samedi 3 septembre 2005

Gravité

On finit par ne plus se croire
Les jours sont envie
Les nuits à contrejour
Les contraires se tirent
Sur monts, on rêve de vaux
Alors qu'en vallons, on rêve de haut.
À quel rien se nouer?
Le coeur ambivalence
Et les désirs sont désordre.

4 commentaires:

  1. Hiiiii, on réouvre les fichiers textes et on ressort le ptit calepin avec toutes les notes écrites à la va-vite ? ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Hep, c'est juste du écrit à la va-vite sur le coup. J'aurais pas osé sauvegarder ça... ;P

    RépondreSupprimer
  3. Bon bon, c'est quoi ça, on change les textes une fois qu'ils sont en ligne? Moi j'aimais bien 'À quel sein se nouer'.
    Mais je préfère à la troisième personne quand même!

    RépondreSupprimer