lundi 17 décembre 2007

Adieu, Marie-Anne!

Je ne sais lequel des deux a cessé d’aimer l’autre en premier. N’empêche qu’un jour, j’ai senti que je devais partir, que j’avais vécu ce que j’avais à vivre.

Après avoir tout mis en boîtes, après avoir tout emballé, j'ai regardé les pièces éviscérées de cet appartement où j'ai vécu tant de rires et tant de larmes, où j'ai connu tant de nouvelles amitiés et de nouvelles amours, des petites et des grandes, des qui-auraient-pu, des qui-n'auraient-jamais-dû, et un entier. Ce vieux logement aux mille défauts et aux mille charmes aura vu naître, par dessus tout, ma fille.

Ce curieux six-pièces sera désormais une ère-charnière.

C’est avec une étrange nostalgie que j’ai mis la clé sous le paillasson de ce vieux rafiot hanté par la grosse folle d’en bas.

Ici, dans mon nouveau port, les planchers sont droits, les murs sont lisses, et je nage dans l’espace. J’ai même un sous-sol digne de recevoir, et l’hiver n’entre plus au travers les planches.

Ça me prendra quelque temps pour que tout cela ait une âme, que ça devienne chez moi, chez nous. D’ici là, quand je verrai des photos de ce vieil appart, je me demanderai longtemps quel couple nous aurions formé si nous étions restés ensemble.

11 commentaires:

  1. Quelle douceur dans le ton... Je ne sais pas si c'est de l'autobiographie fictive ou du vrai journal intime, mais l'émotion y est.

    RépondreSupprimer
  2. Encore quelques nuits avec le mien, quelques fous rire et un dernier Noël...L'odeur, la lumière et tous les secrets échappés entre les craques du planchers vont tant me manquer...

    RépondreSupprimer
  3. Seizième année dans mes murs de la rue Bordeaux et pas envie d'en partir. Rien de luxueux mais j'y suis bien et ... je paye pas cher ce 5 1/2. Faut dire que 5 années à bosser au Comité logement du Plateau, ça aide à négocier ...

    RépondreSupprimer
  4. Les nouveaux souvenirs se bousculent toujours à nos portes.

    RépondreSupprimer
  5. J'suis contente d'avoir eu droit à un p'tit bout de ta nostalgie, d'avoir pu ressentir ce que tu vivais au moment où tu le vivais, juste d'avoir été là durant un moment. Un appart peu sembler être un lieu comme un autre, mais avec les années, on se rend compte qu'il fait partie de notre vie...comme un vieux chum sur qui on peut compter.

    RépondreSupprimer
  6. Oups, j'ai oublié un T à peu...ma mère ne serait pas fière de moi...

    RépondreSupprimer
  7. Tu y serais peut-être devenu le vieux fou d'en haut... ;-)

    Laisses là tes vieux souvenirs, de nouveaux demandent à être forgés

    Ainsi va la vie. Tsé?

    Salut Daniel. J'en profite pour te filer mes bon voeux

    A+

    RépondreSupprimer
  8. Même tristesse et mélancolie qui m'habite..je me rappelle un vieux monsieur bien digne qui a confié il y a 10 ans,à moi,nouvelle remariée avec 8 pré-ados,la maison qui l'a vu naître..Belle et solide avec ses plafonds hauts,ses boiseries et sa grande cour vierge prête à me nourrir de sa terre autrefois engraissée de nombreux poulailler..

    En ville pourtant,un Montréal-Nord centenaire,une rue où on ne barre pas les portes qu'il disait, mais il n'a pas survécu pour voir le changement.

    Pendant des années,il s'est présenté à ma porte pour me conter son attachement à ce berceau,les veillées,les fantômes sympatiques qui y habitent encore..Il est venu jusqu'au dernier souffle de sa vie caresser les murs lui qui ne voyait plus...

    J'y ai mis mon coeur,mon odeur,mon empreinte.J'y ai vu grandir mes garçons qui un à un revenaient avec une compagne montrer la demeure familliale et le "douzième" où ils avaient dormi.


    Il ne reste que notre couple et un grand jeune homme polytraumatisé,et bientôt,nous devrons nous déchirer les coeurs en abandonnant la belle qui trouvera avec peine preneur de ses vices et bobos..faute de sous,faute de temps pour lui redonner un deuxième souffle,abandonnée par la famille du défunt patriarche, qui n'y voit pas la splendeur fannée prête encore aux caresses.

    Nous devrons choisir une maison que nous n'aimons déjà pas,pour finir raisonablement nos jours. La prospérité nous a oublié,pas de miracle de dernière minute pour acheter à jamais nos souvenirs et les arbres prénommés, devenus matûres...

    RépondreSupprimer
  9. Sincèrement, bon nouveau départ.

    D'une fidèle lectrice.

    RépondreSupprimer
  10. L'âme d'un endroit...tous les souvenirs qui s'y rattachent. Difficile de ne pas tomber nostalgique quand on pense à tout ça...mais il faut se dire qu'un autre endroit sera le berceau de nos futurs souvenirs.

    RépondreSupprimer
  11. 5 ans au québec et 5 appartements! honnêtement, j'ai vraiment hâte de pouvoir écrire un billet comme celui-là...
    Joyeuse Pluie dans votre nouveau chez vous.

    RépondreSupprimer