vendredi 13 janvier 2006

Prêt à emporter

Le mercredi soir, devant son reflet entre une photo déjà jaunie de son feu mari et une boîte à bijoux qui ne sait plus jouer de la musique, ma voisine Yvette se pomponne pour sa soirée de bingo; une boîte d'épingles à cheveux, un tube de rouge à lèvres écarlate, une tasse de fond de teint deux tons trop pâle, un demi-litre de parfum bon marché probablement acheté en vrac. Chaque fois, quand je vois Yvette partir en taxi, je me dis que si elle meurt dans la soirée, c’est l’embaumeur qui sera content de voir arriver du travail déjà fait. Pour lui, la recevoir serait un peu comme si un bûcheron entrait dans une forêt de bûches... Yvette, c’est du prêt à emporter. Quand je la croise les soirs de cartes à pitons, je lui dis qu’elle embaume; ça lui fait plaisir, et dans ma barbe, je me trouve très drôle.

Ce mercredi, Yvette a gagné 240$ au bingo. C’est ce qu’elle m’a fièrement raconté en revenant chez elle. Elle se considère pas mal chanceuse. Puis elle a dû me quitter parce que ses jambes lui faisaient souffrir le martyre. Dans un sourire écarlate, elle m’a dit bonsoir avant de refermer sur elle la porte de son deux et demi où le téléphone, comme la sonnette, ne résonne jamais.

7 commentaires:

  1. Ayoye...
    J'me sens tout à coup comme une Yvette.

    ***

    Les 240 $ en moins...

    RépondreSupprimer
  2. mamelle a raison, nous sommes tous Yvette. Elle est aussi notre soeur, la plus vieille, risible et attendrissante. Beau portrait.

    RépondreSupprimer
  3. Très beau portrait, qui ne tombe jamais dans la caricature qui réduit. On voit en quelque sorte l'humain. Simplement.

    RépondreSupprimer
  4. La description est très imagée! J'imagine très bien une de ces femmes au coin de papineau et mont-royal, sortant d'un café social au mc Do .

    RépondreSupprimer
  5. Ben moi je voulais seulement laisser un commentaire général...
    J'ai l'habitude de te lire, toutes les semaines, mais je ne commente jamais. Et en lisant d'autres blogs, je m'apercois que l'audience, apparemment, est quelque chose d'important pour l'auteur.(Oui ben pour moi c'était pas évident au départ).
    Alors je veux seulement dire: Bravo, j'adore ta facon d'écrire, tes petites histoires justes et sensibles, pleines d'humour. Tu es un écrivain. Et je serai étonnée si je ne trouvais pas un jour un livre de toi en rayon (sauf que question pseudo, je ne suis pas certaine de te reconnaître.)
    Bravo et merci, quelle bonne idée d'avoir fait un blog! :)

    RépondreSupprimer
  6. Moi je l'aime bien Yvette, quand elle me donne de ses tartes aux pommes, celles qui te font orgasmer des papilles gustatives avant même que la bouffe soit mélangée aux bactéries de ta salive.

    Elle est gentille Yvette, s'accroche à une vie simple et paisible, s'amuse comme elle peut pendant ses vieux jours.

    Et elle vivra longtemps Yvette, dans nos coeurs, un sourire au visage. En se rappellant à quel point elle était simple et tellement gentille Yvette...

    RépondreSupprimer
  7. Mac: On l'aime tous, Yvette. Mais visiblement, on ne le lui montre pas souvent.

    RépondreSupprimer