mardi 31 août 2004

La saleté des sobres

Depuis quelques jours, je suis d'une efficacité qui me déconcerte parce que sporadique: peintre de murs sales, réparateur de robinets, boucheur de trous, relationniste proprio-locataire (pourquoi suis-je si fin avec cet enculé brossardois bronzé à l'année?), professeur de collégiennes estivales (criss de tailles basses!) J'ai même réussi des rénos sur mon blogue, moi qui nage dans les codes informatiques comme une roche dans une mer japonaise (vous essayerez de crier à l'aide avec 4 alphabets!) Alors ce soir, je m'assois pour contempler mon oeuvre. Avec le sourire niais de celui qui a fait, je me passe une main complaisante dans les cheveux qui me restent. J'arrête soudain mon mouvement et réalise que je ne me suis pas vraiment lavé depuis que je suis efficace.
Alors vous avez le choix: sale et producteur ou propre et picolant.
J'ai ma petite idée là-dessus.


4 commentaires:

  1. Ça pourrait être pire...du genre sale et picolant...
    Et tous ces aménagements, c'est une chambre de bébé que tu prépares? héhé...

    RépondreSupprimer
  2. Le pire du pire: propre et producteur... Repropreducteur (pour faire un jeu de mot à la Dipat)!

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi tu m'as pas dit que tu bloggais? Personne me dit jamais rien à moi, meeeerde! Anyway, avec ta permission, je reviendrai régulièrement: I like your style.

    RépondreSupprimer