mardi 26 juillet 2005

Aphorisme

Il y va de l'amour comme des chansons autour du feu:
on peut les siffler, mais les femmes préféreront toujours celui qui connaît les paroles.

8 commentaires:

  1. Hey boy... Totem mouvant? De la grenouille mélancolique au crapaud prétentieux... ;o)

    C'est quoi déjà la fable, la grenouille qui se grossissait comme un âne ayant chanter autour du feu...

    RépondreEffacer
  2. Prétentieux?
    Coudon', n'ai-je pas écrit quelque part que je chantais mal?

    RépondreEffacer
  3. Alors écrit les, et je les chanterai... à deux, nous les aurons...paroles de beau-frère

    RépondreEffacer
  4. c'est justement ce qui me pose problème en tant qu'auteur-compositeur: j'ai une très mauvaise mémoire de mes propres textes. c'est très emmerdant pour la scène.

    :-)

    RépondreEffacer
  5. Croyez-moi, quand il dit qu'il chante mal, IL CHANTE MAL ! Nous avons eu droit à un extrait lors d'un cours de français et c'était aussi mélodieux qu'un klaxon de camion ! Désolé, mais ton public a droit à l'information.

    RépondreEffacer
  6. Jelo: reste le nananana na en refrain. Toujours gagnant.

    PouPou: je ne me souviens pas d'avoir chanté en classe, mais bon... Bien que les gens aient droit à de l'information, je n'ai d'autres choix que de te rappeler quelques faits (c'est pas des menaces, non, non...):
    primo: il m'est encore temps de changer ta note de l'hiver dernier;
    secundo: si je me fie à mes listes de l'automne prochain, tu es dans une de mes classes!
    Alors, l'informateur public...
    ;P
    Ceci dit, content de voir que tu es là! Ça gaze?

    RépondreEffacer