samedi 2 juin 2007

Autour du bonheur

- Pour toi, c’est quoi le bonheur?
- Toi et tes questions à la Mafalda…
- Non, je suis sérieux: pour toi, c’est quoi le bonheur?
- Peuh… Je ne le sais pas trop. C’est presque rien. Le bonheur, c’est... c’est quand la personne que tu aimes te dit qu’elle t’aime. C’est quand tu réussis à la faire rire. C’est quand tu la vois avoir un orgasme. C’est… C’est de revoir un ami qu’on a perdu de vue depuis longtemps. C’est un chien qui entend les pas de son maître dans l’escalier. C’est un compte de carte de crédit à zéro. C’est un mois avec trois paies. C’est un réveil-matin qui te réveille avant que tu te rendes compte que c’est samedi. C’est le rire de ton enfant. C’est quand le barman te paie un verre, comme ça, pour rien. C’est le sourire d’une belle fille que tu ne connais pas. C’est une botte de foin dans un champ par un beau jour d’automne… C’est un peu n’importe quoi. Ça dépend de ton regard, j’imagine… Et pour toi, c’est quoi ze bonheur?
- C’est avoir assez de temps avec un ami pour l’entendre énumérer ce qui le rend heureux.
- Tu vois, c’est ce que je disais; c’est presque rien et pas mal n’importe quoi...

On s’est regardés. On s’est souri. Les verres ont fait cling! puis le silence est resté entre nous cinq heureuses minutes.

7 commentaires:

  1. Je ne sais pas si c'est une retranscription d'un moment de ta vie mais je trouve cette définition du bonheur tout ce qu'il y a de plus jute !

    Ca me donne envie d'être heureux tiens !

    RépondreEffacer
  2. Le bonheur tient qu'à un fil; espérons que c'est du fil de pêche !
    :)

    RépondreEffacer
  3. Intéressant, très vrai aussi, dans la mesure où chacun a sa propre vérité sur le sujet.

    Pour ma part, le bonheur c'est simplement de trouver le moyen, jour après jour, d'avoir envie de se lever le matin.

    RépondreEffacer
  4. Le bonheur, c'est plutôt simple. Quand ça ne va pas bien, eh bien le bonheur, c'était juste avant.

    RépondreEffacer
  5. "Le bonheur est fragile. Tu n'es pas funambule et tu avances pas à pas. Tu ne sais rien des jours, tu glisses sur un fil, au loin tu ne vois pas. Si tu regardes en bas c'est le vertige, ne regarde pas. En bas tous les oiseaux se glacent et tous les hommes se protègent. Tu marches un peu plus haut, mais le bonheur est difficile. Tu risques à chaque pas, tu avances docile. À chaque risque le bonheur est là. Tu avances vers toi; le bout du fil n'existe pas."

    Philippe Delerm, "Le bonheur (tableaux et bavardages)", éditions du Rocher, 1986.

    RépondreEffacer
  6. Très jolies répliques ...

    Si jamais tu le remarques, mes commentaires sont pas super poussés hein ... Mais bon juste j'aime bien laisser un mot sur les textes qui me plaisent plus que d'autres :)

    RépondreEffacer