mercredi 11 mars 2009

Une Soirée au pays des Indignes

Il était une fois des mères. Des mono et des duo, des chevronnées comme des néo du nouveau-né. Des mères qui en avaient marre de vivre dans leur coin le fameux rêve de la maternité, les cernes jusque là, car c'est bien beau de rêver les yeux ouverts, un moment donné, il faut dormir et elles aimeraient bien que le petit dernier fasse ses 3 heures collées.

Quelques unes de ces mères ont décidé de briser leur isolement en fréquentant la blogosphère et elles se sont rendu compte qu'elles n'étaient pas seules à leur table à langer: les blogueuses-mères racontant leurs pipi-ripéties, il y en avait un tas qui sortait en fin de leurs couches... Du lot, une s'est rapidement distinguée. On ne sait trop comment ni pourquoi elle (enfin, il y a bien quelques pistes...), mais cette mère devint leur figure de proue, leur leadeuse, leur Jack de leur île perdue: Mère Indigne.

Et cette mère fait des vagues par les temps qui courent: livraison d'un 2e bouquin, apparition aux populaires émissions TLMEP et Christiane Charrette (entre autres), et... source de la nouvelle série web Mère Indigne dont le lancement-coquettelle-photo avait lieu lundi soir dernier.

La salle était remplie de mères blogueuses. Il y avait bien quelques hommes (dont moi! Hé! Hé!), mais nous étions minoritaires et discrets (comme les pères blogueurs, a lancé quelqu'une durant la soirée).

L'atmosphère était joyeuse: l'indignité maternelle était reconnue, tout comme le fait de bloguer. Il n'en fallait pas plus pour dessiner des sourires sur toutes les lèvres.

Certains diront: Wow! Tu étais chanceux d'avoir été au milieu de toutes ces femmes!
«Quiconque a déjà nagé nu dans l'Amazone sait bien que le piranha aime mordre le petit bout de peau qui pend» dit un proverbe brésilien (j'ai mes sources) et lundi soir, j'ai essayé de garder mon maillot et de rester en eau connue. Mais est arrivé ce qui devait arriver: une inconnue.

-Bonjour Mademoiselle!
-Mademoiselle?! Je ne suis pas une mademoiselle. C'est péjoratif! Machiste! Mademoiselle! Pfff...

À la deuxième inconnue, je me suis repris:
-Bonjour Ma...dame!
-Madame!? Mais quel âge penses-tu que j'ai? J'ai l'air si vieille? Pfff...

À la troisième, j'ai joué «safe»:
-Bonjour... (rapide coup d'oeil au porte-nom autour de son cou) Marie-Truc!
-Bonjour (sec, froid, main désintéressée). C'est pratique ces porte-nom pour vous, les hommes; vous en profitez pour nous reluquer le grand canyon!?! Malotru. Pfff...

Alors je suis retourné à mon gin-tonic. Après on se demande pourquoi les gars restent au bar à téter sa froide...

Puis la messe a commencé. Tout le monde était pendu aux lèvres de France Beaudoin (moi le premier), de Mère Indigne (moi le premier), de la réalisatrice, des comédiens. Le bonheur général était contagieux et la gloire de Caroline Allard semblait être un peu celle de toutes les mères dans la salle. Pagnol en aurait révisé ses titres.

La seule ombre (pas pour moi, mais j'ai mon soleil bien personnel...) à ce qui avait parfois des airs de défoulement collectif fut quand la Mère Indigne de la série, Marie-Hélène Thibault, a comparé le monde de blogues - qui lui était étranger - (et donc ce rassemblement de blogueuses) à une réunion de Trekkies. Il y a eu quelques rires timides mais j'ai bien ri (dans ma barbe, je tenais à la vie...): non, ces femmes n'étaient pas accros à leur blogue, et quelques unes se sont empressées d'immédiatement le «bloguer» sur leur portable, de le «twitter» via leur iPhone (vrai de vrai!). Des Trekkies?! Pfffff....

Mais farces à part, c'était super, cette soirée au pays des Indignes.

