mardi 4 octobre 2005

Aphorisme

Il va de l’amour comme de la rédaction d’une dictée : on recherche l’exception à la règle, les accords muets, les mécaniques capricieuses qui unissent verbes et compléments. Puis on trouve souvent un peu bête celui qui tombe dans le piège.

5 commentaires:

  1. Ça fait quatre fois que je le relis, et j'arrive pas à savoir si ton aphorisme relève d'un positivisme outrancieux ou d'un cynisme fini...!

    RépondreSupprimer
  2. euh... outrancieux, c'est pas un mot ça! :o| outrancier dis-je!
    Seigneur... pat-É-ti-K

    RépondreSupprimer
  3. avec un doute, pourtant, je suis tenté d'avancer pour Daniel une réponse...

    plutôt un cynisme IN-fini... :P

    RépondreSupprimer
  4. Un amour de dictée

    Certains se contenteront d'une base de quelques accords parfaits, d'autres rêveront d'une conjugaison de tous les temps. Certains écriront dans la marge, d'autres encore suivront les lignes, quelques uns se mettront en retrait.
    Certains possèderont si bien le sujet, qu'ils se rieront des compléments, objets d'une lecture facile s'offrant alors spontanément.
    D'autres enfin se laisseront porter par l'émotion simple du plaisir de la sincérité du verbe.

    RépondreSupprimer
  5. "En relisant ta lettre je m'aperçois que l'orthographe et toi, ça fait deux

    C'est toi que j'aime
    Ne prend qu'un M
    Par-dessus tout
    Ne me dis point
    Il en manque un
    Que tu t'en fous
    Je t'en supplie
    Point sur le i
    Fais-moi confiance
    Je suis l'esclave
    Sans accent grave
    Des apparences
    C'est ridicule
    C majuscule
    C'était si bien
    Tout ça m'affecte
    Ça c'est correct
    Au plus haut point
    Si tu renonces
    Comme ça s'prononce
    À m'écouter
    Avec la vie
    Comme ça s'écrit
    J'en finirai
    Pour me garder
    Ne prends qu'un D
    Tant de rancune
    T'as pas de cœur
    Y a pas d'erreur
    Là y'en a une
    J'en nourrirai
    N'est pas français
    N'comprends-tu pas ?
    Ça s'ra ta faute
    Ça s'ra ta faute
    Là y'en a pas
    Moi j'te signale
    Que gardénal
    Ne prend pas d'E
    Mais n'en prend qu'un
    Cachet au moins
    N'en prend pas deux
    Ça t'calmera
    Et tu verras
    Tout r'tombe à l'eau
    L'cafard, les pleurs
    les peines de cœur
    O E dans l'O"

    Serge Gainsbourg - En relisant ta lettre
    Paroles et Musique: Serge Gainsbourg 1961 "L'étonnant Serge Gainsbourg"

    RépondreSupprimer