jeudi 27 septembre 2007

Ces corps qui flottent facilement

J’ai sauté tête première du bout du quai. La température de l’eau m’a à peine surpris. Je suis allé assez profondément pour sentir le poids de l’eau dans mes oreilles. Puis, j’ai regardé la surface. Par en dessous, comme je faisais depuis longtemps.

Des bulles remontaient doucement au travers des rayons du soleil. Je me suis demandé si les gens qui périssaient noyés voyaient aussi ce spectacle. Est-ce que cette beauté adoucissait la brûlure de l’eau qui emplit les poumons? Combien de secondes s’écoulent avant que ne cesse la douleur? Pendant combien de vies reste-t-on conscient? À quel moment regrette-t-on notre geste?

Pendant que je me posais ses questions, mon corps remontait doucement à la surface. Sans coups de pied, sans mouvements de bras. Malgré moi. Il y a des corps qui flottent plus facilement que d’autres.

Pourquoi certaines personnes doivent constamment nager pour rester à la surface?

11 commentaires:

  1. Heu... parce qu'ils flottent moins bien?

    J'déconne. Belle image.

    Ben quoi... je ne veux pas me retrouver avec ma photo sur ton blogue.

    RépondreSupprimer
  2. Parce qu'ils sont d'une nature plus céleste, comme les femmes:

    “s’il arrive qu’une femme et un homme tombent de compagnie dans l’eau, sans espérance de secours, la femme surnage longtemps avant d’enfoncer ; au lieu que l’homme fend l’eau, comme une pierre et prend d’abord la route du fond : d’où vient cela, s’il vous plaît ? […] C’est que la femme a été créée dans le paradis ; et que ce lieu-là, où qu’il soit à présent, était fort au-dessus de l’eau”

    (Henri-Corneille Agrippa de Nettesheim: "Sur la noblesse et l'excellence du sexe féminin, de sa prééminence sur l'autre sexe").

    RépondreSupprimer
  3. Ben ça dépend dans quoi tu nages.
    En général, quand t'as besoin de ramer avec tes bras, c'est que t'es dans la merde jusqu'au cou.
    Voilà, rien qu'une question de densité.

    RépondreSupprimer
  4. Je connais quelques corps qui flottent mais je suis certain que ça serait un peu trop scato à ton goût.

    RépondreSupprimer
  5. Ton texte ferait un excellent début de film, il me semble.

    Catherine

    RépondreSupprimer
  6. Mercurius Mandrax, c'est la loi de Mongolfier: Les filles n'ont pas les deux sacs de lestage, et leur crâne est rempli d'air chaud. (Je plaisante, évidemment..!:) A.Lebeauf***

    RépondreSupprimer
  7. moi aussi je me le demande. SI quelqu'un a un indice...ce serait fort apprécié...je me tappe un iceberg tous les 5 ans en moyenne...je cherche un model du type coussin gonflable...Belle image

    Felix

    RépondreSupprimer
  8. Très belle image!

    Bizard, ..je dois nager pour rester à la surface, mais aussi nager comme une folle pour aller vers le fond.

    RépondreSupprimer
  9. C'est effectivement une question de densité. Le gras est moins dense que le muscle. Donc plus tu as de gras mieux tu flottes.

    May

    RépondreSupprimer
  10. Pour la question, je sais pas.
    Ça dépend peut-être de la quantité de vide présente dans notre esprit ?

    Pour avoir parcouru votre blog, lisant plusieurs articles ici et là, je tenais à vous dire que celui-ci m'a particulièrement touchée. Je ne saurais dire pourquoi mais j'ai adoré. Vraiment. Je l'ai relu trois fois et les trois fois j'ai été hypnotisée par les mots, les phrases et les syllabes.

    C'est sans doute parce que moi aussi je regarde parfois la surface de l'eau par en-dessous et qu'il m'arrive de me poser les même questions.

    RépondreSupprimer