diront que c’est la réalité, leur réalité, et ils vous raconteront une histoire d’horreur qu’ils ont vue.

On regarde tous des vidéos 100 fois pires, des films où l’on tue 20 personnes à la demi-heure, des jeux vidéos où l’on tire tout le monde, mais quand on parle de la réalité, on joue la vierge offensée? À d’autres…

Eh bien, c’est qu'on ne côtoie pas ça tous les jours. Devinez il y a combien de personnes au Québec qui font un travail où ils pourraient se blesser voire mourir sans un minimum de sécurité? Sortez de votre bulle, les gars! Des accidents du genre, il y en a à la tonne chaque année. Et non, ils n’arrivent pas dans les studios de photos, devant la caméra à la télé ou dans une de mes classes de grammaire. Et je crois que c’est important que tous le voient. La pub montre un accident dans une usine, mais ce qu’elle montre vraiment, c’est qu’il faut faire attention. At large.

Oui, la pub est «choc». C’est le but. Faire réagir. Faire réagir du monde blasés par la violence que la télé, le cinéma et tutti quanti offrent chaque jour. Alors on fesse. Des gens MEURENT dans des accidents bêtes. Des gens se font broyer une main parce que le patron refuse de mettre un bouton rouge pour économiser 100$. Et des gens qui perdent pied et qui tombent tête première dans un broyeur de roches, ça arrive (je pourrais vous donner des noms pour chacun de ces exemples…) C’est la réalité. Et vous seriez surpris du nombre de victimes de ce genre d’accidents chaque année au Québec.

Votre réaction, c'est-à-dire demander de réserver ces pubs à la formation du personnel d'usine, c'est demander de cacher les pubs d'accidents de voiture de la SAAQ sous prétexte que vous prenez le bus. Cette réaction est exactement celle qu'on reproche aux gens «ordinaires»(sic) quand ils disent se foutre des coupures aux artistes, quand ils disent qu’on en parle trop partout, que ce n’est pas leur monde.

Je ne suis pas fâché, je suis juste p'us capable d’entendre des gens (que j’estime en plus) dire que c’est dérangeant et que ça ne devrait pas être montré.

C'est dérangeant! Ça serait bien le «boutte» si ce ne l'était pas! D’ailleurs, si on en parle, c’est que le but est atteint.

Bon, j’vous laisse, je retourne regarder des IGnobel sur You Tube…

14 commentaires:

  1. Les premiers qui devraient s'en plaindre ce sont les ouvriers eux-mêmes.
    Ils se taisent, de peur de perdre leur job...
    Que la CSST mette sur pied un mécanisme (via Internet?) où le ou la travailleur(se) pourrait dénoncer tout manque à la sécurité dans son secteur.
    Ce sont eux et elles qui sont les mieux placé(e)s, pas moi !

    RépondreSupprimer
  2. Entièrement d'accord! Le père d'une amie est mort comme ça. C'est très réaliste.

    RépondreSupprimer
  3. Cette pub me fait frissonner à chaque coup mais elle fait passer le message, la preuve c'est que tout le monde en parle.

    Toutes les fois où j'ai eu un boulot qui impliquait une machine, même s'il n'y avait pratiquement aucune chance de m'y blesser, je repensais à ces histoires d'horreur et je me méfiais. Alors oui, ces pubs sont dérangeantes mais elles sont efficaces : lorsqu'on a peur, on fait plus attention et ça prévient plusieurs accidents bêtes.

    RépondreSupprimer
  4. Si tu savais... Cette pub, si elle est utile, ne fera pas forcément réagir les gens concernés... J'ai été confronté dans mon précédent job à un accident du travail qui a entraîné la mort d'un ouvrier (chute de + de 20 mètres). Et bien même face à cette réalité brutale, les réactions des collègues du défunt et des autres ouvriers du chantier ont été plus qu'ahurissantes !! "il n'avait qu'à faire attention" ou encore "moi, je ne m'attacherai pas, j'ai 20 ans de métier, je sais ce que je fais"... et des choses encore bien pire !!
    Pas sûre qu'une vidéo montrant une chute aurait eu un quelconque impacte... Sinon obtenir d'eux des réactions tout aussi navrantes !
    Est-ce que c'est parce que j'ai vu sa soeur et sa maman, en larmes, que je me souviens encore de l'accident ? Ses "collègues" ont eux, sans doute déjà oublié... Mais pas son frère qui était à côté de lui quand il a mis le pied sur cette tôle non balisée, qui s'est avérée être un piège redoutable ! (ni l'infirmière du chantier qui l'a tenu dans ses bras, jusqu'à l'arrivée des secours).

