mardi 4 novembre 2008

En cette première journée de l'été des Indiens (pas l'été indien, M.Dassin, l'été DES Indiens), comment trouver la vie moche?

Dans mon nouveau quartier, tout est plus lent qu'à l'endroit où je vivais (où je vis encore pour quelques jours) avant: les gens y marchent lentement, les ouvrier font la pause sur le trottoir, même le temps se prend.

À un jet de pierre de mon nouveau chez moi, il y a un petit resto de rien. Une porte, une grande fenêtre, une enseigne peinte à la main. Même pas sur une rue commerciale. Je m'y assois pour un deux-œufs-tournés de fin d'avant-midi. La serveuse appelle la cuisinière en lui criant maman et elle connaît le prénom des deux petits vieux assis au comptoir. Sur un tableau au mur, le menu du jour: une soupe aux légumes ou bœuf et orge, du pâté chinois ou des bâtonnets de poisson, et du pouding chômeur ou du pouding au riz. Dans le frigo, entre le Pepsi et le 7up, un gâteau on ne peut plus maison avec un glaçage blanc décoré de petits bonbons de toutes les couleurs comme ceux utilisés par notre mère à notre quatrième anniversaire. Un troisième vieux entre, salue les deux premiers et déroule son Journal de Montréal d'hier. Il commande du foie avec des oignons.

Je suis tout près, je pourrais presque le voir si je me dressais sur la pointe des pieds, et pourtant, je suis à des années-lumière du plateau.

Quelque part, sur Bellechasse, le temps se prend.

Vous n'avez pas idée à quel point je suis heureux.

13 commentaires:

  1. À des années-lumières du Plateau... et de ton correcteur automatique mon cher :P

    RépondreSupprimer
  2. Chanceux ! ne dites pas où c'est exactement, sinon il va y avoir une invasion qui va tout changer !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour la correction (avec le trait d'union, bien que R-Canada l'écrive sans), mais il semble que le «lumières» de la correction ne prenne pas de s...

    En effet, je suis loin du correcteur automatique: je ne l'utilise pas... Mais je devrais. Ça aiderait. Cordonnier mal chaussé.

    ***

    En effet, tout risque de changer. Je fais parti, bien malgré moi, de l'invasion redoutée. Et les vieux s'usent trop vite...

    RépondreSupprimer
  4. Je m'y serais presque cru. J'ai même l'odeur des oignons répandus sur le foie qui me monte au nez!

    RépondreSupprimer
  5. Hummm...

    Suis pas venu ici depuis longtemps. T'as laisse un commentaire chez Dany, suis venu.

    Ce que je remarque, c'est que t'as l'ecriture assez normale, avec le style absent; un style... neutre. J'en avais un semblable dans mon journal. En faits, j'en ai encore un quand je tiens mon journal. Mais, je m'ameliore, calice ! (etais victime d'une sorte de blocage ou de depression). Le blogue me rend horny. "Maniaque" ont dit les psychiatres. En tout cas.

    Toujours est-il que tu ecris simplement; tu racontes les choses mais tu les "stylises" pas; t'es pas un "artiste", j'ai l'impression. Au sens ou Gracian l'entend : remise en forme du monde. Transformation du monde ! Tu comprends ^

    Je me reprends : t'es un artiste; tu transformes le monde (conditionnement positif. C'est behavioriste). Tu prends des elements et t'es mets la, sur le papier. Ce que j'apprecie.

    Tu devrais... (non. Les "tu devrais", la psychologue nous a dit d'eliminer ca...) imagine plus, bordel ! (Je me fais le meme genre de conditionnement.) Trouve la force en toi de le faire (Jung).

    Moi, je lis plus; j'ecris plus. J'apprends comme ca. J'ecris mieux, rapport que je cherche cette "substantifique moelle". Je me porte mieux. Je vois les choses differemment.

    Je tiens pas encore rien d'autres qu'un blogue, que des courriels ou qu'un journal. J'ai, cependant, bon espoir.

    Salut !


    Bastien

    RépondreSupprimer
  6. C'est pourtant le sentiment qui t'envahit quand tu mets le pied dans ce genre d'endroit, où tu sens que tu pénètres dans quelque chose qui n'est pas tient, qui donne des ailes.

    & ce genre d'ailes, j'en ai envie.
    C'est joli ici.

    RépondreSupprimer
  7. ah! vous voilà par chez-nous!
    quel bonheur,n'est-ce pas?!

    le plateau, tu y retourneras toujours. pour voir des amis, gambader au Parc Lafontaine, aller au théâtre ou dans certains restaurants qui tu appréciais, avant.
    presque toutes les semaines au début, et puis de moins en moins. tu te découvriras une passions pour les party "à la maison", tu iras magasiner sur Beaubien, manger sur St Zotique en utilisant la fausse piste cyclable(en un ou deux coups de pédales. ok! peut-être dix ou douze pour ta fille) et tu achèteras ta carte de membre au cinéma Beaubien.

    je suis contente de n'être pas la seule à réaliser toute la beauté de ce quartier.
    mais c'est vrai: chut! il ne faudrait pas trop l'ébruiter.

    RépondreSupprimer
  8. tu es heureux, c'est magnifique. Garde ces yeux d'enfant, ils sont la clef de ton bonheur... ce n'est pas l'endroit


    +++

    RépondreSupprimer
  9. Daniel je connais très bien la rue Bellechasse, je la parcours souvent entre Pie9 et St-Laurent. Elle ne vas pas plus loin. C'est une rue qu'il faut parcourir en mode vélo ou pédestre si on n'a pas d'auto. C'est ce qui est mon cas, j'adore m'y balader " à pattes de loup de ville " car il n'y pas de bus sur cette rue. Je l'ai fais à de nombreuse reprise cet été.

    LoupDeVille

    RépondreSupprimer
  10. N'empêche, en à peine une semaine, le temps de traverser la toundra à pieds et nous voilà rendus au printemps des Inuits: fa frette on gèle! Mon p'tit Café à moi ne m'a même pas réchauffée.

    ratata

    RépondreSupprimer
  11. Je ne devrais peut-être pas le dire sur le blogue que le resto dont tu fais mention est le voisin vers l'ouest d'une quincaillerie qui fais le coin de la 2ième avenue et Bellechasse et j'ai tout vue ce que tu décris dans ton billet mais trop tard pour le petit déjeuner, un mercredi après-midi, mais j'ai pris mon thé quotidien et c'est vrai que c'est l'endroit ou tout est calme et lent dans le bon sens du terme. Tellement que pour ne pas faire trop " techno " j'ai écrit ce billet dans un mon carnet à la bonne vieille méthode manuscrite et ce soir, je te laisse ce commentaire, ce fut probablement la dernière occasion que j'avais de marcher la rue Bellechasse au complet en 2008, je le referais en pèlerinage à cet endroit ou le temps c'est arrêter ou ces vieillards en vitrine tout souriant qui sont invitant, je pense seront encore là pour nous acceuillir avec leur sourire

    Tu vois c'est cela dire une chose sous les yeux d'un loup citadin il trouve la piste rapidement ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Loup: change la quincaillerie en plomberie, et tu es le meilleur pisteur de la ville!

    RépondreSupprimer
  13. Daniel meilleur pisteur! moi désolé de dire cela mais sur bellechasse c le seul resto ;-) j'ai pas de mérite sauf celui d'être un randonneur qui aime ce promener à pied et passer partout et nul part à la fois.

    RépondreSupprimer