samedi 11 juillet 2009

L'Heure des bilans

On n'a pas tous besoin de faire pause, de regarder sur quoi on a les pieds, de constater le chemin parcouru. Moi, j'aime bien le faire. J'y vois une pause obligée, à l'image des fumeurs de pipe qui s'écartent du groupe pour attiser le tabac. Je suis sûr que ces derniers ont une meilleure santé mentale que la moyenne. Mais peut-être est-ce un leurre, le leurre des bilans, cet arrêt qui sert à prendre son élan. En bref, voici celui de ce blogue.

Ce blogue roule maintenant depuis plus de 5 ans, beaucoup plus longtemps que je ne le prévoyais au départ. Je dois avouer que chaque fois que j'ai songé à lui retirer les vivres, il a trouvé le moyen de me retenir. Je ne sais trop pourquoi. Peut-être pour tous ces gens qu'il m'a permis de rencontrer, de connaître. Je n'ai échangé avec certains que le temps d'un courriel ou d'une bière, mais d'autres sont devenus des amis. Certains demeurent des amis «blogueurs», que je n'ai jamais rencontrés en chair et en os, mais qui me côtoient depuis déjà longtemps, d'autres sont devenus des amis «palpables», des vrais sur qui je peux compter les soirs de blues. Il m'a aussi permis de retrouver des amis d'antan. C'est un peu magique à chaque fois, et plus drôle que via Facebook.

Ce blogue, c'est maintenant plus de 500 000 clics. Même si 450 000 de ces clics étaient de moi, Ça en fait quand même 50 000, soit 49 999 de plus que je ne l'espérais au départ.

Ce blogue m'a permis et me permet encore de peaufiner mon écriture. Sur maintenant plus de 700 textes, j'y fictionne au «je», j'y relate au «il», et j'ai réussi à y laisser cette saveur d'autobiographie fictive qui témoigne parfois directement, souvent indirectement de ma vie des 5 dernières années, une période riche en changements de tout sorte.

Ce blogue ne sert à rien. J'espère qu'il continuera à le faire. Il y a déjà trop de choses utiles autour de moi.

Ce blogue devrait être en partie publié l'an prochain. J'utilise ici le conditionnel, car je n'ai pas encore terminé les révisions de mes textes. Il n'en tient donc qu'à moi pour que ce projet ne voie le jour. J'ai besoin d'encouragements, surtout depuis quelque temps, avec l'arrivée de mon garçon. Le temps est une denrée précieuse que, plus elle se fait rare, plus j'ai tendance à gaspiller, un peu à l'image de ces pauvres qui s'achètent n'importe quoi quand ils ont 20$ de lousse. J'attends vos claques.

Pour toutes ces raisons, je tiens à vous remercier, chers lecteurs et lectrices. Que vous laissiez des commentaires ou pas, sans vous, ce blogue aurait fait comme bien d'autres et se serait éteint dès la première brise.

Bon. Ma pipée est terminée. Je retourne m'inspirer à la meute.

35 commentaires:

  1. J'espère que ce bilan te sert à regarder ce que tu as laissé sur la blogosphère ces dernières années. Tu as été un des premiers blogues que j'ai eu la chance de lire régulièrement et je le fais toujours aussi assidument, même discrètement.

    Je tenais à te dire, même si ça fait un peu téteux, non, à vrai dire, très téteux, que ton écriture est souvent un modèle pour mes tentatives.

    Longue vie!

    RépondreSupprimer
  2. Écoute bien. Je viens juste de te laisser un super beau commentaire mais il y a eu un bug. Et là, je me retrouve dans la fâcheuse position de ne pas pouvoir savoir si mon commentaire sera publié ou non.

    Alors, au risque de me répéter, je tenais à te dire que tu es l'un des premiers blogues qu'il m'a été permis de connaître il y a de cela un an et demi. Ton écriture m'a toujours inspiré dans mes tentatives.

    Longue vie! (peut-être souhaité pour la deuxième fois)

    RépondreSupprimer
  3. J'avais besoin d'encouragements, mais là...
    Wow!
    Merci!

    RépondreSupprimer
  4. tu sais l'admiration que je porte à ton écriture... tu me donnes quasiment le goût de rebloguer...quasiment.
    Lâche pas l'ami !

    RépondreSupprimer
  5. Je t'encourage à le faire. Je te donnerais bien rendez-vous pour te botter les fesses au placard, mais j'aurais bien peur que ça sonne un peu bizarre.

    RépondreSupprimer
  6. oh ben j'ai eu peur en commençant à lire ce post avec l'heure des bilans et tout ça, que tu arrêtes ce blog, alors que je ne te connais que depuis quelques semaines... et tu continues ... OUF

    RépondreSupprimer
  7. Salut Daniel,

    Depuis le tout début que je te lis. Une lecture rafraîchissante...qui fait sourire, qui fait rire et parfois voire même très souvent réfléchir.

    Moi je te dis qu'il faut continuer le blog et le projet de mettre en livre celui-ci.

