vendredi 11 juillet 2008

J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous...

Dans les films, dans les livres, tout est clair, franc, simple. Les choses se déroulent d’une façon non équivoque. Dans une fusillade, les mauvais meurent en un coup de feu, les bons sont blessés au bras, et si jamais un ami du bon était salement atteint, il lui resterait toujours quelques souffles pour dire «je t’aime», «c’est Louis le méchant» ou «n’oublie pas de nourrir Fido». Mais la vie n’a pas de scénariste (on se comprend)…

Depuis samedi, on s’inquiète : les évènements ont des airs de déjà vu, et la dernière fois, c’était une fausse couche. On touche du bois les doigts croisés que ce ne soit pas le cas cette fois-ci. On attend.

Quelques jours plus tard, Dame V. voit enfin son médecin:
1er diagnostic : fausse couche.
Pour être sûr, il nous est recommandé d’aller vérifier le tout par voies technologiques.

Alors go hosto. À l'échographie, mon œil pourtant fort peu aguerri voit un têtard, sa tête, son coeur qui bat, l’espace qu’il occupe, comment tout cela est soudé à la paroi utérine, toutttt, et les clics de souris mesurent des longueurs en millimètres, très peu de millimètres. La vie est là, incroyablement petite et terriblement minuscule, mais elle est là!
2e diagnostic: Yé! Tout va bien!

Mais il reste les tests sanguins, le (les!) spéculum, les urines en pot, l’histoire moult fois répétées, etc.

Et comme dans les blagues, notre docteure est revenue avec une bonne et une mauvaise nouvelle: fausse couche ET grossesse...

Euh, pardon? Pourriez-vous répéter?

...

Eh oui: c'était des jumeaux!

On ne sait pas encore comment vivre cela.
C'est joyeux mais triste mais joyeux.
On en perd un, il en reste un, on est à 2 mois, on est pas sortis du bois (on n'est jamais sorti de ce putain de bois), il reste quelques semaines de stress... Alors on focusse sur le bon côté des choses.

Mais on est comme épuisés en ce moment.



Un petit mot à toutes les bonnes âmes, comme la réceptionniste d’hier, qui, pour nous réconforter, comparent avec pire et nous disent que «c’est bien pire quand ça arrive à 30 semaines de grossesse…»

Meuh!?!...

Pourquoi ne pas dire aux Juifs que ça aurait pu être pire que leurs 6 millions de morts : 20 millions pour les Russes au cours de la Deuxième Guerre mondiale! Alors, hein?!

Bon, ok, je compare n’importe quoi à son chien. Il est vrai qu’une fausse couche à 8 semaines de grossesse, c’est pas aussi pire que bla bla... Mais comme je dois bien me défouler quelque part, que j’ai très peu de munitions et encore moins de cibles en ce moment, alors vous saurez me pardonner.

13 commentaires:

  1. Je te comprends tellement.

    J'aurais essayé de me dire que c'est seulement la nature qui fait son oeuvre, mais je sais bien que ce n’est pas si simple...

    Je vais vous souhaiter que le bonheur de cette prochaine naissance vous fasse oublier ce deuil actuel.

    RépondreSupprimer
  2. Il est de ces situations que la vie nous réserve sans trop qu'on comprenne comment ni pourquoi...

    Vous saurez vous y retrouver tous les deux, à votre rythme, j'en suis certaine.

    Bien sur, on pense à vous, on espère avec vous. Tu reviens te défouler ici quand tu veux !

    RépondreSupprimer
  3. "Pourquoi ne pas dire aux Juifs que ça aurait pu être pire que leur 6 millions de morts : 20 millions de Russes sont morts au cours de la Deuxième Guerre mondiale."

    Bordel! D'abord, le jeu de mot sur "guère épais" et ensuite la connerie sur les Russes. Si tu étais plus sexy, je jurerais que je suis toi...

    Bon... on connaît une blogueuse qui te trouve pas mal plus fantasmagorique que moi, mais elle sort avec un Belge.

    Anyway, accroche-toi et tiens le coup.

    C'n'est pas à toi que j'parle, c'est au bébé.

    RépondreSupprimer
  4. Onhhh ... C'est bien plate tout ça ... Et pour la réceptionniste qui vous a dit que c'était moins pire à 8 semaines de grossesse, plutôt qu'à 30 ... Pas fort !!! En théorie c'est moi pire, mais ça, c'est quand t'es pas enceinte que tu penses comme ça !!!

    Alors bon courage. Je vous envoies tout plein d'ondes positives !! :-)

    RépondreSupprimer
  5. Chacun essaie de trouver sa façon de réconforter. Certains l'ont plus que d'autre. Comment comprendre quand on a pas soi-même vécu la même chose. Mes pensées de bonheur vous accompagne et que le petit être qui a cédé sa place soit votre ange gardien!

    RépondreSupprimer
  6. J'en ai perdu 2, l'enfer, j'étais à l'agonie psychologiquement. À mon petit dernier, il tenait par un fil... Je croyais vivre le même scénario. J'avais les même symptômes, je croyais le perdre. À l'hôpital, les infirmières m'ont dit d'attendre à la maison, que la nature suivrait son cour, que tout se "ferait tout seul"... J'en ai pleuré pendant des jours. (...) Éliot a maintenant 9 mois et c'est le plus merveilleux bébé du monde ! Allez, gardez espoir, tout ira bien !

    RépondreSupprimer
  7. Quelqu'un connait l'informatique ???
    Je voudrais tellement te donner une tape dans le dos virtuelle, Dan; vous faire un gros câlin à toi et à Véro, mais je ne sais pas comment m'y prendre. En attendant, je pense à vous deux dans cette épreuve et me tais illico. Entendez dans mon silence un "je vous aime de tout coeur". ALex

    RépondreSupprimer
  8. J'me croise les doigts et les orteils.
    Une grosse bise à vous trois.

    Moissi j'vous aime, si tu savais...

    RépondreSupprimer
  9. Y'a une tite crevette qui va grandir dans un bidou bien chaud et qui fera le bonheur de deux parents aimant... c'est une histoire géniale ça.

    RépondreSupprimer
  10. Si le deuxième est resté accroché, c'est pour y rester j'en suis certaine.

    Je suis de tout coeur avec vous

    Phé -xx-

    RépondreSupprimer
  11. Que dire de plus ? On vous aime nous aussi et on pense fort à vous et à la bedaine de Dame V.

    Colin, Gab et Phil xxxxx

    RépondreSupprimer
  12. Ma petite soeur avait une jumelle qui l'a quittée de la même manière. Et ma soeur est restée solidement accrochée. Courage!

    RépondreSupprimer