mercredi 6 juin 2007

Et passe le temps

Je n’arrête plus pour regarder passer le temps. Je suis un adulte maintenant. J’ai des obligations, des responsabilités, un enfant. Pourtant, il continue de passer ce foutu temps, de filer, de fuir. Vite en plus. Un temps sans pitié, qui laisse des bourrelets ici, du flasque là, des rides à des endroits qu’on croyait bien à l’abri. Un temps qui rend les cheveux gris quand il ne les laisse pas tomber tout simplement. Un temps qui fait moisir les fruits et disparaître des amis. Un temps qui nous bloque le dos, un matin comme ça, au lever du lit. Un temps qui rend pénible une course qu’on faisait pourtant hier encore, le sourire aux lèvres. Un temps qui réussit à élever l’apéro d’autrefois au rang de cuite olympique. Ce maudit temps qui fait des enfants des ados, des ados des adultes, et des adultes des cons. Du temps que je n’ai plus. Menfin, plus aussi souvent.

Et voilà qu’aujourd’hui, j’en ai eu, du temps. Alors je vais au café armé de mon cahier de notes, d’un stylo et d’un Raymond Carver. Pour écrire, lire, regarder, savourer ce temps à moi tu-seul, bien décidé à le retenir un brin, sachant fort bien qu'il coulera entre mes doigts.

Aussitôt assis, je pique le Journal de Monrial sur la table d’à côté, le feuillette rapidement, puis je me mets à chercher les huit différences entre deux dessins même pas drôles.

Un passe-temps.

Quelqu’un pour me gifler, s’il vous plait?

15 commentaires:

  1. Toutes blessent, la dernière tue.
    Profites-en.
    Pendant qu'il en est encore temps.
    Après, tu pourras le perdre ton temps, le perdre à chercher les erreurs, ici et là.
    Mais pour qu'il y aient erreurs, il doit y avoir des essais.
    Rien que ça.
    Des essais.

    Amicalement et avec grand partage empathique. D'un perdeur de temps sur les blogs. Surtout le tien. Mais ce dernier donne un brin -voire un gros- d'inspiration et une dose de coups de pied dans le cul, au quotidien.

    Grosse gifle.

    Alexx

    RépondreSupprimer
  2. Une gifle, ehn ?
    Je vais passer, ça serait un peu brutal comme premier commentaire.

    Je suis coupable.
    Je passe souvent beaucoup de temps à me bâtir des plans du tonnerre que je pourrai faire dès que j'aurai un peu de temps de libre.
    Et vlan, souvent je "gaspille" mon temps de libre à faire d'autres choses, à me divertir.

    Reste que le divertissement, c'est nécessaire. C'est important de mettre la switch à off dès fois.
    Ça nous permet d'être plus alerte, vif (...) la prochaine fois qu'on la met à on !
    Notre temps est limité, oui.
    Notre énergie, aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi une gifle?
    Le temps passé à réaliser que le temps vécu en oubliant que le temps passe est plus intéressant que le temps passé à regardé passer le temps n'est pas un temps perdu!

    RépondreSupprimer
  4. Avec plaisir mais ça va coûter un café. :op

    RépondreSupprimer
  5. Parfois, passer le temps à le perdre c'est surtout rattraper le temps perdu à être trop sérieux. Souris, il faut aussi jouer.

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai jamais rien lu d'aussi indécent !

    RépondreSupprimer
  7. « Bijou, bijou
    Le temps ça pourrit tout
    Les cheveux dans le lavabo, les mégots écrasés n'importe où »

    Bergman-Bashung, 1979.

    RépondreSupprimer
  8. T'as trouvé les 8 erreurs? Je pense que je vais m'y mettre, Journal de Monrial t'as dit? Parce que quand t'as fini ce jeu là, c'est fini.

    C'est pas comme moi avec mon solitaire sur mon micro baladeur numérique, quand je vois «gagné» une fois je veux recommencer et je n'en fini plus de perdre mon temps, il file il file et pouf! Disparu. Alors tes 8 erreurs, ça semble tout indiqué pour moi, je vais m'y mettre! Merci du tuyau!


    Sandra ;c)

    RépondreSupprimer
  9. Bon, je recommence, la machine-pas-fine a pas marché.
    On reprend donc.
    Quelqu'un a chanté: Avec le temps va, tout s'en va...
    Ouep. J'en suis aussi à la phase d'apprivoisement (apitoiement?) de l'inéluctable effet de la gravité sur nos chairs fragiles et du temps qui passe sur nos doudous qui deviennent des hommes- alors pour la gifle, comptez pas sur moi.
    Bougeons donc nos derrières et levons nos verres tant qu'il en est encore temps! (même si, oui, on le paie le lendemain- bah, avec le temps, va, tout s'en va, même les gueules de bois). Santé!

    RépondreSupprimer
  10. C'est vrai ça! les 8 erreurs...alors que tu pourrais utiliser ce précieux temps à lire des blogs.

    RépondreSupprimer
  11. 24 secondes, ce n'est pas seulement le titre d'un film, c'est aussi le temps nécessaire pour faire chauffer l'eau d'un biberon de six onces. C'est fou le nombre de choses qu'on peut faire pendant 24 secondes : vider la moitié du lave-vaisselle, préparer la portion de fruits de bébé, ramasser les épluchures de légumes, passer un petit coup de balais... Ces choses qu'on doit, qu'on devrait faire. Mais non, on se plante devant le micro-ondes et on regarde le compteur descendre. Trouver l'erreur.

    RépondreSupprimer
  12. Peut-être est-ce justement parce que l'homme n'aime pas faire de "petites choses"... C'est pourtant en assemblant des centaines, des milliers de petites choses qu'on devient quelqu'un.

    RépondreSupprimer
  13. Juste un message pour Mère Indigne, si c'est possible ici, ( désormais "off" sur son blog noté dans vos favoris: Je n'ai pas résisté à l'envie de poster ses derniers écrits sur mon blog, et je voudrais ne pas être accusé de piratage: En fait, je voudrais qu'elle soit connue chez nous, en France, parce qu'elle le mérite bien:) Merci de lui passer le message! :) Vaguedemain***

    RépondreSupprimer
  14. Depuis bien longtemps, je n'ai pas le temps d'avoir du temps. Mais il ne faut pas regretter de gaspiller le temps qu'on vole au temps. Sinon à quoi le temps perdu servirait-il?

    RépondreSupprimer
  15. Tu m'as fais éclater de rire. Je me suis vue faisant mes sudoku ! Je suis en sabbatique présentement et tu sais quoi ? Quand je vivais à 100 à l'heure, je rêvais d'avoir du temps pour siroter mon café et/ou bière et/ou vin et/ou.. en ne faisant rien d'autre enfin, que tous ces petits riens. Mais s'il vous plaît évite-moi la giffle !

    RépondreSupprimer