    Une "amie" du Boudoir d'il y a qq années!

    RépondreSupprimer
  8. Si tu avais éteint ce blogue dès les premières braises, je t'aurais foutu un méchant pied au cul (et tu le sais).

    Merci de nous avoir partagé ta vie au fil des ans. Merci de continuer à le faire. Même si elle demeure auto-fictive, elle est toujours toi: vraie, sincère et touchante.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne crois pas avoir déjà laissé un commentaire ici. Je ne comprends pas beaucoup pourquoi, mais bon.

    Toujours est-il qu'à chaque fois que je vois qu'il y a du nouveau, je souris. Et je lis. Parce que c'est toujours bon de faire aller nos yeux sur du bonbon.

    Alors pour toi, des claques et des encourgements, je t'en envoie mille.

    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  10. M'a t'en donner une claque moi!
    ...
    Mais comme je n'ai pas eu la chance encore (et le temps) de te rencontrer, je vais attendre patiemment ce livre et gentiment offrir mes services de massothérapie si jamais le besoin se fait sentir. Prendre soin des autres c'est bien, mais il faut aussi s'accorder du temps pour soi! :)
    Sandie

    RépondreSupprimer
  11. J'ai cru aussi à la fermeture! Je suis maintenant soulagée. Et de savoir qu'une publication est probable... c'est plus que génial. Je me demandais d'ailleurs pourquoi ces textes n'étaient pas encore sur papier. J'adore «J'écris parce que je chante mal» depuis que j'ai lu ce drôle de nom dans une bloglist quelque part...

    RépondreSupprimer
  12. Avec une aussi longue feuille de route, t'as juste à regarder derrière pour trouver l'encouragement! :)

    J'aime particulièrement cette phrase:
    "Ce blogue ne sert à rien. J'espère qu'il continuera à le faire. Il y a déjà trop de choses utiles autour de moi."

    :)

    RépondreSupprimer
  13. Je viens sur ce blog à tous les jours, en espérant voir un nouveau texte! Quand un nouveau texte arrive, je suis si heureux! Un petit moment de bonheur dans ma journée parfois un peu diffile! Surtout ne t'arrête pas et ton livre... je vais être dans les premiers à l'acheter et le lire d'un coup! Bye bye de ton ami secret!

    RépondreSupprimer
  14. Moi, mon cher Daniel, je t'encourage à plonger dans tes corrections au plus vite pour que le livre sorte à l'hiver prochain :-) Sinon, je vais à Montréal te botter le cul, compris !
    En attendant, je te fais un gros câlin.

    RépondreSupprimer
  15. On peux-tu parler des vraies affaires, là?

    Pis, as-tu essayé le Dalmore?

    RépondreSupprimer
  16. Les premières lignes de ton texte m'a donné des palpitations. Heureusement, elles se sont calmées. Je ne crois pas avoir laissé un seul commentaire ici. Par contre, je ne manque pas un début de journée sans venir faire mon tour afin de me délecter de tes textes.

    Alors je me suis dis que c'était le meilleur moment de laisser ma trace ici en te disant tout simplement merci pour tout, et surtout, ne nous laisses pas tomber!

    RépondreSupprimer
  17. C'est en lectrice très régulière, bien que super discrète, que j'ai envie d'envoyer simplement "Très bonne, longue, fructueuse continuation !!!"
    Merci pour toute cette fraîcheur !

    RépondreSupprimer
  18. Je suis très heureux de savoir que tu sera publié, ce sera surement un $ 20 de bien placé.
    Pour ce qui est de ton blogue continue c'est une de mes destination préférée.
    Je crois que c'est nécessaire d'avoir cette fenêtre sur le monde ou on peut lancer nos mots...et tu es populaire ce qui devrais te rassurer sur la valeur de te mots.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Daniel

    Je lis ton blogue depuis plusieurs années, et comme pour la majorité des autres blogues que je lis, je laisse très peu de commentaires mais ce n'est pas du tout par manque d'intéret, au contraire. Mais aujourd'hui je me sens le devoir de laisser un commentaire pour te remercier de tenir ce blogue. J'aime beaucoup ce que tu écris, cet humour marié à une grande sensibilité et humanité. À tout les coups je suis touché, je rigole, mais jamais un de tes billets ne me laisse indifférente.

    J'espère sincèrement que tu vas publier ce livre!
    Au plaisir de te lire encore longtemps!

    Évangéline

    RépondreSupprimer
  20. Dans ta réflection de pipeux, je te demanderai de penser à ta responsabilité de qualité. On y prends gout,on en redemande puis viens l'étape junkie, où l'on en a besoin vachement. You created monsters dear !On a besoin de qualité et tu nous en a donné !Merci ! Et surtout, ne pas s'arrêter.

    RépondreSupprimer
  21. Wow!

    Vous n'avez pas idée comme ça fait du bien de vous lire!
    Avoir su, j'aurais écrit ce billet bien avant! :P

    Kafkadan : travaille ton roman. C'est plusproductif!