Mère Indigne, le phénomène, est rendu gros. Très. Et ce n'est qu'un début car après le blogue, les livres (ici et ici) et la série web, Mère Indigne part à la conquête de la France armée de ses bouquins.

Après avoir visionné quelques épisodes de la série web, où il ne manque que la belgitude de Père Indigne (mais bien remplacée par la québécitude de Stéphane Archambault), on est convaincu que Caroline Allard est un trésor qu'il faut partager.

12 commentaires:

  1. un Trésor Vivant même, si on était au Japon... ;)

    tu vois cher, tu serais venu ME voir, tu ne te serais pris aucune de ces réflexions, parce que moi je suis une fille gentille moi. d'abord.
    (tu sais, la fille qui était à côté des plantes vertes au fond de la salle ?) :P

    chapeau bas, les papas blogueurs. vous étiez donc 2.

    RépondreEffacer
  2. OUii! Vive notre Reine-Mère Indigne à tous et à toutes!

    En tous cas, moi, tu peux m'appeler comme tu veux, mademoiselle, madame et me reluquer le carton dans le cou, je saurai bien te reprendre dans le détour à mon tour!

    T'avais une belle robe!

    RépondreEffacer
  3. Moi j'aurais bien aimé y aller, à ce lancement.
    Malheureusement, sortir de chez nous sans pouvoir amener nos enfants, c'est plus compliqué qu'autre chose quand on est mono...

    RépondreEffacer
  4. Oups je me sens visée;-) Pourtant je n'ai pas été bête en te disant que Mademoiselle était sexiste ? Si oui, je voulais pas....
    En tout cas, moi aussi comme camionneuse, tu peux me reluquer, parler ;-)
    Mais au fait, j'ai vu quelques non mamans mais blogueuses ;-)

    RépondreEffacer
  5. J'y étais aussi. C'est moi le chanceux que Caroline a pointé pendant le panel.

    C'est con mais j'étais intimidé par celui qui écrit parce qu'il chante mal. Je chante mal aussi. Mais tu écris tellement bien...

    La prochaine fois, j'arriverai avec une bière en offrande.

    RépondreEffacer
  6. Cécile: Tu n'as pas été bête du tout! C'était même plutôt amusant! Mais si j'avais conté la vraie affaire, ç'aurait été ennuyant... :)

    ***

    Wow! Ça fait pas mal de cartons à reluquer la prochaine fois (entre les camions et les plantes vertes). Et c'est vrai qu'une robe faciliterait l'approche. La prochaien fois, je fais un chevalier d'Éon de moi.

    ***

    En effet, Pascale: je me disais justement que ce genre de rassemblement devait créer de l'emploi chez les étudiants...

    RépondreEffacer
  7. Cécile: En effet, j'ai vu quelques mademoiselles sans enfant... :))

    RépondreEffacer
  8. Carl: Pauvre toi: on t'a vraiment offert en pâture ce soir-là, seul avec ton micro devant (derrière!) toutes ces mamans! Mais, honnêtement, ce petit tour de parole t'a amené bcp de respect de la part de tout le monde: t'étais la preuve que les papas ne sont pas tous désintéressés et inactifs. Pour cela: merci!

    Quand on se recroisera, vient dire bonjour. Les offrandes ne sont nullement nécessaires. Mais si tu insistes...

    RépondreEffacer
  9. Euh...je la comprends pas. :-s
    Wathever...

    RépondreEffacer
  10. Dans le sens que plusieurs qui étaient au «rassemblement» avaient probablement fait garder leurs enfants... Donc plusieurs étudiants qui gardent en même temps, donc gnagnagna...

    RépondreEffacer
  11. Ahhhh! Ok...j'étais confuse, étant moi-même étudiante.

    RépondreEffacer
  12. Tu fais ici un super résumé de cette soirée! Certains m'avaient demandé d'en faire un aussi... mais je me suis dit "bof". Et franchement, j'aime bien voir ton regard masculin sur cette soirée de "filles"!

    RépondreEffacer