lundi 22 juin 2009

Brèves de naissances (1 de 2)

Lundi dernier. Comme un autre lundi, sauf que Dame V. perd ses eaux. Perd de l'eau, devrais-je dire, parce que ce n'est pas comme dans les films. Pas de flouch, pas de mare. On va à l'hosto pareil, parce qu'une fuite à 41 semaines de grossesse, ça se calfeutre mal.

L'hosto garde Dame V allongée : il y a bel et bien fuite. Quelques gentilles contractions laissent entendre qu'aujourd'hui est le grand jour. On est tantôt contents, tantôts inquiets. Entre ici et le bébé, il y a un petit chemin obscur qu'on doit emprunter.

Les contractions sont erratiques et inefficaces, alors on les provoque un peu avec du « picossin ». Soudainement, on entre dans la ligue majeure. On entend une femme crier à l'autre bout du corridor. Le ton est donné.

Ici, question de pudeur et de vie privée, je vous propose de visionner ces quelques vidéos éducatives sur le travail, la poussée et l'accouchement.

Clovis est né à 19h40. En super forme.

Mais la belle histoire du début de vie côtoie l'horreur. Quelques complications plus tard, on nage en pleine finale des Invincibles : je reste des heures seul avec fiston sans nouvelle de ma copine partie d'urgence en salle d'op. Chaque fois que j'en demande, on me répond qu'on ne sait rien, qu'on va s'informer, blablabla. Je reste seul dans ma chambre comme un con. Et con ne sait rien.

Je visite la chambre, bébé au bras. Au plafond, un ventilo 2 vitesses : off et super dooper vite. J'opte pour off avant que les yeux ne me sèchent. Dans le coin gauche, la lampe sur pied ne s'allume pas. Même l'infirmière, après un regard de mépris devant mon incompétence, n'y parvient pas. Dans le coin droit, un lit de camp pour le papa sur lequel des femmes devaient accoucher en 1964 tant le matelas est usé et fatigué. Ça me répugne un peu et je préfère l'enlever pour me coucher directement sur le lit de camp. Sous le matelas, il y a un vieux pyjama déchiré. Avec le bruit de fond de la toilette qui fuit doucement et la peinture qui décolle un peu autour du haut-parleur près du lit, je me crois en Ouganda. Pourtant je suis à Maisonneuve-Rosemont.

On finit par m'informer que Dame V revient de la salle d'opération dans quelques minutes, question de me faire patienter. 35 minutes plus tard, elle entre dans la chambre, enflée, livide, faible. On m'explique vaguement que ça a été plus dur que prévu, qu'elle a perdu beaucoup de sang, qu'elle devra rester plusieurs jours à l'hôpital pour se reposer.

Elle dort là, c'est tout ce qui compte.


19 commentaires:

  1. Et toi tu es debout pour veiller sur tout ton petit monde. Si tu as le goût de parler, je suis là...:)

    RépondreSupprimer
  2. Je lui souhaite de tout coeur un promt rétablissement.

    RépondreSupprimer
  3. Wow. J'en ai le coeur tout serré! :S

    RépondreSupprimer
  4. Courage à vous quatre!
    Encore une fois ici, écriture fluide et efficace, sensible et qu'on en veut plus!
    Félicitations à vous parents et bonne chance Clovis dans ce monde de fous...

    RépondreSupprimer
  5. It's a boy !!!! Bravo Clovis! Tu as fait vivre des émotions fortes a tes parents qui t'attendait depuis quelque temps. Ça ne me surprends pas qu'il t-on fait dormir sur un lit de camp, dans les hopitaux c'est comme un embouteillage a éviter a tout prix! D'un autre côté ça forme des enfants forts les lits de camps. Félicitations a vous, bon repos.

    RépondreSupprimer
  6. moments angoissants, j'imagine. Bon repos à Dame V et, si ce n'est déjà fait, qu'elle revienne se reposer avec sa petite famille.

    take care, à toi et à tes amours.

    kafkadan

    RépondreSupprimer
  7. Bienvenue au petit. Bon repos à la maman. Ouf... au papa.

    Gros lundi.

    RépondreSupprimer
  8. L'arrivé de bébé c'est toute une gamme d'émotions! J'ose déduire que maintenant vous allez bien, petits et grands. Enfin je l'espère. :)

    RépondreSupprimer
  9. Mon dieu ! J'ai ri, au début, surtout avec le "picossin", mais, ensuite, j'ai moins ri. Comme vous sans doute. Vite le 2 de 2.

    RépondreSupprimer
  10. Bon..là, ça va prendre le billet no2, parce q'on s'inquiète quand même un peu....

    RépondreSupprimer
  11. Bonne chance à vous deux! Moi et Véronique sommes de tout coeur avec vous!

    Amitiés!

    RépondreSupprimer
  12. sh1t
    plein de pensées, de courage, et la sérénité qui va avec
    (et quand même : bravo pour la nouvelle recrue ! avec un nom pareil, il va résister à tout c'est sûr)

    RépondreSupprimer
  13. Bienvenue à Clovis, bon rétablissement à la maman et courage au papa. On attend des nouvelles de tout ce petit monde dans les prochains jours.

    RépondreSupprimer
  14. Le bungee de la vie...

    quand la corde s'étire...s'étire...

    on sent en soi comme l'idée d'une limite

    merci papa pour ce morceau important

    martinville

    RépondreSupprimer
  15. Félicitations!
    (Et merci pour le supsens... va me falloir une crowbar pour me décoincer les mâchoires que j'avais toutes crispées d'angoisse! Pff!).

    RépondreSupprimer
  16. Mes pensées vont vers ta petite famille pendant ce chemin vers le retour à la normale...

    Ça va bien aller. :)

    RépondreSupprimer
  17. Bienvenue au beau Clovis, bon rétablissement à la maman, sérénité au papa et bisou à la petite soeur !

    RépondreSupprimer
  18. Santé,dodo,joies et force à toi et ton clan !

    RépondreSupprimer
  19. Merci à tous pour vos pensées ! J'aurais dû vous écrire plus tôt (tiens, un blogue en direct de l'Hosto, ç'aurait été drôle!)

    RépondreSupprimer