mercredi 19 mars 2008

Médailles

Ce n’est un secret pour personne :
les médailles des soldats sont maculées de plus de sang qu’on ne l’imagine, et sont le fruit d’intérêts plus financiers qu’idéologiques.

Cet été, en Chine, plus rien ne distinguera les médailles militaires de celles des athlètes, sinon que le soldat aura fermé un œil pour bien viser. Nous, les deux.

12 commentaires:

  1. Daniel, il faut vraiment que tu n'apprenne jamais à chanter. Pour juste continuer d'écrire de même.
    Quand je serai grande, c'est comme ça que je veux mettre mes mots sur les lignes.

    RépondreEffacer
  2. J'ai décidé il y a déjà quelques semaines que je ne regarderais rien des jeux olympiques. Y'a des limites à prendre les gens pour des imbéciles. Je suis désolée pour les athlètes mais ils sont de la chair à politique. À voir l'aplaventrisme des gouvernements dont le nôtre, face à un tel régime, l'espoir on le ravale.

    RépondreEffacer
  3. Pleutres et mous, c'est ce que nous sommes

    RépondreEffacer
  4. Je sais pas si un boycott des Jeux pourrait servir ?
    Mais quand vous êtes athlètes et que vous vous défoncez pendant des années pour seulement avoir la chance d'y aller ??

    RépondreEffacer
  5. C'est sûr que c'est triste pour les athlètes, mais avouons qu'il y a tout de même 2 poids 2 mesures quand on compare avec l'Afghanistan. Pourquoi y a-t-on envoyé l'armée déjà? Absence de démocratie, de respect de la liberté d'expression, de respect des libertés individuelles? Sans compter la colonisation armée et violente de territoires illégalement occupés, de la torture, de la peine de mort, etc.

    Je le répète: on a envoyé des soldats dans des pays pour moins que ça. Alors un boycott, c'est on ne peut plus pacifique comme protestation, en plus d'avoir une portée médiatique immense.

    Désolé les athlètes.

    RépondreEffacer
  6. Désolé, je ne suis pas d'accord avec votre logique.

    Le CIO leur a confié l'organisation des Jeux, l'erreur s'est produite à ce moment. La politique se devait de s'en mêler à ce moment.

    Un boycott affecte les athlètes, une grande majorité sont jeunes et pleins d'espoirs. Un boycott est une prise d'otages.

    Des mesures affectant l'économie seraient plus appropriées. Il me semble.

    Mais n'oublions pas que nous l'Amérique a des Dollorama à faire vivre ;-)

    RépondreEffacer
  7. @PDFN
    Ouais, bon, ben, un boycott individuel de choses faites en Chine serait un peu difficile n'est-ce-pas, parce que, ne comptez pas sur Stephen Harper pour demander aux compagnies capitalistes de boycotter la Chine: elles y brassent toutes de grosses affaires. Et les individus qui iraient acheter tout ce dont ils ont besoin chez Emmaus et autres récupérateurs, par principe, le temps nécessaire à ce que ça paraisse dans l'économie... eh ben, y'en a pas des millions, par contre, si les athlètes avaient des principes plus grands que leurs ambitions...(remarquez que je ne leur fait pas de reproches, c'est seulement que... il me semble que la dignité individuelle et collective me semble être une denrée de plus en plus rare)

    Ratata

    RépondreEffacer
  8. Je trouve que ce raisonnement en dit gros sur nous: le sort des athlètes (a) qui sont soit disant amateurs; b) qui ont des compétitions internationales assez fréquentes, les JO n'étant qu'une parmi tant d'autres) importe donc plus que le sort que les Chinois réservent aux Tibétains - et d'autres de leur propre pays - depuis des décennies?

    On a une morale inflexible, à condition que ça ne dérange personne, surtout pas Joe Bine qui lance son javelot loin loin...

    Suis d'accord que le CIO, cet organisme corrompu qui se donne au plus offrant, a pris une mauvaise décision. Ce n'est pas une raison pour s'y plier.

    Et si ce ne sont pas les athlètes (qui ont peu à perdre dans cette protestation sinon un voyage en Chine ou une commandite sur une boîte de céréales avec le drapeau du Canada en toile de fond) qui payeront, qui écopera?

    Sauf erreur, je persiste à croire qu'un boycott reste la méthode la plus simple et la plus visible de montrer notre désaccord, en attendant d'avoir plus de couilles.

    Mais déjà là, ça nous en demande trop.

    RépondreEffacer
  9. J'ai lu quelque part qu'un Boycott ne sert à rien....
    J'y repense depuis et une autre réflexion m'est venu; mais qui dit qu'un boycott doit être utile ? Le but est de fixer dans le livre de l'histoire que des nations refusent d'endoser des pays qui se comporte de facon tyrannique.
    La difficulté c'est d'assumer les inconvénients et les conséquences qui vont avec une prise de position.
    La vrai lâcheté se produit à ce moment là quand on refuse de prendre une position claire, quand c'est encore faisable de prendre position.
    C'est tout de même facile pour moi de dire de telles choses, moi qui n'ai ni de près , ni de loin de lien avec des athlètes préparés depuis leur enfance pour ces moments.

    RépondreEffacer
  10. S'il fallait boycotter tout ce qui est tyrannique, on retournerait à une époque qui n'a pas connu l'hommerie et son ego...

    ... Le concept des jeux est, justement, une affaire d'ego tout comme la guerre.

    Quelqu'un peu me dire la rai$on exacte de la présence canadienne en Afghanistan? Pourtant, ils en parlent souvent à la télé non ?

    C'est quoi déjà qui fait rouler l'économie là-bas ?

    RépondreEffacer
  11. Je reviens pour dire que 1) ton billet était quand même merveilleusement bien écrit et que 2) je m'avoue mi-vaincu après questionnement. Mon jugement étant fortement teinté par la proximité avec quelques athlètes de haut niveau dans notre entourage.

    RépondreEffacer
  12. Érich Karl Fedder4 avril 2008 à 17 h 07

    Ouch...
    Rien d'autre à ajouter!

    RépondreEffacer