jeudi 30 août 2007

Au Son

En me voyant entrer, Nicolas m’a salué et m’a pointé un banc libre à son bar.

Je me suis assis. Mon visage long devait en dire autant.

Nicolas est arrivé à ma hauteur. Il attendait le compte rendu. Ça me tentait guère de lui rabâcher la sempiternelle histoire de mes amours décevantes, alors je n’ai rien dit, qu’un salut de la tête. Je pouvais lire un découragé «Encore?!» dans ses yeux.

- Comment ça, «encore»?
- Mais , j’ai rien dit, Mike…
- Bonne affaire. Je prendrais un Macallan, s’il te plaît.
- T’es sûr? Il est pas en spécial ce soir…
- ‘Stie Nicolas, c’est le client qui décide de ce qu’il boit, pas le barman. Où sont passés les bons vieux barmen du temps qui essuyaient les verres sans rien dire pis qui faisaient «hum hum» quand on leur parlait?...

Nicolas ne disait toujours rien ni ne bougeait. J’ai alors répété la commande.

- Un Macallan, por favor…
- …

Il ne bougeait toujours pas, le bougre.

- Bon, qu’est-ce qu'il y a encore?
- Ben, euh… 12 ou 18 ans, ton Macallan?
- ‘Stie Nicolas t’as vu mon humeur? 18 ans est un minimum dans ce genre de circonstances.
- …
- Euh… Oui?
- Désolé de me mêler de ce qui me regarde pas, mais je te connais un brin depuis le temps et… T’as vraiment le portefeuille pour un 18?

Le look qui tue.

Nicolas a mis quelques minutes avant de revenir avec mon scotch. En le posant devant moi, il m'a dit:
- Ok, ok, je dis p’us rien. T'aurais dû te voir... Si t’avais eu des fusils à la place des yeux… Remarque que c’est con comme expression, si les fusils remplaçaient les yeux, tu pourrais pas viser…

J’y serais allé au son.

16 commentaires:

  1. Brilliant (avec l'accent écossais).

    Et je suis d'accord avec toi, les barmen sont disparus.

    Par chez moi, ils ont laissé leur place aux filles à poitrine devant lesquelles on oublie ce dont on voulait parler.

    RépondreSupprimer
  2. Je me demande quel son ca fait, la pitié...

    Excellent, comme toujours! Merci!

    RépondreSupprimer
  3. Yes sir, my Daniel. Comme a déjà dit un de mes ami, ce scotch est un prince... Et vous, votre malt?

    Monsieur l'adulte: un soupir vif. Douloureusement court.

    Chill: Je connais encore quelques barmen dignes de ce nom par cheu nous. Et leur poitrine ne m'a jamais rien fait oublier... Je ne peux en dire autant de leur scotch, par contre.

    RépondreSupprimer
  4. 'tain, ils sont bien vos barmen, malgré tout. Par chez nous, ils te regardent de haut, attendent dans un silence pesant que tu fasses ton choix et le soupir au moment du service ressemble plus à un énorme panneau "il est interdit de parler au conducteur".

    Ou alors il faudrait que j'arrête de fréquenter les bars fashion de mes études. Les rides sont déjà à mes yeux, la trentaine approche ...

    RépondreSupprimer
  5. C'est que je suis moi-même un adepte du Macallan... En passant, ma blonde te considère maintenant une très mauvaise fréquentation... mais ce n'est pas grave, ils ne tiennent pas de Macallan à la Quincaillerie.

    En passant, comme je suis au primaire, c'est une bouteille de 12 ans qui traîne là-bas... pas trop loin... si proche...

    RépondreSupprimer
  6. PMT: Voilà notre amitié confirmée. Mais est-elle une grande amitié?: ton scotch, avec ou sans glace?

    Pour ce qui est de ta blonde: primo, je préfère que ce soit elle plutôt que ma blonde qui considère que je suis une mauvaise fréquentation. Deuxio, dis-lui que je ne bois pas de scotch, que c'est un fantasme d'auteur. Je suis à l'eau, moi.
    D'ailleurs, whisky, ça veut dire eau.
    CQFD.

    RépondreSupprimer
  7. Whisky: (1770) Mot anglais, du gaélique *USQUEBAUQH* (EAU DE VIE)
    Cher Daniel, rassure-nous au sujet de l'eau que tu bois..!:)

    Alain***

    RépondreSupprimer
  8. Y a vraiment des gens qui ose mettre de l'eau dans du scotch? Quel monde décadent...

    RépondreSupprimer
  9. Ok.
    Là on parle de vraie et grande amitié.
    Parce que je peux être ami avec quelqu'un qui vote libéral (à la limite), mais pas avec quelqu'un qui arrose son scotch, ne serait-ce que de quelques glaçons...

    RépondreSupprimer
  10. J'ai fini par apprendre ça ya 15 ans. Mon chum Roger m'a simplement dit : " Ils se fendent le cul pour faire vieillir ça 15 ans dans des fûts de chêne pi toué tu viens polluer ça avec ton St-Laurent en cube de glace ? Essti qu't'es con !". Après ça, un gars boit ça straight et dans un verre approprié ...

    RépondreSupprimer
  11. Beau récit de grande solitude.
    J'adore lire les blogs de mecs. on peut enfin savoir ce qui se passe dans les bars (!) quand on n'est pas là et de quoi ils parlent entre eux. Top.
    note à pmt : j'm bien vot' glog aussi.
    Brigit

    RépondreSupprimer
  12. Brigit, c'est ça le drame, finalement: Les filles n'ont que des idées préconçues... En fait, un gars n'est pas si pire..!:)

    RépondreSupprimer