vendredi 15 février 2008

Tout est Parfait



Tout y est. Les rues larges, les maisons sales, les plafonds bas. À l’extérieur, ce bruit constant de la carrière tout près, de cette carrière qui ronge la roche, le paysage, la population. À l’intérieur, il y a un trou plus grand encore où les cris n’ont pas d’écho.

Dans ce film, il y a des ados, des vrais. C’est ce qui frappe. Exit les pubères proprets que nous sert trop souvent le cinéma. Et si ce n’est pas les relents de votre adolescence qui vous feront pleurer, c’est ceux, prochains ou présents, de votre enfant qui s’en chargeront.

Dans ce film, Guillaume Vigneault ne donne pas de réponses parce qu’il n’y en a pas. On regarde la douleur dans les yeux et l’on voit des victimes et des victimes de victimes. On pleure seul, on pleure ceux qui sont partis, on pleure avec ceux qui restent avec l’impuissance en lieu de réconfort.

On se félicitera seulement d’avoir eu, un jour, le réflexe d’agripper le garde-fou au moment du déséquilibre.

Bravo Guillaume.

P.-S. T’aurais quand même pu donner mon nom à un personnage plus charismatique… ;)

8 commentaires:

  1. Y a une personnage qui s'appelle Daniel Rondeau?

    RépondreSupprimer
  2. Nah... juste «Rondeau».
    Mais je me suis identifié à ce personnage...
    (faut voir le film pour comprendre le clin d'oeil.)

    Dans mon prochain roman (futur improbable que j'espère néanmoins, un jour, je le promets que et blabla), il y aura un Vigneault... gnak gnak gnak!

    RépondreSupprimer
  3. Le scénario est «vrai», les lieux sont «vrais», les ados sont «vrais», les émotions sont «vraies». C'est brut et c'est beau sans être léché, mais j'ai pas aimé le film.

    J'aurais aimé qu'on nous emmène quelque part. On a conservé une voie un peu trop contemplative à mon avis. C'était peut-être le but, remarquez bien.

    Ce n'est pas un mauvais film, mais, égoïstement, j'ai l'impression d'avoir perdu 2h. C'est probablement bien peu comparé à ce que d'autres ont perdu...

    RépondreSupprimer
  4. Te lire m'a fait du bien ce soir MERCI!

    RépondreSupprimer
  5. Pas vu encore..j'irai,
    Pour retourner voir d'où je viens !!

    RépondreSupprimer
  6. C'est singulier ces félicitations au scénariste plutôt qu'au réalisateur comme on fait habituellement...

    RépondreSupprimer
  7. On ne le fait pas assez souvent, selon moi. Quand un interprète chante une belle chanson, on aime savoir qui a écrit les paroles. Même chose pour un film.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai aimé tout ce que les critiques ont dit, elles ont le mérite d'être vraies et m'ont incité à voir le film.

    YCFournier a vraiment un bon oeil pour les images.

    Au tout début, j'ai trouvé magnifique le lien avec la cannette rouge, qui suggérait la présence-absence du premier jeune.

    Par contre, j'ai trouvé que ça manquait de rythme, je crois que ça aurait pu être réglé au montage, vers la fin on a du mal à comprendre. J'étais frustrée qu'on présente l'explication aux parents, mais pas aux spectateurs. (je ne veux pas trop dévoilé en expliquant).

    Plusieurs bons gags qui m'ont fait rire. Le peu de dialogue était très bien, GVigneault a su pénétrer le monde des ados sombres et nous ouvrir à ce milieu.

    On m'avait dit que c'était lumineux, mais bon, c'est un film sur la mort et sur la vie en même temps, j'en suis sortie plutôt déprimée. J'aurais aimé plus d'explications.

    Bon film quand même!

    (J'ai vraiment rit à Rondeau! t'aurais pu jouer ton rôle avec des pads mettons)

    Sandra la camionneuse.dgyrrd

    RépondreSupprimer