samedi 12 août 2006

Écriture automatique, ou le désorde fait à moitié

Rien. Rien à dire sur rien. Des jours à guetter, encourager, souligner, photographier des manifestations subtiles de progrès énormes. Ça me laisse du temps libre par salves de cinq minutes, une barbe de deux semaines, une moto qui prend racines. J’en perds mon calendrier. Et voilà qu’un ami me secoue, me réveille, m’annonce que les cours sont dans moins de 10, que je n’ai aucune idée des livres que je mettrai à l’étude. Habituellement, ma tête de prof sort des nuages dès le premier août. Cette année, rien. Même pas de légère panique. Comme si j’étais sur les bêtabloquants : l’adrénaline n’a plus d’effet. Le cœur en métronome, au rythme d’une toune country. Quand la lumière passe au jaune, je n’accélère plus. Je boirais des liquides dans le même verre assis sur le même balcon pendant des jours pour regarder la vie passer. J’ai à peine le goût d’écrire. D’ailleurs, pendant que j’écris ce n’importe quoi, je m’arrête régulièrement pour regarder fixement la touche J. Pour rien, parce que. J. D’ailleurs, c’est qui l’idiot qui a placé les lettres dans cet ordre sur les claviers? Pourquoi avoir arrêté en chemin et ne pas avoir placé les chiffres du dessus en désordre? 2 7 0 8 1 3 9 6 4 5 genre. Et personne ne dit rien. Tout le monde suit. Et moi, à cause de ce bordel institutionnalisé, je suis à la veille de me taper un de ces maux de tête puisque mon clavier est usé, que les touches e, a, s, d, c, i et n y sont presque complètement illisibles, effacées, usés par mes coups de doigts. Mais je m’en fous un peu. Beaucoup même. Parce que j’ai cette impression étrange que tout est immuable mais la certitude du temporaire. Comme si j’étais propriétaire d’un café sur le chemin de Compostelle, comme si j’étais de ces gens qui voyagent dans le regard des autres, qui encouragent leur recherche et qui, tous les soirs, verrouillent la porte avec ce bonheur tranquille propre à ceux qui, à défaut d’avoir trouvé, ont cessé de chercher. Parce que chez-moi, il y a des yeux neufs, parce que chez-moi, ça sent le bébé.

5 commentaires:

  1. YEAHBÉBÉ!

    tu sais quoi, en haut de mon nouveau chez moi y'a une petite Lili qui a le même âge que ta rose. Oui, oui! Je te dis, je l'ai même fait pleurer. :o/

    Et parle pas de rentrée... dans mes boîtes avec deux charges de cours au programme en plus du boulot, une chance que j'en ai pas de bébé moi. Une chance que j'ai même pas de chum... en fait si j'en avais ce serait pas comme ça.

    T'sé ce que c'est. Vie seule, qu'on remplit, trop remplie pour être moins seule. Une chance que des fois la vie se décide à nous imposer son rythme.

    Entre temps je retourne peinturer. Et J. Je vous aime.

    PS: T'sé un clavier ça coûte 40$ hein!
    PS2: Ce commentaire est nul, mais bon!

    RépondreSupprimer
  2. Ahhh pour mieux comprendre un peu l'ordre des lettres, je t'invite à lire cette page de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/QWERTY

    Ça aide à comprendre l'histoire des dactylos :) Après avoir compris le pourquoi de l'ordre des lettres du clavier, tu comprendras que c'est encore PLUS absurde d'avoir encore cet ordre sur nos claviers.

    PS: Catherine a bien raison, c'est pas si cher une clavier. :)

    RépondreSupprimer
  3. Moi, j'ai seulement envie de vous dire merci de continuer comme ça à écrire, à dire les petites choses qui vous entourent.

    Je vous lis depuis mai, je crois. Avec grand plaisir, toujours.

    Goûtez encore un peu les derniers jours avant la rentrée, faites comme s'il y en avait encore cent.
    L'effervescence de la rentrée nous happe bien assez vite dès qu'on croise deux-trois jeunes dans la rue et qu'on se demande tout à coup s'ils seront à nous... sans en être nécessairement emballé !

    Allez, bonne fin de vacances.

    Une prof dans le même état d'esprit,
    Chantale

    RépondreSupprimer
  4. Bébé à l'horizon, clavier au carton ;)

    Non, je rigole. Il va falloir se battre avec la (si je me fie au commentaire du dessus) petiote pour lui faire entendre que c'est papa qui écrit, et non le contraire !

    Et puis comme papa écrit bien , ça devrait bien se passer ;)

    RépondreSupprimer