mardi 23 novembre 2004

Des Dattes dans du bacon

Dame V. préparait de la bouffe pour 60. Et moi, pour l’aider, j’ai fait ce que font les gars sans talent: j’ai passé le balai. Dès que j’étais dans une autre pièce qu’elle, je faisais du bruit avec des objets. C’est fou ce que j’avais l’air occupé. Mais les arômes délicieux me ramenaient à la cuisine où j'ai fini par couper quelques trucs spongieux sur des planches de bois, faire la vaisselle et habiller des dattes de bacon. Faut essayer (les dattes, pas la vaisselle. Faut suivre): ça se gobe avec n’importe quoi; le sucré des dattes va avec le vin, le salé du bacon avec la bière, le cure-dent avec l’olive du martini. On en enfile des dizaines. Mais pas plus, car trop de dattes c’est pas bon. Tout cela pour dire que sans Dame V., la soirée aurait juste été propre et aurait coûté 50$ en bacon.

Puis sont arrivés Isabelle, du vin, Steve, des pâtés, Pascale, du pain, Patrick, du fromage, encore du vin (sans invité), Alexandre, un saucisson, Barbara, du vin, Marc-André, une salade, Virginie... J’énumère pas la dizaine d'autres qui étaient là, mais j’avais l’impression qu’on était 45 tant j’étais heureux de les voir. Un chien fou dans l'enclos du parc Lafontaine. Le vin fromage (quoi de mieux pour souligner une grève surprise à la SAQ!) pouvait commencer. On a bien dû refaire le monde 2 ou 3 fois avant d'être trop pleins. À dix heures trente, la folle d’en bas a mis sa musique dans le plafond pour gentiment nous annoncer qu’on la dérangeait. Devant tant de délicatesse, j’ai monté le volume du système de son. Le concours était commencé. J’ai dû le gagner car quelque temps plus tard, un policier plutôt sympa accompagné de sa Rottweiler ont cogné à la porte sans que je les aie entendus. L’imitation qu’avait faite Guillaume de Julien Clerc était pourtant particulièrement réussie...

Le lendemain, la tête lourde et le foie gras, je trouvais que la vie savait se montrer parfois bien tendre. Malgré novembre. Et quand elle était trop sucrée, suffisait de l'enrober de bacon.

10 commentaires:

  1. C'est vrai que c'était bien. On remet ça n'importe quand. Ce qu'il y a de bien avec les dattes dans du bacon c'est qu'on peut s'empifrer comme des porcs pis c'est pas grave. Le lendemain par contre, mon corps ne me l'a pas pardonné (probableblement plus l'alcool que le calendrier que j'ai mangé au complet). Je me sentais purin (verlan).

    RépondreSupprimer
  2. 8 invités énumérés, une dizaine d'anonymes, toi + Dame V... Allez, en tapant haut, 25 personnes, qui comptent à ton bonheur pour 45 et qui bouffent comme 60. Et on s'étonne que l'Amérique du Nord se pète le myocarde à tout bout de gras.
    - pHiLo -

    RépondreSupprimer
  3. Ai-je besoin de rajouter que le party fut pour moi divin et di fromage... Dis, t'avais pas invité Jeff ?

    RépondreSupprimer
  4. Ne m'en veut pas Dan, je me souviens beaucoup plus de tes dattes, de tout le reste que dame V. nous a popoté (divinement doux pour mon palais) et de l'agréable moment passé que de ton ménage! Et de grâce! Ne condamnez pas les douceurs de dame V. pour votre foie qui grince, le vin en serait plutôt le responsable, mais ne parait-il pas que le vin rouge est ami de nos artères?
    Merci encore à toi et dame V. pour cette soirée exquise.

    RépondreSupprimer
  5. Bon bon, personne n'a remarqué mon ménage. Éclipsé par tout le reste. Le prochain party sera tellement plate que tout le monde passera son doigt sur les moulure pour voir s'il y a de la poussière.

    Pat-> Parle-moi pas de Jeff, ce triturateur de bonne conscience. Je dors mal depuis à cause de lui...

    RépondreSupprimer
  6. Quoi ??? Vous avez refait le monde 2 ou 3 fois sans moi ? Grrrr... La prochaine fois qu’on m’invite à un « 5 à 7 », je fais garder mon fils pour deux jours !

    Blague à part, la brièveté de mon apparition ne m’a pas empêché d’apprécier grandement cette joyeuse bande de lurons délurés et cette bouffe, ma foi, exquise. Même pas un iota de protestation de mon foie le lendemain, et ce malgré tout le bacon englouti.

    Merci Dan et Dame V. ! La prochaine fois, c'est chez nous !

    RépondreSupprimer
  7. Heureusement que j'ai l'estuaire du Saint-Laurent, le vent, la lune qui se perd dans l'eau et les goélands pour me consoler! J'suis bien déçue d'avoir manqué le ménage et les dattes (même si j'aime pas ça) Je me reprends dans la bière en écoutant l'accent charmant de la Gaspésie. "Ben manque" que j's'rai là la prochaine fois (ben oui, j'ai déjà commencé à m'intégrer)

    RépondreSupprimer
  8. Si je comprends bien, tu ne m'as pas invité pour épargner mon foie déjà quelque peu sollicité. Ta sollicitude me touche. Comme il fait bon faire parti du cercle de tes amis... ;-)

    P.S. : J'aime tenter de nouvelles expériences. Ma prochaine "date", je vais essayer de la rouler dans le bacon, pour voir. Parait que c'est cochon.

    RépondreSupprimer
  9. Ça c'est le comble!
    Non seulement on n'est pas invité, mais en plus monsieur nous décrit tout ce qu'on a manqué.
    Heureusement que la pièce de Boris Vian que je suis allée voir ce soir-là était excellente. Quoi?!? Tu ne l'as pas vue, Dan? Quel dommage... je te raconterai!

    RépondreSupprimer
  10. En effet, on se fait passer l'assiette... Mais c'est vrai que je ne connais presque personne là dedans... Mais j'aime quand même le bacon...

    RépondreSupprimer