samedi 24 juin 2006

May I take your order?

Montréal downtown, petit resto asiatique. Soupebol pour ne pas le nommer, sans doute la version améliorée de l’ancien resto Soupe-assiette qui, pour des raisons évidentes, a fait faillite…
On s’assoit et un grand Asiatique vient nous porter des menus fripés. Sans nous regarder, il nous lance le Hi! un peu froid du commerçant qui en voit trop. Je ne m’habitue pas à me faire recevoir en anglais dans ma ville… On lui renvoie un Bonjour! clair pour qu’il comprenne qu’on parle français, mais ça semble peu l’affecter. Quelques minutes plus tard, notre grand serveur au regard fuyant revient nous voir :
- May I take your order?
Seconde de malaise.
- Pardon?
Patient, il répète :
- May I take your order?
Il y avait un son de gifle dans cette répétition. Pourquoi sommes-nous restés? On avait faim, j’imagine, ou une âme missionnaire…
- Est-ce que tu parles français?
Alors, sans s’impatienter, sans trouver la demande bizarre ou déplacée comme le pensent plusieurs marchands du centre-ville, notre sympathique garçon de table répète dans un français impeccable :
- Vous êtes prêts à commander?
S’il n’avait pas parlé français, ça m’aurait fâché, mais qu’il le parle très bien et qu’il insiste pour imposer l’anglais, ça me les a coupées.

À la fin du repas, monsieur Soupebol est revenu nous voir :
- Are you finish?
En effet, on était pas mal finis. On est partis en parlant une langue qu’il connaît bien : 25 sous de pourboire sur une facture de 20$...
Have a nice St.John the Baptist pareil.

22 commentaires:

  1. Il ne faut pas chercher la petite bibitte là où il n'y en a pas. Il m'est déjà arrivé de parler anglais avec des francophones sans faire exprès de vouloir les vexer(ou me vexer moi-même vu que je suis francophone). La plupart du temps dans ces métiers du 'service à la clientèle', surtout au centre-ville, la majorité des clients parlent en anglais même s'ils sont francophones et n'oublions pas que c'est la fin de semaine du Grand Prix alors la proportion augmente. On s'habitue à s'adresser aux clients en anglais, c'est tout.
    Sur le même sujet, il arrive souvent que je remarque deux québécois 'pur laine' se parler en anglais, surtout quand ils sont ds un environnement anglophone. Je ne peux pas réprimer un sourire dans ces moments là.

    RépondreSupprimer
  2. Je m'excuse Reda mais il ne s'agit pas de chercher la bibitte là où il y en a pas. J'ai longtemps travaillé au Centre-Ville et il m'est même parfois arrivé, après un long service en anglais, d'accueillir le prochain client en anglais. Pour aussitôt m'excuser...

    Ici on parle de quelqu'un qui insiste...

    Au Québec on aborde les gens en français. Voilà. C'est tout. Aussi simple que ça. Ou à la limite on se tape le «Bonjour/Hi» de la caissière de mon Uniprix des Cours Mont-Royal. Je trouve qu'elle se la complique... mais bon, au moins elle ne prend rien pour acquis...

    RépondreSupprimer
  3. Étonnant ce commentaire de recherche de la petite bibite; le serveur est bilingue, voire trilingue, il est à Montréal, plus grande ville francophone d'Amérique, me semble que bon le message est clair.

    Je serais prête à parier .25$ que lorsqu'il a eu son pourboire, il s'est dit que les franco-montréalais sont j'allais dire cheaps, je choisirai radins. Good St-John to, Dan et merci de ce petit rappel, il faut rester vigilant, sinon on sera bientôt Welcome in Montreal dans notre propre cité.

    RépondreSupprimer
  4. Cela me fait d'autant plus peur qu'il semble que le fait d'utiliser des termes anglais soit... "cool".

    Et là, désolé de polluer ton blog avec ceci, mais c'est à titre d'exemple:

    -On vas-tu "chiller" quelque part?
    -Veux-tu "hang out" ce soir?
    -"take care".
    -C'est donc bin "dirt" comme attitude!
    -"Man!", ouach, t'es bin "gross"!

    Bref, pleins de ces petits termes insignifiants qui ne visent qu'à rendre une phrase exotique.

    Il est triste de voir que le premier terme qui vienne à l'esprit soit parfois anglais...

    RépondreSupprimer
  5. denis l. : (Tsss! Franchement, quel puriste!)

    Mec, utiliser des termes anglais c'est pas mal, c'est même très style (tu lis pas d'auteurs contemporains coup donc?).

    Ce qui est mal c'est de pas être capable de s'exprimer, peu importe la langue. FUCK ne veut pas dire la même chose que BAISER ou FAIRE L'AMOUR. Plus t'enrichies ton langage, mieux c'est.

