vendredi 17 août 2012

Chroniques de Péribonka - troisième partie

Mes enfants n'ont pas encore vu la mer, mais ils ont vu la plage de Vauvert, ce qui n'est pas loin (sans sarcasme aucun ici). Et pour faire vraiment côte est, il y a des restants de partys de la veille qui trainent ça et là, sans compter le brillant qui vient se baigner en roulant avec son Jeep jusqu'à 2 mètres de l'eau. Mais l'eau est plus chaude qu'à Old Orchard.

***

Partout où nous sommes allés, jamais nous ne nous sommes fait regarder de travers parce que nous avions des enfants. La grande bloque le chemin parce qu'elle est dans la lune? Le petit court partout? Il n'y a pas de problème là. Ici, avoir des enfants, c'est normal. Ça fait changement du plateau.

***

Au dépanneur barre oblique épicerie barre oblique station-service de Péribonka, on trouve pas mal de denrées, et si vos papilles ne sont pas trop exigeantes, pratiquement tout. On y trouve aussi le Devoir, pourtant introuvable du temps que j'habitais la pointe Saint-Charles. Ce n'est pas parce qu'on cultive la patate que...

***

On aurait dû prévoir un budget spécial pour les bleuets au chocolat des pères trappistes. On s'est limité à une boîte par jour. Dures, les vacances...

***

À la caisse du dépanneur barre oblique etc., les gens du coin commandent ce qu'ils veulent quand ils ne le trouvent pas en tablette. La caissière barre oblique commis barre oblique réceptionniste sort son stylo, prend en note la liste, le nom et le numéro de téléphone du client. Avant de raccrocher, elle promet que la commande arrivera le lendemain. La grosse épicerie n'est pourtant pas si loin, mais ici, le temps se prend. Et quand on regarde couler la Péribonka, le yogourt nature 2% peut bien attendre.

***

Quelques personnes nous disent de ne pas aller au zoo de Saint-Félicien parce qu'il n'y a pas de girafe ou d'éléphant. Il faut savoir que ce zoo se spécialise en animaux de la Boréalie, qui peuvent donc vivre à de telles latitudes. Je ne trippe pas zoos (mais bon, j'ai des enfants...) mais cette simple «spécialisation» tombe sous le sens et me rassure. Et à voir le nombre de petits qui y sont nés cet été (tigre, yack, ours, etc.), les animaux semblent s'y plaire. Nous aussi, on s'y est plu.

Plusieurs fois, dans les guides explicatifs, le zoo nous rappelle que l'Homme fait partie des espèces animales, qu'on fait partie de l'écosystème. On dit «Ben oui, 'eul sais» mais bon.

Dans le bâtiment à l'accueil, on y parle des Montagnais. On y voit une autochtone en habits traditionnels, et la même en robe d'aujourd'hui. C'est con, mais ça m'a frappé à quel point on voit toujours des plumes sur la tête des Amérindiens, comme si on leur refusait toute modernité.

***

Avant-dernière journée. Fête de (ma belle-)famille. On est sur le 8 rang de Sainte-Jeanne-d'Arc. On doit être une centaine. Les enfants courent partout, flattent les poneys, appellent les moutons. Quelques personnes de l'endroit portent le carré rouge.

En fin d'après-midi, je pars seul dans le champ, je filme juste pour me rejouer le chant des grillons une fois revenu en ville. Un peu d'espace en bouteille.

***

Au retour des vacances, ma belle-mère nous a préparé de la soupe aux gourganes. Je n'en avais jamais goûté. C'est un peu gris-brun, rien de très hop la vie. Mais j'ai beaucoup aimé. Je regrette de ne pas m'être arrêté dans un de ces rares restaurants-maisons qui en offraient. Avouons que la personne chargée de trouver les noms des aliments au menu des tables québécoises a dû échouer son cours de marketing (la semaine sur le nom de produit accrocheur): ragout, poutine, guédille, gourgane...

***

Bref, au lac Saint-Jean comme partout, il faut prendre le petit chemin à côté de la route principale, il faut s'arrêter au resto qui a l'air de rien, il faut surtout s'arrêter quand on trouve que c'est beau. Même parfois là où ce l'est moins.


5 commentaires:

  1. C'est beau quand tu le veux; c'est ce qu'on appelle l'état de grâce...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces chroniques... c'est comme un peu de vacances dans mon été !

    RépondreSupprimer
  3. Bien que pas toujours facile, c'est agréable de toujours voir le côté positif!

    RépondreSupprimer
  4. La prochaine fois que vous allez au Lac, il faut faire le détour par Saint-Gédéon-de-Grandmont, petite oasis bénite où on trouve une microbrasserie qui offre un menu bistro très intéressant et... des espresso !

    La plage est belle, très belle. Accès gratuit via le camping.

    Le village est joli et fier.
    Aller à Saint-Gédéon m'a pour ainsi dire réconciliée avec le Lac, qui me désespérait avec sa suite (presque) ininterrompue de stands à patates frites.

    Vauvert est aussi, à ce qu'on dit, un trésor.

    Moi, j'ai trouvé cet été mon trésor à moi, près de Saint-Félicien : mais motus et bouche cousue... je tiens à continuer à tutoyer tranquillement la plage et le lac pour des siècles et des siècles, amen ! J'ai trouvé ZE place où les secondes se suspendent... et où les enfants sont libres !

    RépondreSupprimer
  5. On peut parcourir le monde et voir des choses impressionnantes, mais c'est lorsque je vois le temps s'arrêter que l'extase commence. J'ai de l'espace pour réfléchir, apprécier, aimer; vivre.
    Est-ce que c'est ça, vieillir?
    S'ennuyer du grand rien, quand tout ce qu'on a pu voir se bouscule dans notre tête?
    Où bien est-ce la vie qui se teinte de folie et nous empêche de déguster le temps qui passe?
    Je suis tellement content de lire vos textes.
    Ça fait parti des petits moments où je choisis de m'arrêter, pour goûter pleinement.

    RépondreSupprimer