lundi 24 juillet 2006

Les Enfants riches et le clown

Je viens de passer la dernière semaine un peu à l’écart, question de retrouver ma nature propre en bonne compagnie. Avec une Dame V détendue, une petite saoule d’air des bois, des amis au rire facile et au nez dans les bouquins de vacances. Ensemble on passait nos journées à regarder les familles de canards nager devant nous, nos soupers à trinquer à la vie, nos soirées tamisées à jouer aux cartes dans un chalet plus grand que tous les appartements où j’ai habité depuis 15 ans réunis.

Sur le lac, des enfants riches tournaient en rond en monoski ou sur des tubes dignes de parcs d’attractions, tirés par des bateaux de 75 000$ qui consomment plus d’essence que le Centre Bell de bière, pendant que tranquillement, même loin d’eux, leurs vagues grugeaient la berge. Ces mêmes enfants riches qui, jumelés sous les parasols, jasaient force de moteur, valeur de propriété et revenus boursiers en scrutant l’horizon comme des visionnaires. Je ne pouvais m’empêcher de penser que selon la société qui m’entoure, ils représentent la réussite. Soupirs. Je n’appartiens pas au même monde et je vis très bien avec ce constat. Cette semaine, par mimétisme je suppose, j’ai pourtant un peu essayé; je n’ai réussi qu’à perdre mes lunettes dans le fond du lac, à blesser mon orgueil en tombant constamment de mes skis nautiques, à m’écraser le cartilage des genoux sur un trampoline extérieur et à me briser la dernière phalange du petit doigt en jonglant avec des boules de pétanque pour faire rigoler des enfants. Dans un cirque, je serais le clown avec le feu au cul.

Mais le matin du dernier jour, sur le miroir du lac aux aurores, entre deux bancs de brouillard, est passé une chaloupe. Je pouvais entendre l’effort du bois sous chaque coup de rames. Au centre de la baie aux canards devant notre chalet, le marin d’eau douce s’est arrêté pour souffler un peu, pour humer le calme, pour savourer la fraîcheur, Quand il m’a vu debout sur le quai, il m’a salué de la tête, petit coup de menton discret vers le bas, le visage épanoui de celui à qui appartient la vie pendant que les réussites refont le plein d’essence, puis il a repris son doux labeur pour disparaître dans un nuage à fleur d’eau. Dans les arbres derrière moi chantait une tourterelle triste.

Hier soir, je suis rentré à Montréal en sachant très bien qui j’étais.
Je suis une barque un matin d’été.

13 commentaires:

  1. Et bien c'était moi dans ma chaloupe!

    Non, blague. Votre texte m'a beaucoup touchée.

    Ce soir, je suis à Montréal et je sais moi aussi très bien qui je suis et j'en ressens un profond plaisir

    RépondreSupprimer
  2. est-ce que le vieux t'a lancé :

    «Hey tit-gars, ça te tentes-tu de voér un càdâvre?»

    Parce que ce serait vraiment comme dans un rêve...

    Mais en moins cucul ;-)

    RépondreSupprimer
  3. ...hem, soit dit en passant, je voulais pas te traiter de cucul, ahah

    RépondreSupprimer
  4. Ah Bastien tu caches tout.

    Voilà mon Dan, tu es une barque un matin d'été, cucul... :o). Et c'est parfait comme ça.

    RépondreSupprimer
  5. euh je voulais dire bastien tu gâches tout... :$

    RépondreSupprimer
  6. C'est de cette façon que je vois la vie! Enfin je suis plus canot entre chien et loup! :)

    RépondreSupprimer
  7. C'est tout de même mieux qu'un vieux voilier vicieux! :P

    virginie

    RépondreSupprimer
  8. bastien est de la jeunesse que le cucul n'émeut pas.
    quand il sera plus vieux, qu'il aura (peut-être) lui aussi des enfants, il le deviendra lui aussi.

    RépondreSupprimer
  9. Humm...Bien que je ne sois pas encore de la vieillesse, je ne suis plus non plus de la jeunesse, j'ai des enfants et pourtant, avec tout ça, le cucul ne m'émeut pas plus.

    Ceci dit, je trouve l'image très jolie, pas nécessairement cucul.
    Les autres bateaux là, faudrait vous trouver un autre lac par contre, sinon ça fera un peu trop banlieue...;-)

    RépondreSupprimer
  10. Je suis peut-être une barque cucul... Mais, perso, je dirais kitch.

    RépondreSupprimer
  11. Bastien n'existe pas et Basduck want fuck and rage (kof kof!)


    Le cucul me semble profondément anti-érotisant, une manifestation du quotidien dans l'Île dorée (je suis sûr qu'Alberoni a écrit un chapitre là-dessus); c'est le premier pas avant d'avoir une maîtresse, ahah

    RépondreSupprimer
  12. Le kitch! ça par exemple! C'est bourgeois, c'est décadent! ça c'est libidinal à fond! Juste à voir les peintures rococo on sent que ça sue le cul (et pas le cucul) par tous les orifices possible! (Koos : what a man!)


    Toi je te sens pas assez snob et de mauvais goût pour être kitsch!


    Peut-être plus «cliché»?

    RépondreSupprimer
  13. Rien de cucul là-dedans à mon avis. Au contraire.

    RépondreSupprimer