    «Cognitives sciences, you know?» Construire un système de signes, l'utiliser et l'interpréter. Ça qui compte.

    Faut évoluer, tsé.

    Oh, bien sûr, je suppose que tu faisais peut-être plus référence, indirectement, à l'aliénation culturelle de certaines gensss. À ce moment je te conseille de regarder plus au niveau du contenu que de la forme.

    Sans rancune, mec; j'ai eut un cours de trois heures là-dessus. ;-)


    P.S.: Tiens, et si tu veux un sujet de préoccupation plus chill, penche-toi sur la question de l'accent : y'a beaucoup moins de volonté là-dedans que dans ce qui est dit; si y'a réelle domination c'est là que ça va se sentir.

    RépondreSupprimer
  6. c'est justement le fait que ça fait "style" qui m'inquiète. Ça m'inquiète d'entendre que le fait de vouloir parler ma langue à tout prix fait... puriste. Alors que c'est sensé être naturel.

    Je vois ce que tu veux dire, mais je ne suis pas d'accord! Si ça se trouve, les Français européens utilisent encore plus d'anglicismes que les québécois. Et alors? Personnellement je ne tiens pas à les imiter à ce niveau.

    C'est justement d'aliénation culturelle que je parle. Tu parles d'évolution, je parle de régression.

    Désolé, mais je ne trouve rien d'évolutif ou de stylisé quand j'entend: "Man, on vas-tu se chiller quelque part ou on continue à vedger sur le couch?"

    RépondreSupprimer
  7. Je vais souvent à ce resto puisque c'est près d'où je travaille. Ça me frustre autant que toi de me faire servir en anglais. Et au centre-ville, que tu sois dans un Starbuck ou dans un dépanneur, la langue première est l'anglais.

    La loi 101, ça existe encore?! On dirait pas...

    RépondreSupprimer
  8. Deux ans sur la blogosphère la semaine dernière...

    Le temps passe vite!

    Virginie

    RépondreSupprimer
  9. Combat inégal, perdu depuis longtemps. Rien à voir avec la culture mais avec le pouvoir.

    Il y a vingt ans, j'évaluais la disparition du français au québec à 5-6 générations(300-350 ans). J'en suis maintenant à 3-4 générations(150-200 ans).
    Mais ça risque de s'accélérer, avec ou sans pays. Oooh yep!

    Are you ready to order?

    RépondreSupprimer
  10. Ahhhhhhhh Virginie est une groupie!!!

    Bravo Virginie, moi je l'ai manqué cette fois-ci mais j'ai assez fait rire de moi pour m'en être rappelé l'année dernière... ;o)

    Bon blog-anniversaire Dan!

    RépondreSupprimer
  11. Aujourd'hui, mes collègues anglophones discutaient du fait qu'il leur arrivait souvent d'adresser la parole en français à d'autres anglophones et qu'il était alors très difficile de passer à l'anglais, « de peur de froisser l'autre » et parce que le français est la langue normale de communication.

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour !

    j'ai lu quelque part que lorsqu'on veut donner un pourboire réprobateur, on doit laisser 1 sou, les serveurs sont au courant de cette pratique et comprennent le message.

    Par contre, laisser un pourboire inférieur à 10,15 pour cent, fait paraître pingre, et ne laisse pas de message.

    RépondreSupprimer
  13. Je pense moi, Zoz, qu'il a très bien dû comprendre le message. Et t'as crissement ben faite, Dan !

    RépondreSupprimer
  14. Sorry, mais moi le monde qui expectent tout en francais a Montréal. Oui, peut-être que c'est la loi, je le comprends, mais c'est moron.

    Tu peux pas expecter les petits asiatiques des restos du quartier chinois ou des restos de Sushis de comprendre et parler le francçais et c'est bien comme ça.

    Venez pas chialer quand y'aura juste des restaurants Grecs (30 choix de menu, un choix de saveur) et des McDonalds.

    Je suis pour qu'il ait des commerces 100 % anglophones au québec. Ceux qui comprennent pas l,anglais, ben y'ont jsute a pas y aller. On pénalisera pas la majorité de la population pour des niaiseries.

    On se prive d'énormément de choix dans nos restos et magasins avec ces lois dignes de la gestapo.

    RépondreSupprimer
  15. Moofo, c'est le surnom d'Elvis Gratton? Même argumentation, même qualité du français, même fixation pour l'anglais langue intenationale que parlent tous les Chinois (moi qui croyais que les Chinois parlaient... chinois!), même racisme évident.
    Speak white, Moofo.

    RépondreSupprimer
  16. Eille, soyons respectueux voulez-vous ? Je voyages régulièrement aux 4 coins des États Unis, et j'ai récemment été en australie et je crois que je sais de quoi je parles.

