mercredi 7 novembre 2007

Gravité du graffiti

La recette est simple : dans un endroit public, n’importe lequel, au centre-ville de Montréal ou dans le village le plus reculé, peignez un grand mur blanc, puis allez patienter en prenant un verre ou trois dans un débit à votre goût.
Fort à parier que le mur se remplira de graffitis en moins de deux. Et quel sera la teneur de ces graffitis? Oui madame : un tas de mots grossiers que ma mère m’a défendu d’écrire ici, et des dessins aussi explicites que mal foutus.

Pourquoi les gens qui ont des messages d’amour et de tolérance ne les écrivent pas sur ces murs blancs? Je ne le sais pas. Parce qu’ils sont timides? Parce que c’est dans la nature même des bonnes gens de ne pas être «louds», de ne pas avoir besoin de crier leur tolérance et leur amertume? Parce que l’amour, ça se vit? Ceci dit, il y en a tout de même qui feront des signes de «peace» ici et là, un soleil dans le coin, ou un autre truc gentil que tous trouvent un peu cul-cul mais qui fait du bien.

Eh bien, c’est ça, la commission Bouchard-Taylor : un mur blanc offert aux graffiteurs.

Il serait bien que les caméras des journalistes qui couvrent ce non-événement focussent sur les petits dessins de fleurs dans les coins. Je suis peut-être naïf, mais je crois qu’ils représentent pas mal plus l’opinion de la majorité des gens que les croix gammées et autres gribouillis à la bombe aérosol dessinés par des gens qui en ignorent le sens.

Quand on veut se débarrasser de son chien, on l'accuse d'avoir la rage, dit le proverbe. C'est ce que font les petits racistes de partout en ce moment. C'est aussi ce que font les médias avec le Québec dit profond.
Et c'est triste.

8 commentaires:

  1. Woah! Quelle belle image!

    Demetan for President!

    Non mais, sans farce, touché!

    RépondreSupprimer
  2. Très bien lancé!

    Je tente ma chance pour l'explication du silence des agneaux.

    Peut-être qu'une svatiska inversée fait plus un bon show des nouvelles à 22h qu'une simple mais jolie fleur...

    Peut-être qu'un poing sur la gueule attise plus notre centre d'intérêt social en manque de sens qu'une tape sur l'épaule...

    Peut-être qu'un tout petit point noir au centre d'une grande page immaculée nolise plus notre regard que tout le blanc autour...

    Peut-être que les gens de bonne volonté n'ont rien à foutre de ce cirque dans lequel se vautrent les politiciens en soif d'avant-plan...

    Peut-être qu'on a assez de pain et de jeux pour laisser le destin de notre société aux autres...

    Peut-être qu'on attend le rapport final pour pouvoir se faire une opinion tardive...

    Peut-être qu'on n'y croit pas à cette commission et qu'on sait - l'histoire se répétant - que ce ne sera que quelques arbres de plus sacrifiés sur une tablette...

    Peut-être que dans le fond, tout ce qui est exprimé fait un peu partie de nous, honteusement ou pas, et qu'on se reconnaît autant en habit de xénophobe qu'en tuxedo de xénophile...

    Peut-être que c'est un peu de tout ça et d'autre encore.

    Je ne vois pas cet exercice comme triste, mais comme un wake-up call. La première révolution tranquille était pour nous défaire des chaînes de l'oppression religieuse Catholique. La seconde sera peut-être pour étendre notre émancipation aux autres superstitions institutionnalisées. :-)

    - Mazzaroth

    RépondreSupprimer
  3. Une prouesse que voilà. Bien vu, vraiment !
    F.

    RépondreSupprimer
  4. Petit coucou frenchy car en me baladant, je suis tombée sur ton Blog.

    RépondreSupprimer
  5. Oui
    Sauf que ce n'est pas tout le monde qui ecrivent que des cochonneries;en fait,je pense que ceux-la font partie des victimes du showbizz..les petits gars qui se pensent " cool " parce qu'ils insultent ceux qui ont une vie,parce qu'ils se promenent avec une arme dans les ruelles,qu'ils se fument des joints ou sniffent de la coke a longueur de journee,tout ca juste pour etre "cool".Tout ca juste pour se sentir pareil,"a sa place".Pour avoir l'impression qu'ils sont compris,ou simplement plus forts et plus imposants que ceux en autorite,prenant l'exemple d'artistes connus et influents qu'ils comprennent a l'envers.Si c'est de leur faute?Non.Si c'est grave?Possible Si c'est triste?Oui,en effet..
    Mais ca passe...En tout cas,pour la majorite;et ils en rient par apres

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer