jeudi 19 octobre 2006

Un Prof près de chez vous, quatrième partie: le bordélique

L’environnement du bordélique tient du parfait négatif de celui du colonel. Le restaurant Zaziummm est zen au côté de cet univers surchargé : photos, découpures de journaux, posters étranges, livres empilés par dessus d'autres livres, certains ayant sûrement une valeur archéologique, bibelots de vente de garage, tout prouve que son bureau lui sert probablement d’entrepôt. Si on fouille bien, on y trouvera un bâton de hockey, quelques briques ou des bouteilles de bière vides.

Pour le bordélique, l’organisation tient de l’utopie. Il prétend cependant avoir un ordre personnel que lui seul comprend. Bien qu’il ait un classeur et des chemises, son système de classement est géo spatial : demandez-lui une feuille, par exemple l’ordre du jour de la prochaine réunion départementale, et il saura que cette feuille est sur le bureau, dans la pile du coin avant droit, dans le tiers inférieur. Le bordélique mettra tout de même 45 minutes bien chronométrées avant de la trouver, sans compter qu’il aura fait trois nouvelles piles de feuilles avec celle déplacée.

Ainsi, l’étudiant qui arrive à l’improviste pour avoir une copie du devoir remis au cours précédent est source d’anxiété, et la plus grande crainte du prof bordélique serait de tomber sur le travail non corrigé d’un étudiant qu’il a failli couler trois ans auparavant.

Son enseignement va dans le même sens. Ce type de prof sait à peu près où il s'en va, sans plus. Sa hantise de l’ordre en fait un improvisateur hors pair. En classe, il digresse sans cesse, profitant souvent d’un courant oblique pour suivre une autre voie que celle prévue. Invariablement, le bordélique émergera à la onzième semaine, réalisant soudainement que la session se termine bientôt et qu’il n’a couvert que la moitié du programme.

À la fin de la session, après une remise de notes à la dernière minute, le bordélique se jurera de faire un grand ménage dans son capharnaüm. Et le jour où il mettra enfin la main à la pâte, un collègue l’invitera à prendre une bière en lui demandant s’il n’aurait pas une petite place en périphérie de son amoncellement pour entreposer une dizaine de 33 tours qui lui semblent sacrilège de jeter…

Prof suivant: le pédagogue.

3 commentaires:

  1. citation du jour:

    "Oui je sais
    Je perd tout
    Mais c'que j'veux pas
    C'est qu'on se moque de moi.
    Oh hé hein bon!"
    (nino ferrer, antique et delicieux chanteur français)

    RépondreSupprimer
  2. Et le plus haut taux de burn-out...
    Et il s'excuse de tout , et est constamment à demander un service.
    Pathétique !!!

    RépondreSupprimer