vendredi 1 septembre 2006

Je nourris ma vengeance au biberon

Semaine de rentrée collégiale.
Les étudiants de cette année naissaient alors que je finissais mon cégep. Soupir. Ils n’ont jamais connu le monde de mon adolescence, ce monde où Beta et VHS se faisaient la guerre, où George Michael faisait semblant d’être hétéro, où les chanceux qui n’étaient pas obligés de se lever du sofa pour changer de poste le faisaient avec une télécommande grosse comme un cahier à anneaux équipée d’un long fil qui envahissait le salon avant de se rendre à la télé. Ces étudiants ne se souviennent pas de la chute du mur de Berlin ni du courage des Chinois sur la place Tiananmen, et ont à peine eu conscience de la mort de Curt Cobain ou de celle de centaines de millier de Rwandais.

Pour les garder éveillés, je dois renouveler mes blagues sur Passe-Partout, blagues que j’avais déjà empruntées à une génération plus jeune puisque je suis de la génération de Bobino.

Au département, alors que j’y ai été embauché assez jeune, il y a maintenant quatre professeurs plus jeunes que moi. Et comble de tout, d’anciennes étudiantes viennent me dire bonjour, enceintes jusqu’aux yeux, entre deux journées de travail comme professeur, médecin ou ingénieur, et se rappellent en riant le jour où je leur avais fait analyser Elvis Gratton en classe, ou encore cet halloween où j’ai enseigné habillé en ballerine.

Those were the days, my friend
We thought they’d never end…
dit la chanson.

D’autres avant moi ont dit la même chose en me voyant arriver, il y a de cela quelque temps. Je me foutais de leurs états d’âme comme mes étudiants se foutent des miens. Ils ont bien raison de le faire, même s’ils m’énervent au plus haut point.

Un jour, ils me comprendront en voyant arriver ma fille. Étrange de penser que ce petit bout de femme pour l’instant à peine âgé de quatre mois sera ma vengeance...

7 commentaires:

  1. Merci pour ce sourire.

    Je suis née deux ans après toi et ce sont des étudiants universitaires que je vais accueillir la semaine prochaine. Cela me laisse donc un peu de temps pour planifier ma vengeance... ;-)

    D'un autre côté, j'ai aussi souvent quelques étudiants plus âgés que moi qui doivent trouver bizarre d'avoir une enseignante qui ne connaît pas la chanson de la Souris verte par coeur, ou qui n'a pas de souvenir de la crise du pétrole, ou qui n'était pas encore née le jour de la mort de Jim Morrison, etc.

    RépondreSupprimer
  2. vouais. D'ailleurs, tu crois que la rédaction ce post ne t'a pris qu'un quart d'heure. Retourne toi-ta fille est majeure.

    En tous cas, c'est ce qui vient de m'arriver.

    RépondreSupprimer
  3. Bobino plein de farine et l'autre qui rit comme une perdue... Oui, oui, j'était là et maintenant je suis ici: http://www.freewebs.com/moilavie/
    le le blogue sur les suivantes.
    Concernant mes descendants qui envahissent les bancs d'écoles ils le font depuis des lunes déjà. Quatre mois, chanceux, bravo jeune papa!
    Bize

    RépondreSupprimer
  4. Il y a ... 4 ans, je rentrais sur les bancs de la grande école... Tout juste sortie du secondaire, blasée à souhait, me croyant hautement supérieure à cet enseignement que je jugeais inutile et aux fossiles qui nous le transmettaient...

    Le matin alors que je me rends au boulot, je croise de ces jeunes blasés, finissant le secondaire ou à leur premiers jours de CEGEP... Je les entends pester contre les enseignants qui en demandent trop, les parents qui ne comprennent jamais rien, leur désir de quitter le nid familiale...

    Je les écoute et je ne peux que réprimer un sourire et me dire "Plus tard, ils comprendront".

    RépondreSupprimer
  5. Tel qu'a écrit Daniel Bélanger dans un livre mal imprimé (coronet liv)que j'adore:

    "La maman ronfle. Le papa pète. Le chien jappe. Le bébé pleure. L'adolescent rouspète. Les déchets puent. La mémoire se souvient. Le temps passe. La maman meurt. Le papa craque. Le chien est gazé. Le bébé divorce. L'adolescent est vieux. Le temps passe puis la mémoire oublie."

    Bon, ce n'est pas jojo, mais ce billet m'y a tout de même fait penser.

    Bravo pour ce blogue qui me fait sourire très souvent...

    RépondreSupprimer
  6. (hors contexte)
    j'ai pensé à toi en voyant ça Daniel :

    http://youtube.com/watch?v=Dx7ylgmakpY

    RépondreSupprimer