vendredi 26 février 2010

Il est parti...

Sur le blogue, je peux corriger, m'expliquer, voire effacer. Mais le livre est un enfant vachement plus autonome. Une fois lancé, le temps est venu de le s'exprimer par lui-même.

Je lui ai mis les mots en bouche, maintenant je me tais pour lui laisser la parole.

Et comme tout parent qui rentre dans son nid déserté, j'essuie une larme, je regarde ma liste de projets jusque là en attente et je me frotte les mains...

I'm back baby.

11 commentaires:

  1. J'ai lu plus de la moitié de votre livre et j'avoue aimer votre style d'écriture. J'incite tout le monde à acheter votre recueil de nouvelles (ce que vous auriez dû annoncer).

    RépondreSupprimer
  2. Merci!

    En fait, il est annoncé que c'est un recueil, mais à l'arrière du livre.

    RépondreSupprimer
  3. tes lecteurs seront des juges sévères; le livre permet la distance, le recul, sans l'instantanéité à laquelle le web convie. Mais - oh, quelle découverte sublîme! Jeudi soir, je lisais La faille, et comme qui dirait, j'étais "bouche la bée". Je continue cette merveilleuse lecture que tu as mise au monde. Bon succès!

    RépondreSupprimer
  4. Ça me fait penser à ma chronique "Du livre au lecteur":

    http://nomadesse.blogspot.com/2009/07/du-livre-au-lecteur.html

    C'est bizarre quand on perd le contrôle de notre livre, mais c'est aussi euphorisant, Daniel!

    RépondreSupprimer
  5. Ça fonctionne super bien sur papier et en plus, il entre dans la poche de mon manteau.

    À prendre lentement, à petites gorgées.

    Cheers

    RépondreSupprimer
  6. Modotcom: Merci!
    Valérie: J'aime le «Au revoir, livre... Bienvenue, lecteur!» C'est exactement ça!
    PMT: À prendre lentement, à petites gorgées... Comme un scotch!

    RépondreSupprimer
  7. À mon avis, c'est surtout une libération, la publication!

    Plus de rapiéçages, d'ajustements, de repiquages... Le vocabulaire est calcifié et les idées immuables... Fini les améliorations, maintenant on dialogue avec les lecteurs (laudateurs ou gredins), et l'on rompt le soliloque de nos pensées d'écrivains.

    Par soutien à votre conviction, et grand amour pour la nouvelle, j'irai acheter votre ouvrage dès mon retour au pays (et toc, un de plus!).

    S.P.


    PS
    Bonne chance avec les critiques, la race pour laquelle Dante aurait indubitablement ajouté un cercle aux enfers.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Samuel.
    En effet, je commence à peine à me sentir libéré. Effet du lancement sans doute. Et plutôt que de continuer à chercher les améliorations possibles aux nouvelles, ma tête est maintenant disponible aux nouveaux projets.

    RépondreSupprimer
  9. Bravo Daniel !
    et j'espère que tu ne souffriras pas de voir une coquille, car comme tu l'as fait remarqué : pas de correction post-publication =)
    Tu sais si le livre sera en vente en Europe ?

    RépondreSupprimer
  10. Merci Elise!
    Rien de prévu pour l'Europe. Fort peu probable, je dirais.
    Bravo pour ton bébé!

    RépondreSupprimer