    On se fait avoir au change avec les lois qui protègent notre langue. La langue c'ets important, mais en avoir pour notre argent et avoir autant de choix qu'ailleurs, c'est tout aussi important.

    Ca sera jamais rentable pour une compagnie qui fait un produit XYZ de traduire boite et manuels (Et souvent le produit lui même). Le bassin de population est trop petit au Québec.

    Heureusement, avec l'internet maintenant on peut acheter tout ce qu'on a pas ici, et plusieurs personnes le font d'où la fermeture de certains magasins.

    Ma génération est très active sur ce point, et la nouvelle le sera encore plus. Alors malgré que la langue francaise soit magnifique, elle ne doit être qu'un conduit pour transmettre ses idées. Pas une religion.

    Si déjà l'office de la langue francaise cessait d'inventer des mots pas rapports comme "Courriel" (Quand email etait très bien compris) et "Pourriel" (Pour Junk Mail). La langue change avec les gens, pas avec des organismes gouvernementaux.

    RépondreSupprimer
  17. Je ne veux pas t'offenser, Moofo, mais les arguments que tu avances ne tiennent pas la route: le trop petit bassin de population (français) est pourtant le 10e au monde (sur 6000 langues...) et si tu ne parles que des Francophones canadiens (parce qu'il y en a aussi hors Québec), on est plus nombreux que les Suédois, les Danois, les Finlandais, les Norvégiens, etc. qui sont pourtant servis dans leur langue respective. Il faut croire que le pluralisme linguistique amène un respect et une politesse dont l'Amérique du Nord est dépourvue avec sont désormais célèbre Speak White qu'évoque Anonyme ci-dessus.

    Aussi, tu sembles refuser toute ingérence gouvernementale en matière linguistique. Pourtant, de nombreux pays (dont l'Australie pour l'immigration, entre autres) et états américains (dont la Californie) se sont inspirés de la loi 101 pour protéger l'anglais.

    Et soit dit en passant, si les Anglos du Québec ont droit à l'école et à la justice en anglais, c'est parce que la loi 101 le stipule. La loi 101 est plus progressiste que ce qu'en disent les Anglos (qui, habituellement, ne l'ont jamais lue - comme plusieurs Francos aussi.)

    RépondreSupprimer
  18. Et surtout, continuons de faire entrer des immigrants en grand nombre; c'est bon pour notre culture... Et vive le multiculturalisme!

    RépondreSupprimer
  19. et pour l'anglais, on verra bien ce les américains feront quand l'espagnol aura fini d'envahir la Floride et la Californie.

    Des linguistes affirment déjà que l'anglais est une langue menacée, en raison justement de sa popularité.

    et moi, je trouve ça très beau, pourriel et courriel !

    RépondreSupprimer
  20. Je suis pas d'accord.

    Je trouves aberrant que l'on ait moins de choix que nos voisins du sud a cause de notre langue.

    Quand vous voudrez vous acheter des appareils de technologie et que l'on vous répondra "Qu'on peut pas le vendre à cause de des manuels et de la boite en anglais" vous pourrez rager.

    Pour ce qui est du "Marché" oubliez pas que pour les produits de technologie, la france ont souvent des produits différents du canada francais, a cause du courant utilisé, des systèmes de télécom et de video qui diffèrent.

    Alors, quand on demande ci ou ça en francais, oublions pas que le produit est pour nous, le Québec, pas toute la sphère Francophone.

    Je trouves ca plate que des gens comme moi (Et il y en a pas mal) soient pénalisés (Et critiqué parce que je dois acheter a l'extérieur du Canada et non localement) pour une partie de la population qui parles pas l'anglais.

    Si l'argument que vous emmenez se tient debout, même si il y aurait des commerces en anglais, les commerces francophones du même domaine devrait très bien vivre.

    On oublie pas aussi que beaucoup de monde vont magasiner dans le sud maintenant, tel que rapporté par la presse...

    http://www.latribune.qc.ca/article/20060612/CPACTUALITES/606120597/0

    L'article est dans le champs a ce qui a trait aux prix, mais ya des plaques du Québec en mausus a Plattsburg.

    C'est mon dernier Post sur le sujet

    :-)

    RépondreSupprimer
  21. Quand tu sauras écrire en français, Moofo, tu viendras nous faire la morale. Ça va te remonter le moral.

    (note le jeu de mots: morale, moral. c'est cute, han?)

    RépondreSupprimer
  22. Si vous avez à coeur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu! Merci à l'avance!
    CENTRE-VILLE DE MONTREAL ==================================== Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos Déjà un millier d'infractions possibles à la loi 101!

    http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2008/montreal-anglais.html

    RépondreSupprimer