mardi 11 avril 2006

Comptes rendus

Décompte des jours, décompte des heures. On compte dans nos têtes, on compte sur la pleine lune qui elle, compte pour des prunes. Un compte à rebours impossible où zéro peut être ce soir, demain ou la semaine prochaine. Une sorte de compte à rebours de quart-arrière. 82-7-24… Hop! Hop! Hop! Comme quoi tout ne commence pas à zéro, comme les décollages de fusée ou les courses de sacs à patates.

À défaut des jours, on compte lentement les centimètres d’ouverture. Mais on ne compte toujours goutte...

Dans nos insomnies, en place des moutons, on compte les pas, ceux qu’on fera mille fois, qui séparent la chambre du salon, la chambre de la chambre, le lit du rêve, le rêve cerné, le rêve qui refuse de s’endormir. Heureusement.

Dans ces insomnies, je me retrouve au pied du berceau. Je tourne la clé du mobile et des lames de métal butent sur les bosses d’un barillet, jouent une mélodie pour endormir les petits, pour faire rêver les grands. Puis je me rends compte que je suis devant un lit vide depuis quelques minutes déjà. Des minutes que je ne compte pas.

Pendant que Dame V dort pour deux, respire pour deux, vit pour deux, je compte, je tiens compte de nous. 1, 2…

Demain, peut-être, en fin de compte, jusqu’à 3.

9 commentaires:

  1. Ce qu'on a hâte avec vous. C'est fou.

    Chaque matin je me dis tiens, peut-être que...
    Chaque soir je me couche en me disant «Oh j'aurais dû les appeler...» Mais bon, on appelle pas tous les jours pour dire «Pis...?» Sachant que les parents (futurs encore pour un temps) sont eux-même dans des suspensions intenables quelque part entre fébrilité, angoisse et plaisir!
    On appelle pas d'abord sachant que si personne ne répond on s'excite en vain jusqu'au retour d'appel. Et si le retour d'appel ne vient pas on se dit: bon ça y est, c'est fait.

    Et on peut passer comme ça des semaine à jouer sur le petit nerf de ceux qui attendent et qui ont déjà le petit nerf bien irrité.

    Alors zoup, j'appelle pas, mais sachez que chaque jour je pense à vous, juste au cas où vous seriez en train de faire le p'tit chien!

    RépondreSupprimer
  2. Comme le compte du quart arrière, j'espère pour vous deux que le bébé sortira aussi vite que le ballon s'échappe des mains du passeur: Hop hop hop... Pop !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai des amis qui me racontaient qu'à un mois de l'accouchement, ils s'étaient planté devant le berceau et faisait tourner le mobile, jouer les berceuses un peu comme si l'enfant étaient déjà là et qu'ils ont pleuré de bonheur.

    Quoi qu'il arrive, je vous souhaite un beau bébé en santé...

    ...Est-ce que ce sera «Romane», finalement?

    RépondreSupprimer
  4. Pour le papa, ça dure aussi le temps que la maman et le petit rentrent de la maternité.
    Alors, il s'assure que tout est est en ordre dans la chambre, il prépare toutes les petites peluches pour accueillir le bébé, les habits qui ont été offerts, et puis quand il a fini, il donne un petit tour de manivelle au petit lapin qui joue la musique ... et là, le temps semble très long ... !

    RépondreSupprimer
  5. Ce n'est pas le moment de faire de l'insomnie : il faut DORMIR !

    RépondreSupprimer
  6. il y a les deux jours précédents oui... c'est long. Et puis il ya les deux jours après, si pleins de tout qu'on oublie de compter. Deux ou trois jours, ou dix. Mais vient l'instant où on s'arrête, une fraction de seconde: est ce possible, je le/la connais depuis si peu de temps? C'était comment déjà AVANT?
    Entre temps, entre deux, un monde entier est arrivé.
    Plein de voeux d'une inconnue. (on reparlera plus tard du yaourt/ épinard explosé sur le mur de la cuisine)

    RépondreSupprimer
  7. Voici venu le temps de la fébrilité, le plus court et le plus long, celui où l'on casse le ressort de la boite à musique tant la tension est grande. Je ne vous souhaites pas les dix jours de retard que notre fils nous a fait vivre.
    "le ballon s'échappe des mains du passeur" s'était mon cauchemard, rater la reception et laisser choir le ballon.
    Vous évoquerez comme moi avec nostalgie et emmerveillement ces petits moments insoutenables.

    Je vous envie.

    RépondreSupprimer
  8. Ça a l'air formidable, tout ça, Daniel! Faut croire que j'ai manqué quelque chose, mais heureusement, j'emprunte ceux des autres tous les autres jusqu'à 15h :)

    C'est ce qu'il y a de plus fascinant au monde, un être...

    Félicitations!

    RépondreSupprimer
  9. c'est le sentiment le plus étrange. on pense qu'on est prêt, qu'on a pensé à tout. le moment se déclare, on part une couple de jours. deux. on revient, trois. on était deux, on revient trois. c'est à ce moment qu'on comprend.

    bonne chance :)

    RépondreSupprimer