    RépondreSupprimer
  5. Je regarde les fils où 20 personnes meurent à la seconde, je joue à des jeux où on doit tirer dans tout ce qui bouge ou presque et pourtant je suis tout autant toucher que ceux qui n'aiment pas ce genre de trucs... Faire la différence entre la fiction et la réalité, ça aide à ne pas devenir insensible aux choses qui se passent alentours de nous - même si ça ne nous concerne pas au prime abord. Je ne vais pas mourir derrière mon écran en tant qu'infographiste, mais je trouve ignoble (euphémisme!) que certain patron refusent la sécurité à leur employés simplement parce qu'ils sont "cheaps". Que ce soit une réalité du métier ou pas, ça n'excuse pas le manque de préventions et de protection!!!

    Maintenant, ne reste plus à savoir si cette publicité fera autre chose que simplement faire parler les gens, mais les fera agir!...

    RépondreSupprimer
  6. Je regarde les films* désolé de l'erreur!

    RépondreSupprimer
  7. Il y a eu les pubs sur les chutes en hauteur puis celles des machines qui peuvent broyer et maintenant celles sur le cadenassage... La plupart du temps, l'accident n'est pas mortel mais bouscule tout sur son passage. L'accident change toutes les sphères de la vie (financier, familial, social, physique, sexuel, professionnel etc). Moi, je les écoute, les supporte, les accompagne tous les jours ces travailleurs et travailleuses qui restent avec les séquelles graves de ces accidents. Et je dirai toujours haut et fort que nous sommes tous concernés et que cette publicité a sa place!

    Dame V

    RépondreSupprimer
  8. -Je peut dire que je travail dans une grande usine de production et depuis 55ans d'activitées, le seul accident notable est la perte d'un bras. Toute les mesures de securitées sont bassé sur le cadenassages de la source d'energie d'une machine. Le mot accident est dans le dictionnaire pour rester ,la securitée est une question de ``come in sense``Nous avons une forme de bonus pour la securitée au travail et de tres nombreuses rencontres sur le sujet. Evidamment, un employé veut souvant gagner du temps ...

    RépondreSupprimer
  9. Cette pub fesse et dérange c'est vrai. Des gens se disent parfois que c'est trop. Mais je crois que rien n'est jamais trop en terme de sécurité. Parce que les moindres gestes peuvent porter des préjudices graves, même s'ils ne tuent pas, même s'ils ne font pas exploser le sang. Celle-ci a quelque chose de dégueux, sans doute pour qu'on se rappelle de faire un peu attention. Même lorsqu'on a l'impression que ce n'est pas si dangereux.

    RépondreSupprimer
  10. Même si je suis prof et peu exposée à ces accidents, je suis très sensible à ces publicités car elles nous rappellent qu'un accident est si vite arrivé. Désolé pour la platitude du terme mais il reste vrai. Que ce soit en usine avec de la machinerie ou encore dans une école où l'on manque une marche parce qu'un élève nous pousse dans le dos, on ne peut qu'être vigilant et attentif.

    RépondreSupprimer
  11. Ce genre de publicité est absolument nécessaire. Je connais plusieurs personnes qui sont électriciens ou électromécaniciens, et ce genre d’accident arrive. Plusieurs histoires d’horreur glacent le sang et ne sont pas exagérées. Par contre, la prévention est axée sur les sources extrêmes de risque (machinerie, électricité, chutes, etc…), mais ne tient pas compte des autres facteurs de risque. Je suis présentement victime d’un accident qui aurait pu être pu être évité facilement, moyennant 0.25$ d’investissement... Après 1 an et demi d’attente suite à une erreur de diagnostique médical et encore 1 an d’attente pour une chirurgie et des délais de rétablissement qui seront tout aussi long après, l’économie de 0.25$ commence à coûter cher. Il est temps que l’on réfléchisse à une chose : la santé et la vie d’une personne valent-ils l’économie de quelques $$$.

    RépondreSupprimer
  12. Cette publicité est moins choquante qu'un accident évitable qui résulte en la mort d'un travailleur.

    Je connais personnellement des blessés graves; j'ai vu des accidents mortels et moi-même par ailleurs n'aie pas été épargné.

    Je suis maintenant conférencier pour sensibiliser à la santé et sécurité au travail. J'autilise moi-même un peu de sensationnalisme dans mes conférence pour faire comprendre qu'un accident de travail c'est qq chose de très sérieux et très réèl. Je vous invite d'ailleurs à regarder un extrait de ma conférence pour que vous en jugiez par vous-même:

    http://blog.santeetsecurite.com/prevention/sensibilisation-a-la-sante-et-securite-au-travail

    RépondreSupprimer
  13. des belles annoncent ils font honneur !!!

    http://accidenttravailquebec.e-monsite.com/

    RépondreSupprimer
  14. mon histoire de CSST COMMISSION DE SUCEUX DE SURVIS DES TRAVAILLEURS

    http://www.youtube.com/watch?v=y8HlADeoQ04

    RépondreSupprimer