    MissK : tu me bottes quand tu veux, ou tu veux! :P

    Patrick : Si je blogue, c'est à cause (pardon, grâce) à toi. Si je blogue encore, c'est encore grâce à toi. Alors si quelqu'un veut me lancer des tomates, visez-le...

    Mandoline : Tu masses? Mets-en que Dame V. et moi avons besoin de tes services! Mon adresse courriel est sur ma page!

    Éric : Merci pour le câlin. et le bottage de fesses : elles arrivent, je te le jure!

    PMT : Je t'attends pour le Dalmore.

    Rosana, Julie, Étienne, vertelime, Maxime Soph, REGOR, La Shirley et autres anonymes : Merci!

    RépondreSupprimer
  22. Et toujours aussi heureuse de te lire! Mais est-ce que c'est la quarantaine qui te fait faire ce bilan?.. tu cacherais pas une petite crise dans ta barbe?

    Longue vie à toi et à ton blog!
    catherine

    RépondreSupprimer
  23. Je te lisais avant de te connaître dans la vraie vie. Je me souviens même que je ne voulais pas te rencontrer, parce que j'aimais ton écriture, point. Sans chercher à discerner le vrai du faux à travers les lignes de ton blogue. Comme pour préserver le plaisir pur de la lecture agréable.

    Mais bon, maintenant je te connais et j'aime encore te lire. En reconnaissant ici et là des pans de vie, mais avec toujours le même plaisir.

    Je ne te donnerai pas une tape dans le dos, de peur que tu fasses un beau rot sur l'épaule. Beurk! Mais continue quand même, hein!

    RépondreSupprimer
  24. Merci Catherine, je n'y avais pas encore pensé... En passant, je me magasine une décapotable... :P

    Sauterelle: Je me souviens encore de notre première rencontre à la fin de laquelle tu m'as dit : j'aurais aimé ne jamais t'avoir rencontré (je paraphrase). Je ne suis toujours pas sûr de ce que ça voulait dire... :P

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour Daniel c'est une belle histoire 700 textes Bravo! J'aime bien lire ton billet parce que c'est écrit avec du coeur. En plus un gars qui écrit qu'il a besoin d'encouragements,bien félicitations !! Des changements de tout sorte depuis 5 ans ... Tu gagnes très bien ton ciel ! Continu svp.

    RépondreSupprimer
  26. Juste bravo...Parce que mon temps à moi, est aussi compté, par la conscilliation travail-famille, et cette merveilleuse vie ultra-net.

    À bientôt Daniel!

    Manon xx

    RépondreSupprimer
  27. Merci pour cette belle frousse. Très content de savoir que je vais pouvoir continuer de te lire à travers mes heures de travail et les boires de mon garcon de 3 mois.

    Merci encore de continuer

    RépondreSupprimer
  28. Tu sais chanter maintenant? ;)

    Cher Daniel... C'est une bien grande perte pour la blogosphère, mais quel atout pour le monde littéraire!

    Bravo pour toutes ces années xxx

    RépondreSupprimer
  29. Merci Narvik, Nonam, Jocelyn et Marie-Ève (non Marie-Ève, je ne sais toujours pas chanter, alors je reviendrai sévir sur ce blogue sous peu!)

    RépondreSupprimer
  30. Moi aussi je souris quand je vais sur ton blogue. Je vais souvent faire un petit tour et je compte bien poursuivre cela encore très longtemps...

    Je t'embrasse fort fort mon ami, mon frère...

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour Daniel,
    lorsque je lis tes textes au travail, c'est comme à l'église, il me vient des fous rires que je ne peux exprimer. Ne me prives pas de ça, ils sont d'autant plus savoureux.

    Le plaisir est subversif.
    Darquise

    RépondreSupprimer
  32. J'ai trop hâte de lire le livre! J'y viens souvent, pas depuis longtemps mais souvent, pour rire, réfléchir et me sentir bien. J'espère seulement que le blogue ne disparaitra pas... ou en tous cas pas complètement. Bonne chance pour le livre!

    RépondreSupprimer
  33. J'ai découvert ce blogue il y a quelques mois. J'ai lu le texte le plus récent puis suis allée au début et ai tout lu. "Y a plus qu'à" attendre le livre...

    RépondreSupprimer
  34. Cher cousin,
    Je ne passe pas assez de temps devant l'ordi (pour les loisirs j'entends) pour te lire régulièrement, mais c'est toujours avec plaisir que je le fais... alors j'attends ton livre avec impatience : je pourrai lire le tout sans avoir peur d'en avoir échappé un morceau! Youpi! N'arrête pas, ne sois pas sévère, n'en coupe pas trop! J'ai hâte! Les deux petits cocos peuvent bien te ralentir, c'est pas grave et seulement temporaire, ne laisse pas le blogue s'éteindre, sa richesse croîtra encore!
    P.S. Moi, je chante parce que j'écris mal...

    RépondreSupprimer