vendredi 27 octobre 2006

Un Prof près de chez vous, sixième partie : le pseudo-Français

Le plus grand drame du pseudo-Français est de ne pas être né en France. Il adore la Frânce! Mieux : il vénère Pâris! Nation du savoir et de l’intellectualisme, seule et unique source du théâtre, de la littérature… D’ailleurs, la littérature qui n’en sort pas n’est pas de la littérature. Ce professeur ne se donne même pas la peine d’ouvrir un roman québécois tant c’est de la sous littérature.

Le pseudo-Français ne lit que des livres qui ont gagné des prix et recevra invariablement, lors de l’échange de cadeaux de Noël, le livre récipiendaire du prix Goncourt. Ce soir-là, si le vin est bon, on l’entendra dire tabarnak avec le même regard joyeux qu’ont les enfants qui s’oublient à un plaisir défendu. Au retour des vacances, il sera redevenu lui-même et il rentrera au département en maugréant tout haut contre la neige, le froid ou dieu sait quoi, parce que pour lui, un Français, ça rouspète.

Le théâtre québécois subit le même sort que sa littérature; rien de bon ne peut émerger de ce côté-ci de l'océan, sauf si les créateurs s’appellent Robert Lepage ou Wajdi Mouawad.

Le pseudo-Français se nomme Gaétan Hébert ou Marie-Thérèse Toupin, mais cultive un accent impossible dont même les Français ne peuvent donner l’origine. Il vous dira que c’est parce qu’il a un jour enseigné en Europe, ce qu’une rapide recherche confirmera : en 1991, il y a travaillé trois mois… Depuis, il ne soupe plus mais dîne, il ne dit pas fin de semaine mais weekend, il ne magasine plus mais fait du shopping… car rien n’est plus français que de l’anglais avec un accent.

10 commentaires:

  1. Tu as choqué plein de pseudo-Français.
    :-P

    RépondreSupprimer
  2. Je me demande si le pseudo-Français ajoute un "e" muet à professeur, à auteur ou à docteur. Sans doute pas, du moins s'il respecte vraiment la langue française.

    RépondreSupprimer
  3. Et le pseudo-francais a plein d'amis qui recherche sa présence pour profiter de sa culture......
    Un autre qui doit avoir l'autre vie passionnante !!!!

    RépondreSupprimer
  4. Ca, au moins, c'est quelqu'un qui a du goût !
    Bon, par contre pour l'accent, je crois que ça demande encore du travail.

    RépondreSupprimer
  5. Le pseudo français est gossant jusqu'à ce qu'il rencontre son anti-poison, le français authentiquement crétin. Ça le scie de douleur, le pseudo français. Et ça lui calme les ardeurs en ta'!

    RépondreSupprimer
  6. @blonde: ca pas de bon sang, rire comme ca, je viens de réveiller ma fille là !!!!!:):):)
    On dirait que tu en connais un bout en relation franco-pseudo-franco

    RépondreSupprimer
  7. J'adore la conclusion! "car rien n’est plus français que de l’anglais avec un accent", rien n'est plus vrai non plus! :)

    RépondreSupprimer
  8. haha! je reconnais aussi ici plein d'étudiants en littérature pseudo-français! des futurs profs j'imagine!

    Catherine

    RépondreSupprimer
  9. J'adore le ton bourru, très trappeur mangeux de beans qui rue dans les brancards des croquants de la ville et leur dit leur fait (il était temps!)...

    RépondreSupprimer
  10. Pour une francaise... Des conseils de lestures québequoises dignes de ce nom?
    ...

    RépondreSupprimer